Accueil > Actualité médicale > Epidémiologie > Les Nations Unies interdisent le mercure dans les vaccins, encourages par un groupe américain

Les Nations Unies interdisent le mercure dans les vaccins, encourages par un groupe américain

Coalition for Mercury-Free Drugs (CoMeD), le 08 avr. 2011 (Epidémiologie)Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

PUB
SILVER SPRING, Maryland, April 8, 2011 /PRNewswire/ -- CoMeD - Alors que les Nations Unies (ONU) doutent activement de l'utilisation de vaccins contenant un composant au mercure neurotoxique, la Coalition for Mercury-Free Drugs (CoMeD) (http://mercury-freedrugs.org), une organisation à but non lucratif située dans le Maryland, encourage l'ONU à l'interdire.

À la mi-mars, il a été demandé aux gouvernements d'envoyer au secrétariat de l'ONU des « informations sur l'utilisation de mercure dans les produits pharmaceutiques, les vaccins en particulier. » La demande (http://www.unep.org/hazardoussubstances/Portals/9/Mercury/Documents/INC3/Overview%20of%20documents%20for%20INC3_15%20March%202011_.pdf) a été faite en préparation au troisième comité de négociation intergouvernemental (INC3) du programme environnemental des Nations Unies (http://www.unep.org/hazardoussubstances/Mercury/Negotiations/INC3/tabid/3469/Default.aspx) sur le mercure, qui est programmé pour cette automne. Le but de ces reunions de l'INC est de développer un traité mondial sur le mercure, qui aurait une force exécutoire, avant 2013.

La CoMeD (http://mercury-freedrugs.org) a été ravie de cette demande d'informations parce que la CoMeD a fourni à différents délégués internationaux des données scientifiques sur les dangers sur la santé causés par le mercure dans les vaccins, à la deuxième réunion de l'INC (http://www.unep.org/hazardoussubstances/Mercury/Negotiations/INC2/tabid/3468/Default.aspx) en janvier à Chiba au Japon.

Depuis lors, la CoMeD (http://mercury-freedrugs.org) a publié de nouvelles études prouvant que le mercure dans les vaccines (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21225508) et les amalgames dentaires, ou les plombages en « argent » (http://www.occup-med.com/content/6/1/2), est associé à des maladies neurologiques (http://jpp.krakow.pl/journal/archive/12_10/articles/14_article.html) telles que l'autisme (http://informahealthcare.com/doi/abs/10.3109/1547691X.2010.545086) chez les enfants et la maladie d'Alzheimer (http://iospress.metapress.com/content/j33p87808363493j/fulltext.pdf) chez les adultes.

Une étude récente, de l'Université de Mansoura en Égypte (http://journals.lww.com/mecpsychiatry/Fulltext/2011/01000/Study_of_some_biomarkers_in_hair_of_children_with.2.aspx?WT.mc_id=HPxADx20100319xMP), étudie la connexion entre les métaux lourds et les maladies liées à l'apprentissage et au comportement chez les enfants. Les auteurs citent le Thimerosal (http://www.vaccine-tlc.org/docs/Thimerosal%20Material%20Safety%20Data%20Sheet.pdf), un composant à base de mercure utilisé comme préservateur dans certains vaccins, comme un facteur possible de l'autisme. En particulier, ils ont note que l'étude indique que « l'exposition à des métaux lourds, tels que le plomb et le mercure, peut détériorer le développement du cerveau à de très jeunes âges, même à petites doses considérées dans le passé comme 'inoffensives' ».

En outre, les articles publiés récemment dans Folia Neuropathologica (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21225508), Neurochemical Research (recherche neurochimique) (http://www.springerlink.com/content/22115401745m3l44/), the Journal of Immunotoxicology (revue d'immunotoxicologie) (http://informahealthcare.com/doi/abs/10.3109/1547691X.2010.545086), the Journal of Occupational Medicine and Toxicology (revue de toxicologie et médecine du travail) (http://www.occup-med.com/content/6/1/2), et the Journal of Physiology and Pharmacology (revue de physiologie et pharmacologie) (http://jpp.krakow.pl/journal/archive/12_10/articles/14_article.html) confirment la toxicité de la dose de mercure dans les vaccins à base de Thimerosal (http://mercury-freedrugs.org/docs/090813_fnldrft_EditorialOnSubacuteMercury(Hg)PoisoningByMedicine_r6b.pdf).

En 1999, le Service de santé publique américain et l'Académie américaine des pédiatres ont demandé le retrait des vaccins américains à base de Thimerosal (http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm4826a3.htm) « dès que possible » et le Thimerosal a depuis été retiré de la plupart de ces vaccins américains. Une analyse de la CoMeD (http://mercury-freedrugs.org/docs/20110105_CoMeD_onepager_Preservatives_rb.pdf) indique que remplacer le Thimerosal (http://www.hhs.gov/fda/faq/vaccines/1858.html) par du 2-phenoxyphenol dans les vaccins mondiaux est à la fois sans danger et économique. De plus, la CoMeD a intenté un procès à la FDA (administration américaine pour les denrées alimentaires et les medicaments (http://www.prnewswire.com/news-releases/comed-sues-fda-to-force-mercury-out-of-medicine-55926807.html) car celle-ci ne s'est pas conformée à la loi et n'a pas mis en oeuvre les règles de sécurité préservatrices.

De plus, les partisans de la sécurité des vaccins demandent aux organisations et aux personnes responsables des campagnes de vaccination internationales, telles que celles menées en Afrique, de tenir compte de la recherche scientifique massive sur les risques sur la santé humaine liés au mercure (Thimerosal) et à d'autres ingrédients des vaccines (http://www.cbsnews.com/8301-31727_162-20049118-10391695.html).

Rev. Lisa K. Sykes (http://www.umc.org/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=lwL4KnN1LtH&b=6297653&ct=6903307), La présidente de CoMeD (http://mercury-freedrugs.org), met en garde les groupes comme la Global Alliance for Vaccines (alliance mondiale pour les vaccins), le Fonds des Nations Unie pour l'enfance (UNICEF), et la fondation de Bill et Melinda Gates pour arrêter de propager du mercure aux autres continents : « Alors que le Thimerosal a été retiré de la plupart des vaccins aux États-Unis, les sociétés pharmaceutiques et l'Organisation Mondiale de la Santé continuent de déverser des vaccins à base de mercure dans les pays en voie de développement. Aucune éthique ne peut justifier de fournir aux nations prospères des vaccins sans mercure tout en mettant en danger les enfants dans les pays pauvres en les exposant à cette neurotoxine. »

©2011 - PR Newswire - Touts droits réservés

Réagir à cet article