100e logiciel « DMP-compatible » homologué : En 2 ans, l’interopérabilité est devenue une réalité pour l’informatique de santé.

La mise en œuvre du Dossier Médical Personnel (DMP) depuis 2010 a créé les conditions pour publier un cadre national d’interopérabilité  des systèmes d’information de santé (CI-SIS) en concertation avec les industriels du secteur. Adossé aux standards internationaux, le CI-SIS élaboré par l’ASIP Santé constitue une avancée décisive vers l’interopérabilité des logiciels du secteur et autorise désormais d’envisager une politique progressive de certification des applications traitant des données de santé personnelles.  Publié  en  2009,  le  CI-SIS  a  servi  de  référentiel  pour  la  « DMP  Compatibilité »  des logiciels utilisés par les professionnels de santé.  

Depuis novembre  2010, une procédure  d’homologation  destinée aux éditeurs de Logiciels de Professionnels de Santé (LPS) est en place. Elle vise à vérifier la qualité de l’intégration des services du DMP au sein des logiciels et le respect des règles de sécurité par les éditeurs. C’est la première fois que les pouvoirs publics s’engagent dans une telle démarche d’homologation.



En  tout  juste  deux  ans,  le  cap  du  100e   logiciel  homologué  « DMP-compatible  »  vient d’être franchi, et il confirme la dynamique insufflée par le DMP dans le secteur de l’informatique de santé.

•    80% du marché des logiciels de médecine de ville sont désormais « DMP-compatibles  ».
•    Dans le secteur de l’informatique  hospitalière,  la plupart des grands éditeurs se sont engagés dans   la   démarche   de   « DMP   Compatibilité »,   permettant   ainsi   à   moyen   terme   aux établissements de santé de proposer le DMP à leurs patients.
•    L’imagerie  médicale,  pour  laquelle  le  taux  d’équipement  informatique  est  particulièrement élevé, fait partie des secteurs en pointe en termes de « DMP Compatibilité ».



Ce cadre d’interopérabilité  constitue désormais  un actif immatériel  considérable  qui fait de la France un des pays les plus en pointe dans ce domaine. Après le standard de la messagerie sécurisée qui sera publié début 2013, le prochain  défi concerne  désormais  l’interopérabilité  sémantique  dont dépendra très vite la valorisation des données de santé, qu’il s’agisse de l’épidémiologie ou de la veille et la surveillance  sanitaire  mais  aussi  de systèmes  innovants  comme  l’aide  à la décision  ou les systèmes experts. Les professionnels  de santé peuvent déjà recevoir des résultats de biologie normalisés depuis l‘adoption  de la terminologie  LOINC par l’ASIP Santé en 2011. Il est désormais  urgent de poursuivre cet effort en y associant l’ensemble de la francophonie.
 
Chiffres clés de l’homologation  au 9 novembre 2012 :

•    103 logiciels sont homologués
•    221 éditeurs se sont engagés dans la DMP Compatibilité  en s’inscrivant  à la liste de diffusion qui les tient informés des évolutions techniques


Pour en savoir plus sur la « DMP Compatibilité » :

•    Cahier des charges de la « DMP Compatibilité » incluant le Dossier des Spécifications Fonctionnelles et Techniques (DSFT) des Interfaces DMP des Logiciels de Professionnels de Santé (LPS) :  http://esante.gouv.fr/actus/dmp/asip-sante-publication-du-cahier-des-charges- de-la-dmp-compatibilite-actualise
•    Liste des logiciels « DMP-compatibles  » :  http://dmp.gouv.fr/web/dmp/professionnel- de-sante/liste-des-logiciels-dmp-compatibles

Descripteur MESH : Santé , Logiciel , Politique , Démarche , France , Patients , Sécurité , Diffusion , Systèmes experts , Biologie , Établissements de santé , Médecine

Informatique médicale: Les +