Accueil > Actualité médicale > Recherche scientifique > Risques liés à un pontage coronarien chez les patients sous dialyse

Risques liés à un pontage coronarien chez les patients sous dialyse

Caducee.net, le 13 déc. 2000 (Recherche scientifique)Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

PUB
Une étude américaine parue dans Circulation montre que les patients sous dialyse subissant un pontage coronarien ont un risque postopératoire plus élevé de complications et de décès comparé aux autres patients.

Bien que la fréquence des pontages coronariens chez les patients dialysés soit en augmentation, de larges études comparant spécifiquement les caractéristiques de ces patients et les risque liés à cette intervention chirurgicale n’ont pas été réalisées. Pour pallier à ce manque, le Dr J. Liu et ses collaborateurs ont conduit une étude de cohorte prospective sur environ 15.500 patients (dont 279 patients sous dialyse) ayant subi un pontage coronarien entre 1992 et 1997.

Les patients sous dialyse (1,8 %) ont un risque de décès à l’hôpital 4,4 fois plus important que les autres patients subissant un pontage coronarien (12,2 % vs 3 % ; P<0,001).

Toutefois, les patients sous dialyse sont plus âgés et présentent plus de comorbidités et de maladies cardiaques graves que les autres patients subissant un pontage coronarien. Donc, après avoir tenu compte de ces facteurs, le risque de mortalité est 3.1 % plus élevé chez ces patients, comparé aux autres patients subissant un pontage coronarien ( odds ratio = 3,1 ; IC 95 % = 2,1-4,7 ; P<0,001).

Ces patients sous dialyse comparé aux autres patients subissant un pontage coronarien ont également un risque postopératoire important de médiastinite (3,6 % vs 1,2 % ; odds ratio ajusté = 2,4 ; IC 95 % =1,2-4,7 ; P=0,011) et d’accident cérébrovasculaire (4,3 % vs 1,7 % ; odds ratio ajusté = 2,1 % ; IC 95 % = 1,1-3,9 ; P=0,016).

Cependant, les patients sous dialyse n’ont pas eu plus de problème d’hémorragie et n’ont pas eu besoin de plus de réintervention que les autres patients.

Source : Circulation 2000 ; 102 : 2973-2977

Réagir à cet article