Accueil > Actualité médicale > Recherche scientifique > Chocolat, TEP et conduites addictives

Chocolat, TEP et conduites addictives

Caducee.net, le 29 août 2001 (Recherche scientifique)Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Des chercheurs canadiens et américains ont utilisé la tomographie à émission de positons (TEP) pour identifier les zones du cerveau activées lors de la consommation de chocolat. Ils publient leurs résultats dans la revue Brain. D'après eux, cette approche permet de mieux cerner les régions cérébrales impliquées dans les comportements addictifs et les troubles de l'alimentation.

"Le problème lorsqu'on étudie les personnes dépendantes pour comprendre l'addiction est que nous ne connaissons pas leur cerveau avant que la dépendance soit établie ; Nous ne pouvons pas savoir quelles fonctions cérébrales ont changé", a expliqué le Dr Dana Small (Northwestern University, Etats-Unis) dans un communiqué.

Dans un article du numéro de septembre de la revue Brain, Small et ses collaborateurs décrivent l'étude de l'activité du cerveau en fonction du plaisir associé à la consommation de chocolat. Ils ont ainsi montré que l'activité de certaines régions, en particulier le cortex frontal et orbital et le mésencéphale, était d'autant plus élevée que le plaisir de consommer du chocolat était intense.

A propos de ces régions, les chercheurs soulignent qu'elles sont également activées lors de la consommation de produits qui entraînent une dépendance, comme la cocaïne.

Le Dr Small explique que ce système de "plaisir" éprouvé par la consommation de chocolat est un modèle de l'addiction efficace et sans danger.

L'étude a été réalisée sur 15 participants. Ces derniers devaient manger 40 à 170 grammes de chocolat. L'activité cérébrale était alors suivie par TEP au début de la prise de chocolat (plaisir) puis lorsque les participants avaient atteint un état de satiété. En d'autres termes, il s'agissait de suivre la réponse du cerveau selon que la personne éprouve une sensation très plaisante ou très déplaisante. Des régions différentes étaient activées dans ces deux configurations.

Source : Northwestern University.

Réagir à cet article

PUB