Vers un accroissement des dépenses de santé dans le monde

Les membres du Conseil exécutif de l'OMS ont exprimé un soutien total au projet de Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme. Lors de sa dernière réunion, le Conseil a mis l'accent sur la nécessité d'une augmentation globale des dépenses de santé pour favoriser la croissance économique. Les Etats membres ont été également invités à s'engager dans des mesures concrètes pour faciliter l'accès aux médicaments.

Le Fonds mondial devrait voir le jour de façon effective dans les prochains mois. Le Conseil du Fonds à d'ores et déjà reçu des promesses de dons d'un montant de 1,5 milliards de dollars. Sa première réunion est fixée le 28 janvier et le Conseil rappellera à cette occasion les modalités de l'appel aux candidatures pour les pays qui souhaitent bénéficier de ce soutien financier. Les pays en développement sont directement concernés et particulièrement l'Afrique, continent qui occupe la première place mondiale pour le nombre de cas d'infection par le VIH.

Des engagements politiques forts avaient été pris par les Etats membres lors de la session extraordinaire sur le VIH/SIDA (New York, juin 2001). L'OMS souligne néanmoins que les mesures concrètes se font encore attendre tant au niveau national qu'international.

L'accès aux soins et aux médicaments essentiels est une des conditions essentielles pour l'amélioration de la santé publique dans les pays démunis. Le Conseil de l'OMS s'est prononcé pour un "système de prix différencié" selon la situation économique de chaque pays. Bien que des accords récents avec l'industrie pharmaceutique tendent à rendre la tâche plus aisée, on est encore loin d'un traitement pour tous dans les pays dévastés par le VIH.

L'avis rendu par la Commission Macroéconomie et Santé de l'OMS a quant à lui mis en avant l'imbrication étroite de la santé publique et de la santé économique. Selon son rapport, une augmentation des dépenses pour la santé de 66 milliards de dollars d'ici 2015-2020 se traduirait par un bénéfice de 360 milliards de dollars en terme de croissance économique.

Parmi les résolutions adoptées par le Conseil exécutif de l'OMS, l'une d'elle concerne l'alimentation du nourrisson. L'allaitement exclusif au sein est fortement encouragé pendant les six premiers mois de vie.

Source : OMS

Descripteur MESH : Santé , Dépenses de santé , Conseil , Membres , Réunion , Croissance , Paludisme , Tuberculose , Lutte , VIH Virus de l'Immunodéficience Humaine , Santé publique , Médicaments essentiels , Nourrisson , Soutien financier , Afrique , Infection , Industrie , New York , Soins , Vie , Industrie pharmaceutique

Recherche scientifique: Les +

France Biotech alerte le Gouvernement sur la situation désastreuse des études cliniques en France et appelle à la tenue d’un « Ségur de la Recherche Clinique en France »

NIHR : un essai préventif concernant l’arthrite va offrir de l’espoir à des millions de personnes

Assay Depot crée une place de marché axée sur l'innovation préclinique pour AstraZeneca

L’ajout de thrombectomie avec stent au traitement de patients ayant subi un accident ischémique cérébral réduit l’invalidité, selon des études mondiales

Une étude publiée dans le European Journal of Neurology confirme que la thérapie non-invasive de stimulation du nerf vague d'electroCore (nVNS) est non seulement sûre mais pourrait s'avérer efficace pour traiter tout un éventail d'affections.

Gecko Biomedical obtient une aide de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour accélérer le développement de ses adhésifs bio-mimétiques

DIAXONHIT annonce que les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg seront le Laboratoire Central Européen pour la réalisation des tests AlloMap® de CareDx® pour les transplantés cardiaques

Ossianix se développe et élargit sa collaboration avec Lundbeck dans le domaine de la recherche sur les thérapies portant sur le système nerveux central (SNC)

ERYTECH annonce des résultats complémentaires positifs de l’étude de phase III avec ERY-ASP/GRASPA® dans la leucémie aiguë lymphoblastique

Le cancer de la prostate semble lié au nombre de partenaires sexuels mais aussi au type de sexualité pratiquée.