La stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTR) comme alternative thérapeutique dans le traitement de la dépression majeure

Un essai randomisé américain réalisé à l’université de l’Illinois (Chicago), semble montrer que la SMTR produit des effets thérapeutiques comparables à ceux de l'électroconvulsivothérapie (ECT) sur des patients atteints de dépression sévère. La SMTR semble donc constituer une alternative thérapeutique à l’ECT, parfois mal tolérée par les patients.

Dans cette étude, l’objectif des auteurs était de comparer l’efficacité des deux thérapies car la SMTR est moins invasive que l’ECT (pas de sédation ni de perte de connaissance).

Philip Janicak et ses collaborateurs ont enrôlé dans leur étude 25 patients atteints de dépression majeure (uni ou bipolaire), qu’ils ont au hasard soumis soit à une SMTR (appliquée au niveau du cortex préfrontal dorsolatéral gauche à raison de 10 à 20 sessions) soit à une ECT bitemporale (4 à 12 séances).

L’amélioration moyenne selon l’échelle de dépression d’Hamilton n’a pas statistiquement différée entre les deux traitements (55% contre 64% pour la SMTR et l’ECT respectivement).

Les deux groupes ont également montré des mesures cliniques similaires concernant le comportement et l’humeur.

Selon les auteurs, cette étude prospective de 2 à 4 semaines montre que l’ECT et la SMTR fournissent des résultats thérapeutiques comparables sur des patients atteints de dépression sévère.

Ces résultats sont selon eux encourageants pour les patients ne tolérant pas l’ECT ou les traitements actuels de la dépression. La SMTR fournit donc une thérapie alternative au traitement de la dépression majeure.

Source : Biological Psychiatry 30 janvier 2002, édition en ligne avancée.

Descripteur MESH : Dépression , Thérapeutique , Stimulation magnétique transcrânienne , Patients , Chicago , Électroconvulsivothérapie , Comportement , Édition , Connaissance

Recherche scientifique: Les +