La dépression, une urgence de santé publique selon l’OMS

Dans une étude publiée dans le Lancet, un groupe de travail de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) souligne l’urgence d’une meilleure prise en charge de la dépression. En terme de détriment pour la santé, la dépression occupe la première place devant d’autres maladies chroniques comme l’angor, l’arthrite, l’asthme et le diabète, concluent les auteurs.

Le Dr Chatterji et ses collaborateurs ont analysé les données issues de l’observation de plus de 245000 participants de toutes les régions du monde pour étudier la relation entre la prévalence et les conséquences de la dépression, de l’angor, de l’arthrite, de l’asthme et du diabète. En moyenne 9% à 23% des personnes qui présentaient une pathologie chronique présentaient également une dépression, soit un pourcentage supérieur à celui d’avoir une dépression sans autre maladie chronique.

De plus, il apparaît que « la dépression avait l’effet le plus marqué sur l’aggravation des scores moyens de santé comparé aux autres maladies chroniques », écrivent les auteurs, et ce après avoir pris en compte les variations socioéconomiques. Cet effet était général puisqu’il était retrouvé dans les différents pays et ne dépendait pas des variations démographiques. Ces scores de santé était les plus dégradés chez ceux qui présentaient une dépression avec au moins une autre maladie chronique.

En conclusion, les auteurs insistent sur l’urgence de considérer la dépression comme une urgence de santé publique afin d’améliorer globalement l’état de santé de la population dans le monde.

Source : Lancet 2007; 370: 851–58

SRCaducée.net©Tous droits réservés. Enregistrement, reproduction et copie interdits.

Descripteur MESH : Dépression , Santé , Santé publique , Diabète , Travail , Maladie chronique , Maladie , Prévalence , Personnes , Reproduction , Population

Epidémiologie: Les +