Accueil > Actualité médicale > Epidémiologie > Pas d'exception dans la protection contre le tabagisme passif

Pas d'exception dans la protection contre le tabagisme passif

Krebsliga Schweiz, le 13 oct. 2007 (Epidémiologie)Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

PUB
BÂLE, Suisse, October 13 /PRNewswire/ -- En conclusion à la Quatrième conférence européenne « Le tabac ou la santé » 2007, qui s'est terminée aujourd'hui à Bâle, plus de 500 experts en provenance de 62 pays ont exigé une protection efficace contre le tabagisme passif.

Il est possible de créer sans problème et sans exception (des salles fumeurs, par exemple) des espaces intérieurs publics sans tabac. Même de nombreux fumeurs sont d'accord sur ce point. C'est ce qu'a expliqué l'ancien ministre norvégien de la santé, Dagfinn Høybråten, lors de la conférence à Bâle.

Mais si les lois sur la protection contre le tabagisme passif font l'objet de dérogations, elles deviennent difficiles à appliquer et elles nécessitent d'importantes ressources, a déclaré M. Høybråten, en faisant référence à l'expérience norvégienne. En Norvège, tous les lieux de travail, y compris les restaurants et les bars, sont non-fumeurs depuis juin 2004 et aucune salle fumeur n'a été prévue.

Un autre point central de discussion au cours de la conférence a été celui de la différence dans les effets de la consommation de tabac entre les fumeurs et les fumeuses. Les fumeuses réagissent plus à la nicotine, les substances contenues dans la fumée de tabac provoquant dans le corps des femmes des « dégâts » comparativement plus importants que chez les hommes. Il faudra désormais davantage tenir compte de ces différences entre les sexes dans la recherche sur le tabac et dans sa prévention.

En ce qui concerne les débats sur les produits de tabac sans fumée, les experts sont d'accord sur deux points : d'une part, une réglementation claire est une des conditions pour que les produits de tabac sans fumée contiennent aussi peu de substances toxiques que possible. D'autre part, il faut éviter qu'encore plus de gens deviennent dépendants de la nicotine, dans l'hypothèse où les produits de tabac sans fumée seraient également autorisés sur le marché européen.

Les produits de tabac sans fumée sont absolument inadaptés pour arrêter de fumer. Pour ce faire, des médicaments à teneur en nicotine contrôlée médicalement sont disponibles. En outre, les expertes et les experts de la prévention du tabac s'accordent pour dire qu'afin d'arrêter de fumer avec succès, il faut prendre en compte la situation de la personne. L'âge et la dépendance à la nicotine, mais aussi la possibilité d'une éventuelle dépression, jouent ainsi un rôle décisif dans l'arrêt de la consommation de tabac.

Dans la résolution émise à l'issue de la Quatrième conférence européenne « Le tabac ou la santé » 2007, les experts venus de cinq continents ont réclamé, outre une protection forte contre le tabagisme passif, une augmentation régulière des taxes sur le tabac. La conférence internationale a été organisée par la Ligue suisse contre le cancer en collaboration avec la Ligue allemande contre le cancer, au nom des Ligues européennes contre le cancer.

Vous trouverez toutes les informations pertinentes (programme, feuilles d'information, communiqués de presse, photos, etc.) sur le site Web media.ectoh07.org, disponibles en allemand, français, italien et anglais.

Internet: http://www.presseportal.ch

©2008 - PR Newswire - Touts droits réservés

Réagir à cet article