Accueil > Actualité médicale > Pratique médicale > Tatouages éphémères noirs à base de henné : mise en garde

Tatouages éphémères noirs à base de henné : mise en garde

AFSSAPS, le 23 juin 2008 (Pratique médicale)Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

PUB
Pour la 3e année consécutive, l’Afssaps met en garde contre les tatouages éphémères noirs à base de henné. Les colorants utilisés pour leur fabrication peuvent être à l’origine d’effets indésirables graves sur la peau, dont plusieurs ont encore été notifiés l’année dernière. Pour informer au mieux le grand public, et plus particulièrement les parents, l’Afssaps a adressé aux professionnels de santé une affichette à apposer dans leur cabinet médical. Le problème de santé publique dépasse largement nos frontières, compte tenu des flux de circulation chaque année durant les congés d’été. C’est la raison pour laquelle, l’Afssaps relance une campagne d’information et a porté le sujet à l’échelon européen pour la mise en place d’une campagne d’information durant l’été 2008.

Les tatouages noirs temporaires sont le plus souvent proposés aux vacanciers en France ou à l’étranger, sur les plages, dans les centres de vacances ou sur les marchés et rencontrent beaucoup de succès, car leur coloration noire est plus appréciée que la teinte habituelle du henné qui varie du brun à l’orange. Afin de donner une couleur noire aux tatouages et d’augmenter leur longévité, des colorants sont ajoutés illégalement au henné.

Depuis 4 ans, les dermatologues et allergologues signalent à l’Afssaps des cas d'eczéma de contact (eczéma allergique) qui surviennent dans un délai de quelques jours à quelques semaines après la réalisation de tatouages éphémères noirs pratiqués avec du henné. Le système de cosmétovigilance de l’Afssaps rapporte 8 déclarations d’effets indésirables survenus avec des tatouages éphémères à base de henné en 2004, 9 en 2005 et 16 en 2006. En 2007, 17 effets indésirables dont 8 ayant concerné des enfants âgés de 5 à 12 ans ont été notifiés par les professionnels de santé. Certains ont entraîné une hospitalisation.

Les cas d’eczémas constatés peuvent entraîner des réactions violentes, nécessitant parfois une intervention médicale urgente voire une hospitalisation. Ils peuvent être limités à la zone tatouée ou s’étendre à la zone avoisinante voire à tout le corps. Ces réactions peuvent également conduire à une polysensibilisation, notamment à des caoutchoucs, des colorants vestimentaires et à des teintures capillaires et empêcher la pratique de certaines professions comme celle de coiffeur par exemple. Ces sensibilisations sont de plus en plus préoccupantes, parce qu’elles affectent principalement des enfants ou des adolescents et sont susceptibles d’avoir des incidences dans leur vie quotidienne et professionnelle. En dernier lieu, il faut rappeler que l’apparition d’une sensibilisation présente un caractère irréversible.

 Compte tenu des cas d’eczéma allergique signalés, des difficultés de contrôle du circuit de distribution des produits et des lieux de réalisation des tatouages, l’Afssaps met en garde contre les risques et déconseille la réalisation de tatouages éphémères noirs à base de henné.

L’Afssaps va s’adresser aux professionnels de santé, afin qu’ils informent leurs patients sur les risques liés à ces tatouages et qu’ils puissent identifier une éventuelle allergie à une substance colorante noire. Par ailleurs, une affichette illustrant les risques inhérents à la réalisation de ce type de tatouages va être diffusée pour informer le public.

L’Afssaps rappelle que tout effet indésirable consécutif à l’utilisation de produit cosmétique doit être déclaré à l’Agence.

Réagir à cet article