Kiadis Pharma annonce des résultats cliniques positifs pour l'ATIR(TM) dans la greffe de moelle osseuse issue de donneurs non-compatibles

AMSTERDAM, December 4 /PRNewswire/ -- La société biopharmaceutique Kiadis Pharma a annoncé aujourd'hui avoir achevé avec succès le traitement du dernier patient lors des phases I/II de son essai clinique sur l'ATIR(TM). L'ATIR(TM), un produit basé sur les cellules lymphocytes d'un donneur, est en développement afin de prévenir les réactions aigües du greffon contre hôte (GVH) et de permettre une reconstitution immunitaire précoce à la suite d'une greffe de moelle osseuse issue d'un donneur non-compatible. Dix-neuf patients en phase terminale de cancer du sang ont été traités, sans qu'aucun cas de réaction de greffon contre hôte (GVH) de phases III/IV n'ait été constaté au cours des 100 jours qui ont suivi l'injection de l'ATIR(TM), démontrant ainsi la faisabilité et la tolérance de l'adjonction de l'ATIR(TM) en combinaison avec une procédure de transplantation réalisée avec un donneur non-compatible.

Conformément aux recommandations scientifiques de l'EMEA (Agence européenne des médicaments), Kiadis Pharma s'apprête à lancer une étude pivotale multicentrique multinationale, pour laquelle le recrutement débutera au début de l'année 2009. Au cours de cette étude, l'efficacité de l'ATIR(TM) sera examinée chez les patients diagnostiqués avec une LMA (leucémie myéloïde aigüe), une LAL (leucémie aigüe lymphoblastique), ou un MDS (syndrome myélodysplasique), éligibles pour une transplantation de moelle osseuse allogénique, mais pour lesquels il n'existe aucun donneur compatible.

« La transplantation de moelle osseuse est souvent le seul choix existant en matière de traitement pour les patients atteints d'un cancer du sang en phase terminale. Néanmoins, de trop nombreux patients ne trouvent tout bonnement pas de donneurs compatibles à temps », déclare le docteur Denis-Claude Roy de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal, le principal chercheur de l'étude. « Notre étude démontre une reconstitution immunitaire rapide chez les patients transplantés, auxquels ont été injectées des cellules immunitaires de donneurs non compatibles traitées avec l'ATIR(TM). Cette reconstitution serait impossible en l'absence de traitement par l'ATIR(TM), en raison du risque élevé de réaction aigüe de greffon contre l'hôte lorsque l'on utilise les cellules immunitaires d'un donneur non-compatible. Ce développement est manifestement porteur de grands espoirs pour une large population de patients ».

Le docteur Manja Bouman, Président-directeur général de Kiadis Pharma, déclare : « Les résultats de cet essai sont très encourageants et marquent une étape importante dans le développement de l'ATIR(TM) en tant que nouvelle approche permettant de procéder en toute sécurité à des transplantations de moelle osseuse issue de donneurs non-compatibles potentiellement salvatrices, et pouvant représenter une option de traitement pour les patients atteints de cancer du sang en phase terminale ».

Pour lire le communiqué de presse dans son intégralité, veuillez consulter le site Internet de Kiadis : http://www.kiadis.com/news

La version anglaise est fournie par Kiadis Pharma. Les traductions équivalentes quant à elles, ont été réalisées par un tiers.

©2008 - PR Newswire - Touts droits réservés

Descripteur MESH : Moelle osseuse , Patients , Transplantation , Sang , Lymphocytes , Essai clinique , Internet , Cellules , Population , Sécurité , Transplantation de moelle osseuse , Risque , Temps

INSCRIPTION NEWSLETTER

Pratique médicale: Les +