nuance

Cote de confiance des Français : hausse des médicaments, plébiscite des soignants, chute vertigineuse des labos

illustrationEn dépit des crises sanitaires récentes, les Français maintiennent un haut niveau de confiance dans les médicaments et les soignants selon le 8e sondage IPSOS réalisé pour le LEEM, le syndicat des entreprises du médicament. En revanche, une certaine défiance à l'égard des laboratoires pharmaceutiques semble s'installer.

Ainsi, si les Français sont près de 80 % à faire confiance aux médicaments de façon générale (77%), ils portent une confiance plus marquée pour les médicaments remboursés (84%), délivrés sur ordonnance (83%) ou les médicaments de marque (79%) que les médicaments non remboursés (66%), vendus sans ordonnance (65%) ou encore les génériques (69%). En dépit des polémiques, le niveau de confiance des Français pour les granules homéopathiques reste élevé à hauteur de 69%.


Rebond des vaccins

En passant de 69% à 71%, la cote de confiance des vaccins connaît son premier rebond depuis de plusieurs années marquées par une lente érosion. Ce rebond est plus net concernant le rapport bénéfice-risques des vaccins tels qu'il est perçu par les Français. S'ils étaient 44 % en 2017 à voir ce rapport comme positif, ils sont désormais 52% soit un gain de 8 points en une année. L'épidémie de rougeole et les campagnes de communication des pouvoirs publics expliquent probablement cette recrédibilisation des vaccins.

Forte crédibilité des soignants

Pour s'informer en matière de médicaments, les Français plébiscitent leurs soignants. S'ils font largement confiance aux médecins traitants (92 %), aux infirmières (91 %), aux médecins spécialistes (90 %) et aux pharmaciens (84 %), ils sont nettement plus méfiants dès qu'il s'agit des pouvoirs publics (46 %), de la presse écrite (40 %) et surtout des entreprises du médicament (32 %).

En effet, à l'inverse de la confiance accordée aux médicaments, les Français semblent de plus en plus méfiants à l'égard des laboratoires pharmaceutiques. Que cela concerne la prise en compte des risques d’effets secondaires, l’accompagnement tout au long de leur maladie, ou tout simplement sur ses capacités d'écoute, seul 1 Français sur 3 a une opinion favorable des entreprises du médicament.

Pire encore, pour 34 % des Français seulement, les entreprises du médicament sont éthiques. Pour 16 %, elles sont transparentes. De là à dire que les labos sont opaques et sans morale pour la plupart des Français, il n' y a qu'un pas que nous nous garderons bien de franchir.

Descripteur MESH : Confiance , Laboratoires , Vaccins , Médecins , Rougeole , Maladie , Communication , Pharmaciens

nuance

Actualités professionnelles: Les +