Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Actualités pro - Politique de santé

546 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 13

La CSMF plaide pour une revalorisation de la consultation médicale à 30 euros

Le président de la confédération des syndicats médicaux s'est exprimé au cours d'une conférence de presse pour revendiquer une revalorisation substantielle du tarif réglementé des consultations médicales : 30 € minimum pour les généralistes et les spécialistes, tarif modulable en fonction de la complexité de l'acte médical pratiqué.  […].

Fibrillation Atriale : lancement d'un appel à projet visant à améliorer le parcours de soins, PULSACTION.

Initié par Boehringer Ingelheim cet appel a pour objectif de de soutenir 34 projets en France qui permettront d’améliorer le parcours de soins des patients souffrant de Fibrillation Atriale (FA) et traités par Anticoagulant Oral Direct (AOD). L’ensemble des professionnels de santé concernés par l’anticoagulation peuvent concourir en déposant un dossier sur le site internet www.cardiocity.fr. […].

PUBLICITE

Les plus

Médecine et aptitude au travail : la CFE CGC dénonce le rapport Issindou fantoni

D’une santé au travail chargée d’améliorer le travail pour les salariés on propose le retour à la médecine de contrôle à la «militaire» […].

Rapport du groupe de travail : Médecine et aptitude au travail

Les lois de 2012 et de 2011 ont conforté le choix opéré depuis la loi fondatrice de 1946 de confier un rôle majeur au médecin du travail au sein du système de protection de la santé et de la sécurité des salariés. Toutefois, si les évolutions récentes ont incité les médecins du travail à accroître significativement leurs actions en matière de prévention des risques professionnels et de maintien dans l’emploi des salariés, l’obligation de vérifier systématiquement l’aptitude des salariés à chaque visite médicale pèse sur l’activité des services de santé au travail et limite les effets des réformes engagées. […].

L’Ordre national des infirmiers demande une reconnaissance pleine et entière du LMD.

Ce jeudi 21 mai 2015, les infirmiers anesthésistes lancent un mouvement de grève national. Ce même jour se tiennent les journées d’Etude et de Perfectionnement de l’UNAIBODE à Lyon. Et si nous faisions de cette journée une journée nationale de reconnaissance du LMD des spécialités infirmières ? […].

Pas de modernisation du système de santé sans infirmières et infirmiers !

Le 12 mai était célébrée dans le monde la Journée Internationale des infirmières. A cette occasion, et pour la première fois, 27 organisations professionnelles [1] se sont réunies à Paris pour échanger autour des questions actuelles de l’évolution de la profession et l’amélioration de la qualité des soins, son corollaire. Moment historique pour toute une profession, ce rendez-vous marque une volonté d’avancer ensemble vers le progrès […].

La FHF au bord de la crise de nerfs ?

La Fédération des hôpitaux publics (FHF) perdrait-elle son sang-froid ? A la veille de son salon annuel Santé Autonomie 2015, la FHF a cru bon de rendre public une brochure destinée à« rétablir la vérité » face « aux discours véhiculés par certains médias qui diffusent progressivement une image négative des hôpitaux publics ». […].

Vaccination à l'officine par les pharmaciens : l'académie de pharmacie campe sur ses positions

Depuis 2011, l'académie de pharmacie s'alarme de la baisse de la couverture vaccinale qui pourrait atteindre un niveau tel que l'immunité de groupe ne pourrait plus être garantie pour certaines infections et que ce sont les individus les plus fragiles, en particulier les  nourrissons, les personnes âgées, les patients allergiques ou immunodéficients qui en pâtiraient le plus. Pour y remédier elle se  déclare en faveur de la vaccination à l'officine par les pharmaciens. […].

La CSMF tire la sonnette d’alarme sur la situation de la médecine libérale à l’île de la Réunion

La prise en charge de proximité se fait grâce aux médecins généralistes et spécialistes. A Mayotte et sur l’île de la Réunion, la densité moyenne exprimant la présence médicale pour 100 000 habitants est respectivement sous la barre des 71 et des 270 pour 100 000 habitants, alors qu’elle est de 337/100 000 en métropole. Pour la seule médecine libérale, cette densité est de 41/100 000 à Mayotte et de 136/100 000 sur la Réunion. […].

La bioéconomie du Canada, en pleine croissance, sera la vedette du Congrès mondial BIO 2015 sur la biotechnologie industrielle, organisé à Montréal

« Le gouvernement canadien les agences gouvernementales provinciales soutiennent le développement d’une bioéconomie au Canada. Les entreprises de biotechnologie canadiennes commercialisent des solutions visant à régler des problèmes mondiaux, actuels et futurs, comme le besoin d’énergies renouvelables, le changement climatique et la dépendance aux produits dérivés du pétrole. De plus, le Canada dispose d’importantes ressources en biomasse, issues notamment du bois et de la paille de blé », a déclaré Brent Erickson, vice-président exécutif de la division Industrie & Environnent de BIO. « Nous sommes impatients d’organiser de nouveau le Congrès mondial BIO à Montréal, où les entreprises de biotechnologie canadiennes et américaines ont forgé de solides partenariats au fil des ans. » […].

Programme de dépistage du cancer colorectal : où en est-on ?

Depuis le 31 janvier dernier, la distribution et la lecture des tests de dépistage du cancer colorectal, appelés Hemoccult, sont suspendues. L’incertitude de la date de mise sur le marché des nouveaux tests immunologiques renforce le risque sanitaire de passer à côté de nombreuses détections de cas. Réunis au sein d’un groupement d’entreprises bénéficiant d’une large expertise dans ledomaine du dépistage, quatre laboratoires indépendants tirent la sonnette d’alarme. […].

Face à la gronde des hôpitaux, l'état injecte 300 millions d'euros supplémentaires pour endiguer les effets délétères des emprunts toxiques

Afin de réduire la dépense publique, l'état a autorisé ces dernières années les hôpitaux à financer leur investissement par des emprunts bancaires. Certains établissements financiers ont profité de l'aubaine pour lancer aux directions hospitalières un miroir aux alouettes en proposant des conditions de financement à priori intéressantes et à postériori catastrophiques du fait de leur variabilité. Les emprunts toxiques représentent ainsi  1, 5 milliard d’euros sur les 30 milliards d’encours de dette des hôpitaux. […].