Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Actualités pro - Politique de santé

542 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 13

L’Ordre national des infirmiers demande une reconnaissance pleine et entière du LMD.

Ce jeudi 21 mai 2015, les infirmiers anesthésistes lancent un mouvement de grève national. Ce même jour se tiennent les journées d’Etude et de Perfectionnement de l’UNAIBODE à Lyon. Et si nous faisions de cette journée une journée nationale de reconnaissance du LMD des spécialités infirmières ? […].

Pas de modernisation du système de santé sans infirmières et infirmiers !

Le 12 mai était célébrée dans le monde la Journée Internationale des infirmières. A cette occasion, et pour la première fois, 27 organisations professionnelles [1] se sont réunies à Paris pour échanger autour des questions actuelles de l’évolution de la profession et l’amélioration de la qualité des soins, son corollaire. Moment historique pour toute une profession, ce rendez-vous marque une volonté d’avancer ensemble vers le progrès […].

PUBLICITE

Les plus

La FHF au bord de la crise de nerfs ?

La Fédération des hôpitaux publics (FHF) perdrait-elle son sang-froid ? A la veille de son salon annuel Santé Autonomie 2015, la FHF a cru bon de rendre public une brochure destinée à« rétablir la vérité » face « aux discours véhiculés par certains médias qui diffusent progressivement une image négative des hôpitaux publics ». […].

Vaccination à l'officine par les pharmaciens : l'académie de pharmacie campe sur ses positions

Depuis 2011, l'académie de pharmacie s'alarme de la baisse de la couverture vaccinale qui pourrait atteindre un niveau tel que l'immunité de groupe ne pourrait plus être garantie pour certaines infections et que ce sont les individus les plus fragiles, en particulier les  nourrissons, les personnes âgées, les patients allergiques ou immunodéficients qui en pâtiraient le plus. Pour y remédier elle se  déclare en faveur de la vaccination à l'officine par les pharmaciens. […].

La CSMF tire la sonnette d’alarme sur la situation de la médecine libérale à l’île de la Réunion

La prise en charge de proximité se fait grâce aux médecins généralistes et spécialistes. A Mayotte et sur l’île de la Réunion, la densité moyenne exprimant la présence médicale pour 100 000 habitants est respectivement sous la barre des 71 et des 270 pour 100 000 habitants, alors qu’elle est de 337/100 000 en métropole. Pour la seule médecine libérale, cette densité est de 41/100 000 à Mayotte et de 136/100 000 sur la Réunion. […].

La bioéconomie du Canada, en pleine croissance, sera la vedette du Congrès mondial BIO 2015 sur la biotechnologie industrielle, organisé à Montréal

« Le gouvernement canadien les agences gouvernementales provinciales soutiennent le développement d’une bioéconomie au Canada. Les entreprises de biotechnologie canadiennes commercialisent des solutions visant à régler des problèmes mondiaux, actuels et futurs, comme le besoin d’énergies renouvelables, le changement climatique et la dépendance aux produits dérivés du pétrole. De plus, le Canada dispose d’importantes ressources en biomasse, issues notamment du bois et de la paille de blé », a déclaré Brent Erickson, vice-président exécutif de la division Industrie & Environnent de BIO. « Nous sommes impatients d’organiser de nouveau le Congrès mondial BIO à Montréal, où les entreprises de biotechnologie canadiennes et américaines ont forgé de solides partenariats au fil des ans. » […].

Programme de dépistage du cancer colorectal : où en est-on ?

Depuis le 31 janvier dernier, la distribution et la lecture des tests de dépistage du cancer colorectal, appelés Hemoccult, sont suspendues. L’incertitude de la date de mise sur le marché des nouveaux tests immunologiques renforce le risque sanitaire de passer à côté de nombreuses détections de cas. Réunis au sein d’un groupement d’entreprises bénéficiant d’une large expertise dans ledomaine du dépistage, quatre laboratoires indépendants tirent la sonnette d’alarme. […].

Face à la gronde des hôpitaux, l'état injecte 300 millions d'euros supplémentaires pour endiguer les effets délétères des emprunts toxiques

Afin de réduire la dépense publique, l'état a autorisé ces dernières années les hôpitaux à financer leur investissement par des emprunts bancaires. Certains établissements financiers ont profité de l'aubaine pour lancer aux directions hospitalières un miroir aux alouettes en proposant des conditions de financement à priori intéressantes et à postériori catastrophiques du fait de leur variabilité. Les emprunts toxiques représentent ainsi  1, 5 milliard d’euros sur les 30 milliards d’encours de dette des hôpitaux. […].

L' USMCS milite pour la création de centaines de centres de santé publics

Pour l' Union Syndicale des Médecins de Centres de Santé, Le centre de santé est un modèle d’organisation des soins ambulatoires plus que jamais d’avenir. Il a une place de choix à tenir dans un système de santé refondé, basé sur une organisation territoriale de l’offre de santé articulant efficacement secteur ambulatoire et hôpital. Il constitue la structure la plus pertinente d’accueil et d’accompagnement des usagers dans leur parcours de santé et dans un cadre de service public garanti par la loi, au service de tous les publics : accès aux droits, prévention, soins et accompagnement social. […].

Sensibilisation nationale au don de gamètes

En novembre 2014, l’Agence de la biomédecine lance une campagne nationale pour encourager les dons de spermatozoïdes et d’ovocytes et inciter chacun à se projeter comme donneuse ou donneur potentiel. Cette nouvelle campagne vise à augmenter les recrutements pour satisfaire les besoins de tous les couples infertiles devant recourir à une Assistance médicale à la procréation (AMP) avec don de gamètes. […].

Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) et Prévention : Qu’est-ce qu’on attend pour agir ?

Si la Ministre de la Santé a clairement choisi de faire de la prévention l’un des piliers de sa future Loi de Santé Publique, dans les faits, la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) semble être une nouvelle fois l’une des grandes oubliées de notre politique de santé. Les facteurs de risque sont connus et la BPCO relativement facile à prévenir. Et pourtant, plus de 2 malades sur 3 ne sont pas diagnostiqués. De plus, la maladie continue de progresser dans le silence, comme le révèle les résultats d’une récente enquête menée pour l’Association BPCO : seul un français sur cinq a déjà entendu parler de la BPCO ! A l’occasion de son colloque annuel organisé le 12 novembre au Palais du Luxembourg, et dans le cadre de la Journée Mondiale de la BPCO, l’Association BPCO alerte face au manque d’intérêt qu’accordent nos politiques à cette épidémie. Il devient pourtant urgent de répondre au défi économique et humain qu’elle représente. […].

Les délais conventionnels du tiers payant ne seraient pas respectés dans plus de 50% des cas.

L’Assurance Maladie paie aujourd’hui directement le médecin libéral, sans avance de frais pour le patient, lorsque ce dernier est couvert par la CMU ou l’AME (aide médicale d’Etat) : c’est le mécanisme de tiers payant. Ce mécanisme s’appuie sur l’envoi par le médecin d’une feuille de soins papier (FSP) ou électronique (FSE) dans le cadre de la télétransmission.Des discussions portent sur l’extension du tiers payant à l’ensemble de la population. […].