Accueil > Actualité médicale > Recherche scientifique > La rasagiline dans le traitement de la maladie de Parkinson

La rasagiline dans le traitement de la maladie de Parkinson

Caducee.net, le 15 mars 2005 (Recherche scientifique)Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La rasagiline paraît offrir de réelles opportunités dans le traitement de la maladie de Parkinson. Chez des patients sous levodopa, la rasagiline peut améliorer les fonctions motrices, révèle une étude parue dans la revue médicale anglaise The Lancet.

L'étude multicentrique menée par Rascol et collaborateurs (Hôpital Universitaire de Toulouse) portait sur 687 patients de 74 hôpitaux en Israël, Argentine et Europe. L'objet était d'évaluer la rasagiline, inhibiteur de l'activité monoamine oxydase B, dans le traitement des fluctuations motrices on-off de patients parkinsoniens sous levodopa.

En plus de la dose de levodopa, les patients ont été traités par rasagiline (1 mg par voie orale une fois par jour), entacapone (200 mg chaque jour) ou placebo. Une réduction de la durée des périodes "off" a été observée avec la rasagiline et l'entacapone comparé au placebo. Le profil de sécurité de la rasagiline et de l'entacapone était comparable.

Selon les commentaires du professeur Rascol, cette étude a montré que la rasagiline est un traitement efficace, sûr et simple pour la maladie de Parkinson lorsqu'elle est utilisée en combinaison avec la levodopa. La rasagiline a atteint les deux buts principaux du traitement après levodopa – un handicap réduit et une diminution des fluctuations motrices. Elle parait être un bon candidat en complément au traitement par levodopa, d'autant plus qu'elle ne pose pas de problème de dosage particulier.

Source : Lancet 2005; 365: 947–54

Réagir à cet article

PUB