Trois marqueurs pour la sclérose latérale amyotrophique

Trois protéines présentes dans le liquide céphalorachidien (LCR) permettent de détecter la sclérose latérale amyotrophique (SLA) avec une sensibilité et une spécificité supérieures à 90%. Ceci est décrit dans un article publié aujourd’hui dans la revue Neurology.

Pasinetti et collaborateurs rappellent dans leur article que le diagnostic de la SLA repose entièrement sur les signes cliniques. Leur objectif était de mettre en évidence des marqueurs biologiques susceptibles de compléter le diagnostic et éventuellement d’être utilisables dans le suivi de la pathologie.

Leur travail a permis de mettre en évidence trois espèces protéiques dans le LCR qui étaient retrouvées en quantités plus faibles chez les patients SLA (n=36) que chez les sujets contrôles (n=21). Les auteurs expliquent que la combinaison de ces trois protéines est capable de différencier les patients SLA et les témoins avec une sensibilité de 91% et une spécificité de 97%.

La validité de ces trois marqueurs a été confirmée dans une deuxième cohorte de faible effectif où ce test a permis de faire la distinction entre des patients atteints de SLA, de neuropathie périphérique ou des sujets sains.

Source : Neurology 2006; 66:1218-1222

Caducée.net ©Tous droits réservés. Enregistrement, reproduction et copie interdits.

Descripteur MESH : Sclérose , Protéines , Sclérose latérale amyotrophique , Patients , Diagnostic , Marqueurs biologiques , Reproduction , Travail

Recherche scientifique: Les +

France Biotech alerte le Gouvernement sur la situation désastreuse des études cliniques en France et appelle à la tenue d’un « Ségur de la Recherche Clinique en France »

NIHR : un essai préventif concernant l’arthrite va offrir de l’espoir à des millions de personnes

Assay Depot crée une place de marché axée sur l'innovation préclinique pour AstraZeneca

L’ajout de thrombectomie avec stent au traitement de patients ayant subi un accident ischémique cérébral réduit l’invalidité, selon des études mondiales

Une étude publiée dans le European Journal of Neurology confirme que la thérapie non-invasive de stimulation du nerf vague d'electroCore (nVNS) est non seulement sûre mais pourrait s'avérer efficace pour traiter tout un éventail d'affections.

Gecko Biomedical obtient une aide de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour accélérer le développement de ses adhésifs bio-mimétiques

DIAXONHIT annonce que les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg seront le Laboratoire Central Européen pour la réalisation des tests AlloMap® de CareDx® pour les transplantés cardiaques

Ossianix se développe et élargit sa collaboration avec Lundbeck dans le domaine de la recherche sur les thérapies portant sur le système nerveux central (SNC)

ERYTECH annonce des résultats complémentaires positifs de l’étude de phase III avec ERY-ASP/GRASPA® dans la leucémie aiguë lymphoblastique

Le cancer de la prostate semble lié au nombre de partenaires sexuels mais aussi au type de sexualité pratiquée.