Accueil > Actualité médicale > Epidémiologie > Les défenestrations accidentelles d’enfants dans trois régions de France en 2006

Les défenestrations accidentelles d’enfants dans trois régions de France en 2006

BEH (INVS), le 27 mai 2008 (Epidémiologie)Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les « chutes accidentelles de grande hauteur » ou « défenestrations accidentelles » constituent un problème de santé publique ancien commun aux pays développés, principalement lié à l’habitat de grande hauteur.

Méthode – Une enquête exhaustive sur les chutes accidentelles d’enfants de moins de 15 ans a été menée du 15 mars au 15 octobre 2006 en Île-de- France, Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Le recueil des données a été assuré par les équipes d’intervention et les personnels hospitaliers médicaux et paramédicaux.Résultats – On a recensé 106 défenestrations accidentelles dans les trois régions. Il s’agissait surtout d’enfants de moins de 6 ans (62 %), majoritairement des garçons (71 %). Un meuble a permis d’accéder à l’ouvrant dans 32 % des cas et un enfant sur quatre a escaladé le garde-corps ou l’ouverture. Dans un tiers des cas l’enfant a chuté alors qu’une autre personne se trouvait dans la même pièce. En Ile-de-France, près de la moitié des familles était d’origine extra-européenne. Dix enfants (9 %) sont décédés, 19 enfants (18 %) ont gardé un handicap, dont 7 un handicap sévère.Discussion – Le risque de chute par défaut de surveillance doit continuer à faire l’objet de campagnes de prévention adaptées. Il faut également entreprendre la révision des textes réglementant la construction des gardecorps et les systèmes d’ouverture des fenêtres.Auteurs : Annabel Rigou (a.rigou@invs.sante.fr)1, Philippe Meyer2, Bertrand Thélot11 / Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France 2 / Hôpital Necker-Enfants malades, Paris, France

Réagir à cet article

PUB