Les défenestrations accidentelles d’enfants dans trois régions de France en 2006

Les « chutes accidentelles de grande hauteur » ou « défenestrations accidentelles » constituent un problème de santé publique ancien commun aux pays développés, principalement lié à l’habitat de grande hauteur.

Méthode – Une enquête exhaustive sur les chutes accidentelles d’enfants de moins de 15 ans a été menée du 15 mars au 15 octobre 2006 en Île-de- France, Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Le recueil des données a été assuré par les équipes d’intervention et les personnels hospitaliers médicaux et paramédicaux.Résultats – On a recensé 106 défenestrations accidentelles dans les trois régions. Il s’agissait surtout d’enfants de moins de 6 ans (62 %), majoritairement des garçons (71 %). Un meuble a permis d’accéder à l’ouvrant dans 32 % des cas et un enfant sur quatre a escaladé le garde-corps ou l’ouverture. Dans un tiers des cas l’enfant a chuté alors qu’une autre personne se trouvait dans la même pièce. En Ile-de-France, près de la moitié des familles était d’origine extra-européenne. Dix enfants (9 %) sont décédés, 19 enfants (18 %) ont gardé un handicap, dont 7 un handicap sévère.Discussion – Le risque de chute par défaut de surveillance doit continuer à faire l’objet de campagnes de prévention adaptées. Il faut également entreprendre la révision des textes réglementant la construction des gardecorps et les systèmes d’ouverture des fenêtres.Auteurs : Annabel Rigou (a.rigou@invs.sante.fr)1, Philippe Meyer2, Bertrand Thélot11 / Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France 2 / Hôpital Necker-Enfants malades, Paris, France

Descripteur MESH : France , Chutes accidentelles , Santé , Pays développés , Santé publique , Paris , Mars , Enfant , Maurice , Risque

Epidémiologie: Les +