imgLa maladie de Lyme ou Borréliose de Lyme (1/3)

Rédacteur : Florence Campagne
Mise à jour : Christiane Perbet, Août 2001

Sommaire :
Introduction
Articles généraux
Sites et associations
Epidémiologie
Vecteur
Agent causal
Diagnostic et traitement
Prévention
Vaccin
Cas particuliers (enfant, grossesse)
img
Tique du genre Ixodes scapularis
source : CDC
PUB

imgIntroduction

Définition

La borréliose de Lyme est une maladie infectieuse transmise à l'homme par un vecteur : une tique dure du genre Ixodes.

Historique

Ce n'est qu'en 1982 aux Etats-Unis qu'une étiologie infectieuse a été attribuée aux nombreux cas d'arthrite observés quelques années plus tôt dans la région de Lyme, dans le Connecticut.
Willy Burgdorfer découvrait la présence de la bactérie responsable, le spirochète Borrelia Burgdorferi, dans le tube digestif d'une tique.

Le vecteur

Il existe plusieurs espèces d'Ixodes vecteurs.
En France, Ixodes ricinus est la tique qui infeste le plus fréquemment les humains.
Selon la lattitude les biotopes dans lesquels on trouve Ixodus Ricinus varie : prairies en Irlande, forêt en Europe continentale, montagnes en Afrique du Nord.
En Europe continentale on peut accidentellement rencontrer des Ixodes Ricinus en milieu ouvert.

Agent infectieux

Le genre Borrelia est une bactérie de forme hélicoïdale qui comporte une vingtaine d'espèces, toutes transmises par des arthropodes vecteurs (poux, tiques, etc.).

Trois espèces de bactéries responsables de la maladie de Lyme, co-existant en Europe, ont été décrites à l'Institut Pasteur, dans l'Unité de Bactériologie Moléculaire et Médicale.
Elles semblent provoquer des manifestations cliniques différentes chez l'homme : Borrelia burgdorferi sensu stricto (seule espèce présente aux Etats-Unis) entraîne préférentiellement des arthrites, Borrelia garinii est plutôt associée à des symptômes neurologiques et Borrelia afzelii à des manifestations cutanées.
Seules trois espèces sont reconnues pathogènes, mais beaucoup de génoespèces de borrélies ont été décrites à l'Institut Pasteur dont peu ont été reconnues comme espèce.

Le réservoir de Borrelia burgdorferi est très vaste : il est constitué de mammifères sauvages (rongeurs, cervidés), d'oiseaux, d'animaux domestiques (chiens, chevaux, bétail) et de tique (transmission transovarienne possible).
L'Homme est un hôte accidentel, contaminé par la morsure de tiques infectées.

Epidémiologie

La borréliose de Lyme apparaît aujourd'hui comme la maladie à vecteur la plus fréquente dans l'hémisphère Nord (de la partie la plus occidentale de l'Europe au Japon, et de la Scandinavie à l'Afrique du Nord).
D'après certaines études, 60 % à 90 % des tiques seraient porteuses de la bactérie en certains endroits, mais la plupart des études montrent des prévalences plus faible (cf. EUCALB).

Aux Etats-Unis, où 90% des cas sont recensés dans les états de la côte Est, près de 10 000 cas sont signalés chaque année.
En France l'incidence moyenne serait, selon une étude faite à partir d'un réseau de médecins sentinelles, de 16,5 pour 100.000 (Dournon et coll.1989).
En Belgique, on décrit plus de 500 nouveaux cas de borréliose caractérisée chaque année (Godfroid et al., 1995).

Les taux d'incidence en Europe semblent présenter un gradient croissant d'ouest en est, bien que des poches de forte endémie puissent s'observer dans des régions de faible ou moyenne endémie, ainsi en France 40 cas pour 100.000 habitants ont été observés dans le Berry-Sud (Christian et coll.1996).

Symptômes

Les manifestations cliniques :

1 - Manifestation primaire

Au stade primaire survient une lésion cutanée, 3 à 30 jours après la morsure, l'érythème migrant chronique de Lipschutz (EMC). C'est une lésion annulaire, non inflammatoire, peu ou pas prurigineuse, centrée par le point de piqûre, plus claire dans la partie interne qu'en bordure et qui évolue de façon centrifuge, pouvant atteindre jusqu'à 10 cm de diamètre.
Cet EMC se voit dans 50% des cas. Il disparaît spontanément, sans traitement, après 3 à 4 semaines. Asthénie, fébricule (petite fièvre), céphalées ou myalgies (douleurs musculaires) peuvent survenir lors de cette phase.

2 - Manifestations secondaires


Troubles neurologiques : Méningite lymphocytaire, parfois isolée ou associée à :
- Douleurs radiculaires
- Troubles de la sensibilité
- Atteinte des nerfs périphériques et crâniens (syndrome de Garin-Bujadoux-Bannwarth)
Troubles Cardiaques :
- Troubles de la conduction
- Péricardite
Troubles articulaires :
- Oligoarthrite régressive

3 - Manifestations tertiaires

Le stade tertiaire qui peut survenir 10 ans après la morsure, regroupe des lésions rhumatologiques, dermatologiques et neurologiques :
- Encéphalomyélite progressive
- Dermatite chronique atrophiante
- Arthrite chronique destructive

Traitement

Le traitement consiste à absorber des antibiotiques : Il est parfois nécessaire d'intervenir chirurgicalement sur les articulations atteintes.
Une fois identifiée, et en dehors des cas d'atteinte neurologique ou cardiaque justifiant une hospitalisation, sous traitement adapté, la maladie de Lyme reste bénigne.

Vaccin

Le vaccin, commercialisé en 1999 aux Etats-Unis par développé par la firme SmithKline Beecham, ne protège que contre la seule espèce pathogène présente aux Etats-Unis, B.burgdorferi, et pas contre les deux autres qui circulent en Europe, I.garinii et I.afzelii.
Son administration ne concerne que les personnes entre 15 et 70 ans et son efficacité (85%) n'est acquise qu'après la troisième injection (les deux premières se font à un mois d'intervalle, la troisième 12 mois après la première).
Un vaccin susceptible de protéger les européens, qui devra être efficace contre les trois espèces qui les menacent, est en cours d'investigation.

Prévention - conseils aux patients

Les tiques se trouvent sur les herbes ou dans les arbres et s'accrochent sur un hôte potentiel quand elles sentent sa présence. Dès qu'elles se trouvent sur la peau, elles fixent leurs machoires et commencent un repas de sang. La période de contamination est de mai à octobre. La larve, la nymphe et l'adulte peuvent contaminer l'homme.

-
précautions à prendre pour éviter d'être contaminé.

Il est conseillé au cours de promenades en forêts ou dans les champs :
- de porter des vêtements longs, des chaussures fermées pour éviter que les tiques se fixent sur la peau.
- de porter des vêtements clairs pour localiser les tiques plus facilement
- d'utiliser des répulsifs
- au retour de se débarrasser rapidement des tiques fixées à la peau et se trouvant sur les vêtements.

- comment extraire les tiques si vous en trouvez
Le risque de contamination est plus grand à partir de 12 heures de contact avec le tique, il est donc essentiel de le retirer le plus tôt possible.
La tique doit être extraite à l'aide d'une pince à épiler en évitant de l'écraser, ce qui augmenterait les risques de contamination.
Il a été déconseillé d'appliquer tout produit (éther, pétrole,&) qui risquait de faire régurgiter la tique et d'accroître ainsi le risque d'infection, bien qu'une étude récente en Allemagne ait montré que l'application de produit n'aurait aucune influence sur le risque d'infection par B. Burgdorferi (O. Kahl).

- aller consulter si vous avez une auréole rouge (ou érythème migrant) qui évolue, même si vous n'avez pas vu de tique à cet endroit.

 
img
img