La prise en charge de l'infection par le VIH reste difficile malgré les antirétroviraux

Les résultats d'une étude conduite dans un centre de soins à Atlanta montrent que beaucoup de patients porteurs du virus et issus de milieu défavorisé ne suivent pas le traitement recommandé. Selon ce travail présenté à la 8° Conférence sur les rétrovirus, seulement 1 patient sur 10 a une charge virale indétectable un an après son diagnostic de séropositivité.

"A la lumière des avancées récentes dans le traitement antirétroviral, nous avons porté une attention croissante sur le diagnostic et le traitement précoce", a déclaré le Dr del Rio (Emory University School of Medicine), principal auteur de cette étude. Il souligne que la promotion du dépistage ne suffit pas et que le traitement ne pourra être efficace sans un suivi adéquat du patient.

Il a suivi 103 patients dont la séropositivité pour le VIH venait d'être établie et à qui un traitement été proposé. Ces sujets vivaient en milieu urbain dans des quartiers défavorisés. Seulement 55 (53%) se sont rendus au centre de soins et 22 d'entre eux ont été perdus de vue durant la première année. Sur les patients restants, 30 ont reçu un traitement dont 20 ont eu une charge virale indétectable à un moment donné. Un an après le diagnostic, 23 étaient toujours sous traitement et 12 avaient une charge virale indétectable. Au final, cet objectif n'a été atteint que pour 12 % des patients initialement suivis.

"Nos résultats montrent qu'il y a une grande différence entre être capable de détecter le VIH et obtenir le suivi du traitement", conclut le Dr del Rio.

Source : Emory University.

Descripteur MESH : VIH Virus de l'Immunodéficience Humaine , Infection , Patients , Diagnostic , Charge virale , Soins , Séropositivité VIH , Virus , Travail , Attention , Auteur , Perdus de vue , Lumière

Recherche scientifique: Les +