Un questionnaire pour évaluer le risque de cancer colorectal

Des auteurs anglais décrivent dans le Lancet la mise au point d’un questionnaire destiné au patient et qui permet d’évaluer le risque de cancer colorectal symptomatique. Les auteurs de cet article estiment qu’il pourrait être utile pour décider quels patients sont prioritaires pour des examens approfondis.

Cette étude est présentée par Selvachandran et al sous la rubrique des publications avancées du Lancet. Ces auteurs anglais rappellent que le dépistage colorectal au Royaume Uni recommandé par les services de santé (NHS) est basé sur une première visite chez l’omnipraticien référent et que suite à l’interrogatoire et aux symptômes rapportés par le patient, le médecin décide d’orienter le patient chez un spécialiste pour une coloscopie.

« Certains signes et symptômes à haut risque ont été utilisés comme critère pour une consultation urgente », commentent les auteurs. Cependant, ces symptômes ne sont pas toujours spécifiques et ce protocole se traduit par un engorgement des consultations chez les spécialistes. Par ailleurs, ce système ne permet pas d’identifier un nombre significatif de cancers dans le groupe des patients de risque faible.

Pour ces raisons, Selvachandran et al ont développé un questionnaire susceptible d’améliorer la stratification du risque. Ce document se compose d’une série de questions sur l’histoire du patient et les symptômes rencontrés. Les réponses sont ensuite saisies afin de générer un score basé sur les symptômes (« score numérique pondéré ») et un score de risque de malignité. Un autre score de risque de malignité était calculé d’après la lettre du généraliste.

Les auteurs ont examiné les données de 2.268 patients adressés à un centre spécialisé par leur médecin généraliste. Le questionnaire leur avait été remis avant la consultation.

Parmi les 2.268 patients, 95 avaient un cancer colorectal. Le score dérivé du questionnaire était plus élevé (p<0,0001) chez les patients avec un cancer (76,5) que chez les patients sans cancer (44,5).

« Avec des taux similaires de détection des cancers, le score de risque de malignité dérivé du questionnaire et le score numérique pondéré ont qualifié comme urgents une proportion plus faible de patients par rapport aux recommandations du NHS (43,1 % et 39,8 % vs 49,8 %)».

En résumé, les auteurs expliquent que ce questionnaire permet de définir les priorités chez ces patients envoyés par leur omnipraticien. Par ailleurs, il serait aussi utile aux médecins généralistes afin identifier les sujets à risque.

Source : Lancet Published online July 16, http://image.thelancet.com/extras/01art3336web.pdf

SR

Descripteur MESH : Risque , Patients , Services de santé , Coloscopie , Médecins généralistes , Signes et symptômes , Lettre , Santé , Médecins , Publications

Recherche scientifique: Les +

France Biotech alerte le Gouvernement sur la situation désastreuse des études cliniques en France et appelle à la tenue d’un « Ségur de la Recherche Clinique en France »

NIHR : un essai préventif concernant l’arthrite va offrir de l’espoir à des millions de personnes

Assay Depot crée une place de marché axée sur l'innovation préclinique pour AstraZeneca

L’ajout de thrombectomie avec stent au traitement de patients ayant subi un accident ischémique cérébral réduit l’invalidité, selon des études mondiales

Une étude publiée dans le European Journal of Neurology confirme que la thérapie non-invasive de stimulation du nerf vague d'electroCore (nVNS) est non seulement sûre mais pourrait s'avérer efficace pour traiter tout un éventail d'affections.

Gecko Biomedical obtient une aide de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour accélérer le développement de ses adhésifs bio-mimétiques

DIAXONHIT annonce que les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg seront le Laboratoire Central Européen pour la réalisation des tests AlloMap® de CareDx® pour les transplantés cardiaques

Ossianix se développe et élargit sa collaboration avec Lundbeck dans le domaine de la recherche sur les thérapies portant sur le système nerveux central (SNC)

ERYTECH annonce des résultats complémentaires positifs de l’étude de phase III avec ERY-ASP/GRASPA® dans la leucémie aiguë lymphoblastique

Le cancer de la prostate semble lié au nombre de partenaires sexuels mais aussi au type de sexualité pratiquée.