Cancer du sein et THS : le risque est-il plus faible que prévu ?

Le risque de cancer du sein lié à la prise d'un traitement hormonal de substitution de la ménopause pourrait être plus faible que prévu, suggèrent des chercheurs dans un article paru dans le British Medical Journal.

Cette équipe du New South Wales Breast Cancer Institute a estimé le risque cumulé absolu de cancer du sein jusqu'à 79 ans en relation avec les THS. Ce risque absolu de cancer du sein diminue avec l'âge chez les femmes qui ne prennent pas de THS. En moyenne, il est de 7,2% chez les 40-79 ans, 6,1% à 50 ans et 4,4% à 60 ans.

L'emploi des THS augmente le risque mais de façon limitée, expliquent les auteurs. Par exemple, l'emploi d'estrogènes seuls ou les traitements combinés pendant 5 ans à 50 ans modifient le risque de la façon suivante : 6,1 % sans THS, 6,3% avec estrogènes seuls et 6,7% avec les traitements combinés. La durée du traitement joue également un rôle. Les THS combinés pendant près de 10 ans amènent le risque cumulé à 7,7% tandis que les estrogènes seuls ont un effet minime sur le risque de cancer du sein, même sur des périodes prolongées. Les auteurs ajoutent à ce sujet que les études actuelles indiquent que la moitié des femmes australiennes, européennes et américaines sous THS prennent un traitement combiné.

L'excès de risque est plus élevé avec les THS combinés, surtout s'ils sont pris pendant plus de cinq ans. Leur prise pendant 5 ans à partir de 55 ans est associée à un excès de risque de cancer du sein de 0,6% et de 1,8% supplémentaire pour 10 ans d'utilisation.

Source : BMJ 2005;331: 347-9

Descripteur MESH : Risque , Tumeurs du sein , Ménopause , Femmes , Emploi , Joue , Rôle

Recherche scientifique: Les +

France Biotech alerte le Gouvernement sur la situation désastreuse des études cliniques en France et appelle à la tenue d’un « Ségur de la Recherche Clinique en France »

NIHR : un essai préventif concernant l’arthrite va offrir de l’espoir à des millions de personnes

Assay Depot crée une place de marché axée sur l'innovation préclinique pour AstraZeneca

L’ajout de thrombectomie avec stent au traitement de patients ayant subi un accident ischémique cérébral réduit l’invalidité, selon des études mondiales

Une étude publiée dans le European Journal of Neurology confirme que la thérapie non-invasive de stimulation du nerf vague d'electroCore (nVNS) est non seulement sûre mais pourrait s'avérer efficace pour traiter tout un éventail d'affections.

Gecko Biomedical obtient une aide de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour accélérer le développement de ses adhésifs bio-mimétiques

DIAXONHIT annonce que les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg seront le Laboratoire Central Européen pour la réalisation des tests AlloMap® de CareDx® pour les transplantés cardiaques

Ossianix se développe et élargit sa collaboration avec Lundbeck dans le domaine de la recherche sur les thérapies portant sur le système nerveux central (SNC)

ERYTECH annonce des résultats complémentaires positifs de l’étude de phase III avec ERY-ASP/GRASPA® dans la leucémie aiguë lymphoblastique

Le cancer de la prostate semble lié au nombre de partenaires sexuels mais aussi au type de sexualité pratiquée.