Alimentation et cancer du poumon

D’après une étude japonaise parue dans le Bristish Journal of Cancer, la consommation de poisson cuit ou cru diminuerait le risque d’adénocarcinome du poumon.

Des chercheurs du Cancer Center Research Institute et du Cancer Center Hospital à Aichi (Japon) ont conduit une étude cas-témoin afin d’étudier l’association entre différents types de cancers du poumon et les habitudes alimentaires. Les cas étaient constitués de 367 hommes et 240 femmes avec un adénocarcinome, 381 hommes et 57 femmes avec un épithélioma spinocellulaire et un épithélioma à petites cellules. Les témoins (2964 hommes et 1189 femmes sans cancer) ont été appariés aux cas en fonction du sexe et de l’âge.

Après ajustement pour un certain nombre de facteurs confondants, il apparaît qu’une consommation de poisson cuit ou cru diminue de moitié le risque d’adénocarcinome à la fois chez l’homme (odds ratio= 0,51 ; IC 95 %=0,31-0,84) et chez la femme (odds ratio = 0,48, IC 95 % = 0,24-0,94). La consommation de poisson séché/salé ne diminue pas ce risque.

La consommation de soja est également associée à une diminution du risque d’adénocarcinome chez la femme. Les auteurs ont aussi constaté une diminution uniquement pour l’homme du risque d’épithélioma spinocellulaire et d’épithélioma à petites cellules associée à une consommation de légumes verts, de légumes cru, de fruit et de lait, mais la consommation de citrouille, carottes, œufs ou café augmente ce risque.

Source : British Journal of Cancer 2001 ; 84 : 1199-1206

Descripteur MESH : Risque , Poumon , Femmes , Hommes , Cellules , Légumes , Habitudes , Japon , Soja , Adénocarcinome , Habitudes alimentaires , Lait , Café , Fruit , Sexe

Recherche scientifique: Les +