Bientôt des troupeaux de chèvres pour lutter contre le paludisme ?

Des travaux scientifiques récents montrent qu'il serait possible d'utiliser des chèvres transgéniques capables de produire dans leur lait un vaccin contre Plasmodium falciparum, parasite responsable du paludisme. Cette démarche de production de vaccin a déjà été testée avec succès chez la souris et a permis de protéger des singes d'une infection par P. falciparum.

Ces résultats ont été publiés en avance le 18 décembre sur le site de la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences.

Dans leur article, Anthony Stowers et ses confrères décrivent comment ils ont développé des souris transgéniques de façon à ce qu'elles expriment une protéine de surface de P. falciparum uniquement dans leur lait. Deux lignées de souris ont été ainsi créées, chacune porteuse d'une forme différente du gène d'une protéine de surface du parasite.

La production de la protéine d'intérêt dans le lait des souris a été suffisante pour être ensuite utilisée pour un essai vaccinal chez le singe. Seulement un animal sur les cinq immunisés a contracté le paludisme après l'injection d'une dose suffisante de P. falciparum. Comparativement, six des sept singes non vaccinés ont du être traités pour une forme sévère de paludisme.

La production efficace de la protéine vaccin dans le lait et son aptitude à induire un degré de protection significatif rendent cette approche prometteuse pour la lutte antipaludique. Des études préliminaires réalisées par ce même groupe de chercheurs laissent entendre que cette technique peut être transposée à des animaux plus importants et notamment des chèvres.

"Un vaccin ne doit pas seulement être efficace, sa production doit être d'un coût réduit s'il doit être utilisé dans les pays les plus touchés par le paludisme", a commenté Anthony Stowers.

Source : AW Stowers et al. A recombinant vaccine expressed in milk of transgenic mice protects "Aotus" monkeys from lethal challenge with Plasmodium falciparum. "Proceedings of the National Academy of Sciences" Early Edition online (December 17, 2001). National Institutes of Health.

Descripteur MESH : Paludisme , Médecine , Médecine tropicale , Lait , Infection , Démarche , Animaux , Plasmodium , Vaccine , Aptitude , Plasmodium falciparum , Lutte , Souris transgéniques

INSCRIPTION NEWSLETTER

Recherche scientifique: Les +

Une étude publiée dans le European Journal of Neurology confirme que la thérapie non-invasive de stimulation du nerf vague d'electroCore (nVNS) est non seulement sûre mais pourrait s'avérer efficace pour traiter tout un éventail d'affections.

Gecko Biomedical obtient une aide de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour accélérer le développement de ses adhésifs bio-mimétiques

DIAXONHIT annonce que les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg seront le Laboratoire Central Européen pour la réalisation des tests AlloMap® de CareDx® pour les transplantés cardiaques

Ossianix se développe et élargit sa collaboration avec Lundbeck dans le domaine de la recherche sur les thérapies portant sur le système nerveux central (SNC)

ERYTECH annonce des résultats complémentaires positifs de l’étude de phase III avec ERY-ASP/GRASPA® dans la leucémie aiguë lymphoblastique

Le cancer de la prostate semble lié au nombre de partenaires sexuels mais aussi au type de sexualité pratiquée.

Cancer du poumon : une nouvelle méthode de dépistage précoce jette les bases de son éradication

Cancer : des chercheurs développent des vaccins thérapeutiques personnalisés

Actualités de dernière minute des exposants aux salons professionnels importants disponibles en ligne sur Tradeshownews.com

ZYTIGAMD en association avec la prednisone a entraîné une prolongation statistiquement significative de la survie globale chez des hommes atteints du cancer de la prostate métastatique résistant à la castration et n'ayant jamais reçu de chimiothérapie...