Accueil > Actualité médicale > Actualités professionnelles > ITGA : la pétition mondiale des cultivateurs contre les propositions « dévastatrices » de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) prend de l'ampleur

ITGA : la pétition mondiale des cultivateurs contre les propositions « dévastatrices » de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) prend de l'ampleur

ITGA, le 21 oct. 2010 (Actualités professionnelles)Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les directives relatives aux articles 9, 10, 17 et 18 de la CCLAT interdiraient l'utilisation d'ingrédients employés dans les produits à base de tabac et réduiraient la surface de culture du tabac à travers le monde. L'ITGA, qui représente 30 millions de cultivateurs ayant une connaissance approfondie de la culture, soutient que ces mesures auront des conséquences sociales et économiques désastreuses, sans toutefois améliorer véritablement la santé des personnes. En dépit des sonnettes d'alarme qui ont été tirées, la demande de présence de l'ITGA à la table des discussions a été rejetée par l'OMS, qui considère les cultivateurs comme une source d'interférences.

Les principaux représentants des organisations de cultivateurs de tabac du monde entier se sont réunis à Lexington, Kentucky (États-Unis) cette semaine, accusant l'OMS d'afficher une indifférence totale vis-à-vis des moyens de subsistance de millions de cultivateurs et de leurs familles vivant dans des régions parmi les plus pauvres du monde. Quatre-vingts pour cent de la production mondiale commercialisée de tabac étaient représentés à l'occasion de l'assemblée générale annuelle de l'ITGA (International Tobacco Growers Association), durant laquelle les cultivateurs ont évoqué l'impact dévastateur qu'auraient les nouvelles directives de la Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLAT) si elles venaient à être adoptées en Uruguay au mois de novembre.

Les directives relatives aux articles 9, 10, 17 et 18 de la CCLAT interdiraient l'utilisation d'ingrédients employés dans les produits à base de tabac et réduiraient la surface de culture du tabac à travers le monde. L'ITGA, qui représente 30 millions de cultivateurs ayant une connaissance approfondie de la culture, soutient que ces mesures auront des conséquences sociales et économiques désastreuses, sans toutefois améliorer véritablement la santé des personnes. En dépit des sonnettes d'alarme qui ont été tirées, la demande de présence de l'ITGA à la table des discussions a été rejetée par l'OMS, qui considère les cultivateurs comme une source d'interférences.

« Nous sommes les personnes les plus affectées par ces directives, » déclare Antonio Abrunhosa, directeur général de l'ITGA. « Pourtant, des personnes possédant une connaissance très limitée de la culture du tabac vont décider de notre destin d'un simple jet de dés, sans même nous consulter. »

Jetant de l'huile sur le feu, l'Alliance pour la Convention-cadre (ACC) - un groupe amplement subventionné d'ONG dont l'unique finalité est « le développement et la mise en œuvre de la CCLAT » - a récemment qualifié les revendications des cultivateurs « d'informations mensongères ». Dans un document publié sur son site Web, l'ACC soutient que les directives n'interdisent pas le tabac Burley, mais passe outre le fait qu'en l'absence d'ingrédients, la demande de tabac Burley disparaîtrait presque entièrement, n'offrant aucune culture alternative économiquement viable aux cultivateurs. L'ACC soutient également que les ingrédients rendent les cigarettes plus « attirantes », mais ignore le fait que plus de la moitié des fumeurs du monde préfèrent déjà les cigarettes contenant moins d'ingrédients.

« Nous ne sommes pas hostiles au fait que l'OMS réglemente la consommation de tabac, » déclare Abrunhosa. « Toutefois, elle devrait écouter ceux qui comprennent cette culture, et non seulement ceux qui la haïssent. »

Ces dernières semaines, une pétition d'opposition aux propositions de l'OMS a été inaugurée par l'ITGA et diffusée auprès des cultivateurs de tabac du monde entier. À ce jour, la pétition a recueilli plus de 200 000 signatures provenant de 25 pays cultivateurs de tabac. Le 8 novembre, une semaine avant la réunion en Uruguay, les cultivateurs de tabac remettront les pétitions signées à leurs gouvernements, en les invitant à « empêcher la conférence des acteurs de la CCLAT de détruire les moyens de subsistance des cultivateurs de tabac et rejeter les directives provisoires des articles 9 et 10, ainsi que les recommandations relatives aux articles 17 et 18 ».

À propos de la proposition de l'OMS

La Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLAT) est le premier traité négocié sous les auspices de l'OMS.

L’article 9 de la CCLAT vise à réguler le contenu des produits à base de tabac, c.-à-d. les tests et les mesures des émissions et des contenus du tabac. L’article 10 de la CCLAT vise à réguler les divulgations sur les produits à base de tabac, c.-à-d. la divulgation du contenu et des émissions des produits à base de tabac. Un groupe de travail, conduit par le Canada, la Norvège et l’Union européenne, a développé des recommandations détaillées pour les articles 9 et 10 que les pays peuvent suivre lors de la mise en place d’une législation nationale. La dernière version des recommandations préconise une interdiction concernant l’utilisation d’ingrédients dans les produits à base de tabac.

Les articles 17 et 18 de la CCLAT proposent des alternatives économiquement durables aux plantations de tabac. Les toutes dernières recommandations feront l'objet d'un débat lors de la 4e conférence des parties et stipulent que « les parties doivent, en collaboration avec les organisations nationales, régionales et internationales concernées, éviter d'investir dans la production et/ou la promotion de la production de tabac [et] également réduire progressivement les zones réservées à la culture du tabac... »

Les signataires de la CCLAT discuteront et voteront les directives sur les articles 9 et 10 et débattront des articles 17 et 18 lors de la 4e conférence des parties qui se tiendra en Uruguay en novembre 2010.

À propos de l'ITGA

L'ITGA est une organisation à but non lucratif fondée en 1984 dans le but de représenter la cause des millions de planteurs de tabac dans le monde. L'ITGA s'efforce d'être un porte-parole efficace, à l'échelle internationale et nationale, de tous ces planteurs, afin d'assurer la protection à long terme des marchés du tabac. Parmi ses membres figurent des planteurs de tabac de 26 pays, représentant 85 pour cent de la production mondiale de tabac.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

CONTACT:

International Tobacco Growers' Association (ITGA)M. Antonio Abrunhosa(Directeur général)Tél. : + 351 272 325 901Fax : + 351 272 325 906E-mail : itga@tobaccoleaf.org

© 2010 Business Wire - Tous droits réservés

Réagir à cet article

PUB