Schizophrénie et risque d’arrêt cardiaque

Le risque d’arrêt cardiaque serait plus élevé chez les patients schizophrènes sous antipsychotiques que chez des patients contrôles, non schizophrènes, indique une étude publiée dans le British Medical Journal du 9 novembre.

En utilisant des données américaines, le professeur Sean Hennessy et ses collaborateurs ont comparé la fréquence des arrêts cardiaques chez des patients schizophrènes sous traitement et chez des patients contrôles avec un psoriasis ou un glaucome.

Ce risque a été également mesuré en fonction des antipsychotiques reçus : thioridazine, halopéridol, risperidone et clozapine.

Les auteurs de l’étude ont montré que le taux d’arrêt cardiaque et d’arythmie ventriculaire était plus élevé (de 1,7 à 3,2) chez les sujets schizophrènes que chez les sujets contrôles.

Globalement, le risque était similaire avec la thioridazine et l’halopéridol mais il pourrait être plus élevé pour les doses importantes de thioridazine.

Dans leur discussion, les auteurs soulignent que l’augmentation du risque cardiaque observée peut être due à la maladie ou à ces traitements. Cependant, en supposant que le traitement soit en jeu, il serait préférable d’utiliser des doses de thioridazine les plus faibles possibles.

Source : BMJ 2002 ;325 :1070-2

Descripteur MESH : Risque , Patients , Thioridazine , Clozapine , Maladie , Risperidone , Glaucome , Halopéridol , Psoriasis

Recherche scientifique: Les +