L’estomac, un bouillon de culture plus riche que prévu

Il est généralement admis que l’estomac ne constitue pas un environnement de culture particulièrement hospitalier pour les bactéries. Pourtant, une équipe de chercheurs vient de démontrer que la flore gastrique, outre Helicobacter pylori, est beaucoup plus riche qu’on ne le pensait et qu’elle pourrait jouer un rôle dans certaines pathologies humaines.

La bactérie Helicobacter pylori, qui joue un rôle causal dans la survenue de gastrites chroniques, ulcères duodénaux et participe au développement des néoplasies gastriques, est un représentant bien connu de la flore gastrique. En raison de son importance médicale, cette bactérie fait l’objet d’études intensives mais on dispose paradoxalement de peu d’informations sur d’autres micro-organismes susceptibles de persister et de se développer dans l’environnement gastrique.

De nouvelles informations sont apportées par une étude conduite par Elisabeth Bik (Ecole de Médecine de l’Université de Stanford) et ses collaborateurs : en analysant par des techniques de biologie moléculaire la diversité bactérienne de 23 biopsies gastriques, les chercheurs ont identifié au moins 128 types différents de bactéries, soit bien plus qu’on ne l’envisageait.

Résultat tout aussi pertinent, on note que 10% de ces bactéries sont génétiquement distinctes des bactéries connues chez l’homme. C’est notamment le cas de Deinococcus radiodurans, bactérie bien connue pour sa résistance exceptionnelle aux rayonnements ionisants et qui a été par exemple retrouvée dans des sites de stockage des déchets radioactifs ou dans des sources chaudes.

D’après les auteurs, cette flore gastrique apporte un éclairage nouveau sur les maladies gastro-instestinales et mérite un examen approfondi pour définir son rôle éventuel dans ces pathologies.

Source : PNAS Early edition 2006, 2-6 january.

Caducée.net ©Tous droits réservés. Enregistrement, reproduction et copie interdits.

Descripteur MESH : Bactéries , Rôle , Environnement , Déchets , Organismes , Biologie , Déchets radioactifs , Joue , Reproduction , Biologie moléculaire , Éclairage , Médecine

INSCRIPTION NEWSLETTER

Recherche scientifique: Les +

Une étude publiée dans le European Journal of Neurology confirme que la thérapie non-invasive de stimulation du nerf vague d'electroCore (nVNS) est non seulement sûre mais pourrait s'avérer efficace pour traiter tout un éventail d'affections.

Gecko Biomedical obtient une aide de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour accélérer le développement de ses adhésifs bio-mimétiques

DIAXONHIT annonce que les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg seront le Laboratoire Central Européen pour la réalisation des tests AlloMap® de CareDx® pour les transplantés cardiaques

Ossianix se développe et élargit sa collaboration avec Lundbeck dans le domaine de la recherche sur les thérapies portant sur le système nerveux central (SNC)

ERYTECH annonce des résultats complémentaires positifs de l’étude de phase III avec ERY-ASP/GRASPA® dans la leucémie aiguë lymphoblastique

Le cancer de la prostate semble lié au nombre de partenaires sexuels mais aussi au type de sexualité pratiquée.

Cancer du poumon : une nouvelle méthode de dépistage précoce jette les bases de son éradication

Cancer : des chercheurs développent des vaccins thérapeutiques personnalisés

Actualités de dernière minute des exposants aux salons professionnels importants disponibles en ligne sur Tradeshownews.com

ZYTIGAMD en association avec la prednisone a entraîné une prolongation statistiquement significative de la survie globale chez des hommes atteints du cancer de la prostate métastatique résistant à la castration et n'ayant jamais reçu de chimiothérapie...