Sclérose latérale amyotrophique (SLA) : un mécanisme à deux temps

De nouveaux travaux publiés dans la revue Science démontrent que les phases d’initiation et de progression de la SLA obéissent à deux populations cellulaires distinctes : les motoneurones dans le cas de l’initiation et les cellules de la microglie dans la progression. Ces résultats apportent aussi de nouveaux éclairages sur les voies thérapeutiques potentielles.

La SLA est une maladie neurodégénérative qui est causée par la dégénérescence des neurones moteurs. Des mutations codant le gène de la superoxyde dismutase (SOD1) ont été mises en cause dans les formes familiales de la maladie et constituent aujourd’hui un modèle d’étude de choix.

Dans un article publié cette semaine, Séverine Boillée et ses collaborateurs expliquent avoir réussi à contrôler l’expression de SOD1 mutante dans différentes populations cellulaires chez la souris. Leurs résultats montrent que l’expression de ce mutant dans les motoneurones est suffisante pour déclencher l’apparition de lésions dans ces cellules, signant ainsi l’initiation de la maladie.

De plus, cette approche a permis de mettre en exergue le rôle des cellules de la microglie dans la progression de la maladie. En effet, lorsque la SOD1 mutante est également exprimée dans les cellules de la microglie – apparentées aux macrophages – autour des neurones moteurs de la moelle épinière, la progression de la maladie est plus rapide.

Il est encore tôt pour affirmer que la situation est similaire chez l’homme, expliquent les auteurs. Cependant, si tel était le cas, cela ouvrirait la voie à une approche thérapeutique ciblée sur un seul type cellulaire, en l’occurrence les cellules de microglie, pour bloquer la progression de la maladie.

Source : Science 2005 ; 312 :1389-92.

Caducée.net ©Tous droits réservés. Enregistrement, reproduction et copie interdits.

Descripteur MESH : Cellules , Microglie , Motoneurones , Science , Maladie , Neurones , Reproduction , Thérapeutique , Macrophages , Rôle

Recherche scientifique: Les +

Une étude publiée dans le European Journal of Neurology confirme que la thérapie non-invasive de stimulation du nerf vague d'electroCore (nVNS) est non seulement sûre mais pourrait s'avérer efficace pour traiter tout un éventail d'affections.

Gecko Biomedical obtient une aide de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour accélérer le développement de ses adhésifs bio-mimétiques

DIAXONHIT annonce que les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg seront le Laboratoire Central Européen pour la réalisation des tests AlloMap® de CareDx® pour les transplantés cardiaques

Ossianix se développe et élargit sa collaboration avec Lundbeck dans le domaine de la recherche sur les thérapies portant sur le système nerveux central (SNC)

ERYTECH annonce des résultats complémentaires positifs de l’étude de phase III avec ERY-ASP/GRASPA® dans la leucémie aiguë lymphoblastique

Le cancer de la prostate semble lié au nombre de partenaires sexuels mais aussi au type de sexualité pratiquée.

Cancer du poumon : une nouvelle méthode de dépistage précoce jette les bases de son éradication

Cancer : des chercheurs développent des vaccins thérapeutiques personnalisés

Actualités de dernière minute des exposants aux salons professionnels importants disponibles en ligne sur Tradeshownews.com

ZYTIGAMD en association avec la prednisone a entraîné une prolongation statistiquement significative de la survie globale chez des hommes atteints du cancer de la prostate métastatique résistant à la castration et n'ayant jamais reçu de chimiothérapie...