nuance

Les allergies

Introduction

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, les allergies se situent au sixième rang des maladies dans le monde. Plus d'un enfant sur cinq est allergique. Il existe cinq types d'allergies :

  • Les allergies respiratoires,
  • les allergies cutanées,
  • les allergies oculaires,
  • ,
  • les chocs anaphylactiques.

Les allergies respiratoires sont les plus courantes. Elles peuvent se traduire par une rhinite, de l'asthme ou une alvéolite.
Les allergies cutanées peuvent provoquer un eczéma atopique ou dermatite atopique, un eczéma de contact, un urticaire ou un oedème de Quincke.

On différencie trois types d'allergènes :

- les pneumallergènes ou allergènes aéroportés (acariens, pollens, moisissures, poils d'animaux domestiques),
- les trophallergènes (arachides, oeuf, lait)
- et les allergènes chimiques (aspirine, nickel, chrome, formol, latex).

Les mécanismes allergiques

Les réactions allergiques aussi appelées réactions d'hypersensibilités correspondent à des réactions immunitaires inapropriées. Il existe quatre types de réactions immunologiques qui sont les hypersensibilités à complexes immuns, cytotoxiques, retardées et immédiates. Ces deux dernières étant les plus fréquentes, seuls leurs mécanismes sont exposés. 

Mécanisme de l'hypersensibilité immédiate

- Les réactions d'hypersensibilité immédiate sont les plus courantes.
- Elles sont médiées par les immunoglobulines E.
- Le mécanisme se déroule en deux temps :
     >Pendant la première phase ou phase de sensibilisation, l'allergène entre en contact avec les macrophages du système immunitaire. Les macrophages stimulent la production de lymphocytes T et B qui, par une cascade de  réactions, stimulent la production d'immunoglobulines E par les plasmocytes. Ces IgE se fixent alors sur les récepteurs spécifiques des mastocytes cutanés et muqueux et des basophiles du sang.
     >Au cours de la deuxième phase, l'allergène rentre en contact avec les basophiles et les mastocytes porteurs d'IgE ce qui libèrent des substances délétères et pro-inflammatoires telle que l'histamine qui favorise l'asthme.

Mécanisme de l'hypersensibilité retardée

- Cette réaction n'est pas médiée par des anticorps mais par des lymphocytes T.
- L'allergène en cause est généralement une substance chimique de masse moléculaire inférieure à 1 KDa qui, après avoir traversé la peau se fixe sur des protéines.
- Le couple protéine-allergène est reconnu par les cellules de Langerhans situées dans la couche épidermique de la peau.
- Ces cellules de Langerhans porteuses des couples protéine-allergène migrent alors vers les ganglions lymphatiques régionaux afin de les présenter aux lymphocytes T CD4 . Ceux-ci vont donc être activés et vont peupler les différents ganglions de l'organisme.
- Au deuxième contact avec l'allergène, ce dernier se fixe sur les cellules de Langerhans qui migrent alors vers les lymphocytes activés.
- Ces Lymphocytes spécifiques de l'allergène le reconnaissent et affluent vers le lieu de l'allergie pour y créer des lésions vésiculeuses intradermiques importantes. Ces lésions apparaissent généralement entre 48 à 72 h après contact avec l'allergène d'où le nom d'hypersensibilité retardée.

Le diagnostic

Il repose sur un interrogatoire avec recherche des antécédents familiaux et personnels, évocation des allergènes à l'origine des troubles et examen des signes cliniques. Il s'agit de signes respiratoires ORL ou bronchique associés ou non à des signes oculaires, cutanés, digestifs ou généraux. L'interrogatoire est très important car il permet d'orienter le choix des tests à effectuer.

Les différents tests pour déterminer le ou les allergène(s) en cause sont les suivants :

- Les tests cutanés sont pratiqués par prick avec des extraits d'allergènes. La réactivité cutanée est variable selon l'âge. Elle est maximum entre 15 et 25 ans. Un test cutané négatif doit être répété si les signes persistent.

- Les tests de provocation qui consistent à mesurer la réponse d'un organe cible à l'exposition à des quantités croissantes de l'allergène présumé est souvent nécessaire pour confirmer une allergie alimentaire.

- Le dosage d'IG E spécifiques est pratiqué lorsqu'il y a discordance entre l'interrogatoire et les tests cutanés ou remplacer ces derniers s'ils sont difficilement pratiquables.

- Le dosage des allergènes dans l'environnement du patient permet de confirmer la relation entre les signes cliniques et un niveau élevé d'allergène.

Les traitements

Le traitement préventif

Il consiste en l'éviction de l'allergène mis en cause.

Le traitement symptômatique

Lorsque ce traitement préventif n'est pas possible, notamment lorsqu'un pneumallergène est en cause, on a recours aux traitements symptômatiques :
- Les antihistaminiques sont particulièrement efficaces dans les cas de rhinites, urticaires et conjonctivites.
- Les corticoïdes peuvent être utilisés dans toutes les manifestations allergiques.
- Les cromones sont principalement utilisés dans le traitement de l'asthme.
- Les bétabloquants ont un effet bronchodilatateur et inhibent l'activation des mastocytes libérant l'histamine.
- L'administration d'adrénaline lors de choc anaphylactique permet le rétablissement d'une circulation sanguine satisfaisante.
- La théophylline qui a une action bronchodilatatrice et anti-inflamatoire.

L'immunothérapie spécifique

La troisième voie de traitement possible l'immunothérapie spécifique. On y a recourt lorsque l'allergène est bien identifié c'est à dire dans les cas d'allergie aux pollens, acariens, venins d'hyménoptères et certaines moisissures (Alternaria). Cette désensibilisation s'effectue par administration de doses croissantes de l'allergène majeur ou d'un mélange de deux ou trois allergènes. L'administration en solution ou en lyophylisat de l'allergène se fait par voie orale, sous-cutanée, sublinguale ou nasale. Dans un premier temps, on cherche la dose maximale supportée par le patient (phase d'attaque) puis on administre régulièrement cette dose maximale (phase d'entretien). Le taux de réussite à ce traitement est de 90% en cas de désensibilisation aux vénins d'hyménoptères et varie de 60 à 80% pour les pollens et les acariens. La limite de ce traitement est qu'elle peut induire des incidents allergiques graves voire mortels.

- Le dosage d'IG E spécifiques est pratiqué lorsqu'il y a discordance entre l'interrogatoire et les tests cutanés ou remplacer ces derniers s'ils sont difficilement pratiquables. - Le dosage des allergènes dans l'environnement du patient permet de confirmer la relation entre les signes cliniques et un niveau élevé d'allergène. Les traitements

Le traitement préventif

Il consiste en l'éviction de l'allergène mis en cause.

Le traitement symptômatique

Lorsque ce traitement préventif n'est pas possible, notamment lorsqu'un pneumallergène est en cause, on a recours aux traitements symptômatiques :
- Les antihistaminiques sont particulièrement efficaces dans les cas de rhinites, urticaires et conjonctivites.
- Les corticoïdes peuvent être utilisés dans toutes les manifestations allergiques.
- Les cromones sont principalement utilisés dans le traitement de l'asthme.
- Les bétabloquants ont un effet bronchodilatateur et inhibent l'activation des mastocytes libérant l'histamine.
- L'administration d'adrénaline lors de choc anaphylactique permet le rétablissement d'une circulation sanguine satisfaisante.
- La théophylline qui a une action bronchodilatatrice et anti-inflamatoire.

L'immunothérapie spécifique

La troisième voie de traitement possible l'immunothérapie spécifique. On y a recourt lorsque l'allergène est bien identifié c'est à dire dans les cas d'allergie aux pollens, acariens, venins d'hyménoptères et certaines moisissures (Alternaria). Cette désensibilisation s'effectue par administration de doses croissantes de l'allergène majeur ou d'un mélange de deux ou trois allergènes. L'administration en solution ou en lyophylisat de l'allergène se fait par voie orale, sous-cutanée, sublinguale ou nasale. Dans un premier temps, on cherche la dose maximale supportée par le patient (phase d'attaque) puis on administre régulièrement cette dose maximale (phase d'entretien). Le taux de réussite à ce traitement est de 90% en cas de désensibilisation aux vénins d'hyménoptères et varie de 60 à 80% pour les pollens et les acariens. La limite de ce traitement est qu'elle peut induire des incidents allergiques graves voire mortels.

Les sites généraux sur l'allergie

Allergique.org
Site portail sur l'allergie. Actualités des allergies, dépêches, congrès, annuaire de liens.
Voir le document

Asmanet
Ce site donne accès à une base de données relationelles de diagnostic de l'asthme professionnel, construite autour de fiches accessibles directement, ou par le nom de la substance ou par le métier. Une liste de congrès et de publications sur l'asthme sont mis à jour régulièrement.

@llergonet.
Serveur sur les maladies allergiques. De nombreux dossiers et informations sur l'épidémiologie, l'allergo-anesthésie, l'allergie aux piq ûres d'hyménoptères, les allergies médicamenteuses, allergies et environnement, rubrique pratique (règles de bonne pratique, tests cutanés, allergies croisées), enseignement et recherche (cas cliniques avec autoévaluation).
Voir le document

AllergieNet
AllergieNet est le premier site en français consacré aux allergies et à l'asthme. Créé et maintenu par des médecins, il s'adresse aussi bien aux professionnels de santé qu'au grand public. Vous pourrez aussi y apporter vos contributions. Liens avec d'autres sites médicaux.
Voir le document

Allernet
Vous pouvez consulter des photos d'allergènes aériens, des newsletters, des cartes de répartition, des allergènes...
Voir le document
Allallergy.net
Annuaire de sites en anglais sur les allergies. Les rubriques sont les suivantes : articles, organismes, publications, évènements, produits, bases de données, contact et recherche.
Voir le document

ABC Allergies
Site d'information au grand public sur les différents types d'allergies. Une rubrique "info alerte" pour se tenir informé.
Voir le document


Prévalence des maladies allergiques de l'enfant : l'enquête ISAAC-France, phase 1
Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 30 mars 1999, D. Charpin, I. Annesi-Maesano, Ph. Godard et al.
Voir le document

Les enfants et les allergies
Dossier en anglais sur les allergies des enfants réalisé en 2001 par la librairie médicale Medem. Au sommaire: allergie des enfants, symptôme d'une allergie, rhinites, allergies alimentaires, allergies aux animaux, piq ûres d'abeilles, guêpes et autres insectes, maladies allergiques et détérioration cognitive, réduction des facteurs déclencheurs des allergies, efficacité et s ûreté de l'immunothérapie.

Les institutions

Les associations françaises

SFAIC, Société Française d'allergologie et d'immunologie
Site des membres de la SFAIC, informations et liens avec les principaux sites d'allergie et
d'immunologie. La SFAIC publie la Revue Française d'Allergologie et d'Immunologie clinique.
Voir le document

ANAICE, Association Nationale des Allergologues et Immunologistes Cliniciens Exclusifs
Syndicat des allergologues exclusifs. Annuaires des allergologues par départements.
Voir le document

AFPRAL,
Associations Française pour la prévention des allergies
Cette association composée de bénévoles qui a pour mission d'assurer la prévention et la mise à disposition d'informations sur les allergies auprès du public.


Fondation pour la prévention des allergies
Association fondée par des parents d'enfants allergiques. Ses activités principales : permanence téléphonique, campagne d'information, parution de différentes publications dont un bulletin trimestriel intitulé "Oasis allergie".
Voir le document

Les associations internationales

L'Association des Allergologues et Immunologues du Québec.

Ce site, accessible aux patients, donne des renseignements spécifiques sur les différents types d'allergie, présente un choix de publications et commentaires, et des liens internet québécois.
Voir le document


ACAAI, American College of Allergy, Asthma and Immunology
Cette association d'allergologues-immunologistes et de professionels de la santé propose des informations pour les patients et les médecins ainsi qu'un glossaire sur le thème des allergies.


AAAAI, American Academy of Allergy Asthma et Immunology
Organisation professionnelle regroupant les allergistes, les immunologistes cliniques et tous les professionnels de santé américains spécialisés en allergologie. Actualités, rapports d'allergies, informations pour les patients et pour les professionnels
Voir le document

EAACI, European Academy of Allergology and Clinical Immunology
Association professionnelle à but non lucratif dédié à l'avancement de l'éducation aux allergies et à l'immunologie clinique. Calendrier d'évènements.
Voir le document

WAO, World Allergy Organization
Le site de la WAO propose une section à destination des patients - panorama des allergies, de leurs diagnostics et leurs traitements et une section à destination des professionnels de la santé décrivant différents types d'allergies - définition, traitement, classification, causes, diagnostic, épidémiologie, prévention, traitement. Sélection de sites spécialisés.
Voir le document

Les sites à visiter en cas d'allergie au pollen

En France

RNSA : Réseau National de Surveillance Aérobiologique :
- Bulletin du risque pollinique
- cartes de répartition des différents pollens et cartes des sites de capture
- description détaillée et photos des différents pollens : l'ambroisie, l'armoise, le boulleau, le chêne, le frêne, les graminées, le noisetier, le plantain.
Voir le document

La chaîne Météo : météo et allergie
Carte des prévisions des risques allergiques en fonction de la météo. Découpage de la France en six zones distinctes et indication du degré de risque d'allergie et de son origine.
Voir le document

En Suisse

Bulletin pollinique pour la Suisse
Données polliniques en fonction des sites d'analyse en Suisse ou en fonction des espèces de pollen.
Voir le document

En Belgique

Réseau de surveillance aérobiologique belge


En Europe

EPI : European Pollen Information
Prévisions pour chacun des pollens, cartes de répartition européennes qui représentent une moyenne des résultats de 200 stations de capture en Europe.

Aux Etats-Unis

pollen.com
Le site des pollens : tout sur l'allergie aux pollens, sur les différents types de plantes ou d'arbres libérant des pollens avec leurs cartes de répartition dans les différents états et les saisons où leur concentration est la plus importante. Vous pouvez même recevoir votre calendrier pollinique personnalisé dans votre messagerie électronique.
Voir le document

Bureau National des Allergies - NBA
Cartes et tableaux de répartition des pollens et spores aux Etats-Unis et au Canada.
Voir le document

 

#COVID-19 : le point de situation épidémiologique sur le coronavirus SARS-CoV-2

Descripteur MESH : Diagnostic

PUBLICITE