Les candidoses

Les facteurs favorisants

Candida est saprophyte, elle existe chez l'homme sain dans les muqueuses de la cavité buccale, de l'intestin et du vagin.
Les infections à candida sont opportunistes, la levure devenant pathogène quand certains facteurs favorisants sont présents.
Les facteurs favorisants sont de différentes origines :
- locales : humidité, chaleur, transpiration, mauvaise hygiène
- médicamenteuses : antibiothérapie, corticothérapie, traitements favorisant la sécheresse buccale comme les somnifères, les immunosuppresseurs, la chimiothérapie, prise de contraceptifs oraux en particulier les stéroïdes.
- générales : état pathologique du patient (diabète, SIDA), grossesse
- les hémopathies concernant le polynucléaire neutrophile qui constitue la barrière de défense contre l'infection à candida.

Les différentes pathologies

2 types principaux de candidoses sont connus :
- les candidoses superficielles, cutanées et muqueuses.
- les candidoses profondes qui surviennent toujours chez des sujets immunodéprimés, en particulier les malades atteints du SIDA.

Les candidoses superficielles

- candidoses cutanées

Elles se développent dans les zones de transpiration, comme l'aine, les aisselles, les zones interdigitales, et sur les endroits br ûlés ou écorchés.

- candidoses des muqueuses

  • Les candidoses de la muqueuse de la cavité buccale, qui se divisent en 4 types suivant leur localisation (hyperplastiques, érythémateuses, pseudomembraneuses, candidoses de la commissure labiale).
    Le muguet ou stomatite aiguë est fréquent chez le nourrisson et chez le sujet immunodéprimé, en particulier lorsqu'il est atteint du SIDA.
  • Les candidoses génitales ou vulvo-vaginite
    Elles sont la plupart du temps accidentelles, mais les cas de vulvo-vaginites récidivantes (MVVR) sont de plus en plus fréquents. Elles sont dues à 80% à l'espèce Candida albicans.
    Elles peuvent être le signe d'un prédiabète ou de l'infection par le virus du SIDA.
    Les causes de récidives sont nombreuses : les médicaments (cures répétées d'antibiotiques), les oestrogènes, les corticoïdes et immunosuppresseurs, la contraception par stérilet ou diaphragme.
    Pour la plupart des auteurs la MVVR n'est pas une maladie sexuellement transmissible.
  • Les candidoses de l'oesophage accompagnent souvent l'infection par le HIV.

Les candidoses profondes

- Dans les candidoses systémiques, candida peut coloniser tous les organes, bien que les localisations rénales soient les plus fréquentes. Elles touchent les personnes souffrant de neutropénie.
Elles sont souvent mortelles.

Les candidoses chroniques ou syndrome d'hypersensibilité au Candida

Les candidoses chroniques ne sont pas des infections mycotiques, mais des réactions aux toxines produites par les levures du type candida qui prolifèrent dans l'intestin. Cette multiplication est provoquée par un traitement antibiotique qui modifie la flore intestinale, permettant la croissance de bactéries résistantes et de champignons.

L'existence de ce syndrome est très contestée dans le milieu médical, car si la multiplication des candida dans l'intestin ne fait pas de doute, aucun test n'est capable de prouver l'existence des toxines qu'elles produiraient.

Le syndrome d'hypersensibilité au Candida pourrait être d û à une allergie à Candida dans le tube digestif, révélée par l'augmentation des anticorps IgE des patients.

Les symptômes en sont multiples : fatigue, léthargie, dépression, maux de tête, perte de mémoire, problèmes dermatologiques, symptômes gastro-intestinaux, respiratoires, gynécologiques.

Le diagnostic

Les symptômes cliniques suffisent souvent à diagnostiquer les candidoses cutanée, vaginale et oropharyngienne.

En cas de doute, 2 types d'analyses sont conduites :
- diagnostic mycologique : examen direct et culture de l'échantillon prélevé. Dans certaines conditions un antifongigramme est effectué.
- diagnostic immunologique.

Les traitements

Deux types de traitements sont proposés :

  • locaux : antiseptiques, antifongiques pour les épisodes aigus.
  • systémiques : antifongiques à n'utiliser que pour les formes récidivantes pour éviter les résistances.

Une combinaison des 2 types est efficace dans certains cas.

Trois familles de produits sont utilisés : polyènes, dérivés azolés et les pyridones.

La prophylaxie

  • supprimer les facteurs favorisants pour éviter les récidives : antibiotiques, hormones stéroïdes, médicaments contre l'acidité gastrique sauf dans le cas où ils sont absolument nécessaires.
  • utiliser des bains de bouche antiseptiques peut empêcher le développement de candidoses orales.
  • adopter un régime alimentaire approprié :
    - diminution des sucres et de l'alcool qui favorisent la multiplication des levures
    - absorption de yaourts pour maintenir la flore intestinale active et empêcher ainsi la croissance des levures.
  • l'utilisation des "probiotiques" est conseillée dans certains cas : ce sont des suppléments alimentaires composés de microorganismes vivants, qui alimentent la flore intestinale et lui permet de résister contre les infections (ex : Lactobacillus acidophilus).

Bibliographie

Les candidoses cutanées, muqueuses et profondes
Corpus médical de la Faculté de Médecine de Grenoble, 2ème cycle médical, Université Joseph Fourier - R. Lebeau, 1995
Voir le document

Candidiasis : candidose et HIV
Project Inform Facts Sheet, San Francisco, 1996 - David Schwab, 1995
Voir le document

Les candidoses
Ce site présente les quatre grands types de candidoses (hyperplasiques, érythèmateuses, pseudomembraneuses, commissure labiale) et les différents traitements utilisés en fonction de leur localisation.
Mise à jour: avril 2001
Voir le document

Les candidoses buccales
Mise au point - Situations pratiques - Questionnaire d'auto-évaluation.
Cahier de formation continue. Le Quotidien du Médecin, Web-FMC, n°153 du 08 octobre 2001.
Accès au dossier sur www.quotimed.com

Candidoses et régime alimentaire

The Candida Albicans Report Yeast Infections
Health Living News
Cheryl Ashby
Voir le document

Biologie de candida

La biologie de candida est décrite par l'Université du Minnesota, Etats-Unis. La biologie de candida, le génome de candida albicans est décrit par l'Université de Voir le document

Phillip Stafford publie des photos des phases de développement en culture de candida albicans : morphogénèse, développement des filaments, adhésion à d'autres champignons.
Voir le document

Candidoses vaginales

Mycoses vulvo-vaginales récidivantes (MVVR)
J. SALVAT, P. ROMAND, A. VINCENT­GENOD , B. YOUNES, M. GUlLBERT, Centre Hospitalier THONON ­ 74203
Voir le document

Conduite à tenir devant une mycose vulvo-vaginale, qu'il s'agisse d'un épisode aigu ou d'une récidive
Quotidien du médecin, N° 6492 du 06 mai 1999.
Dr Hélène JACQUEMIN LE VERN.
Voir le document(archives)

Vulvo-vaginite chez les adolescentes et les femmes adultes
Direction générale de la protection de la santé - Laboratoire de lutte contre la maladie , Ligne directrice canadienne pour les MST, Site de santé canada, 1995
Voir le document

What to Do About Vaginal Yeast Infections
American Academy of Family Physicians Patient Information Handout.
Voir le document

La candidose
Renseignements sur les MST du Ministère de la Santé de l'Ontario.
Voir le document

Candidose de l'enfant

Ce qu'il faut savoir sur les stomatites érythémateuses de l'enfant
Quotidien du Médecin, N° 6422 du 27 janvier 1999.
Dr P. Bordais stomatologue, Dr E. Bourrat dermatologue hôpital Robert-Debré Paris.
Voir le document

Les antifongiques contre les infections pédiatriques courantes
Index des énoncés de principes du Comité des maladies infectieuses et d'immunisation.
Les candidoses mucocutanées, la candidose oropharyngée.
Société canadienne de pédiatrie (SCP), 2000.
Voir le document

Traitement

CAT (Conseils d'AntibioThérapies) édité par l'ARECLIN (Région Nord Pas de Calais)
Recommandations selon le site infectieux ou l'agent infectieux. Ce guide est un document tenant compte du guide "du bon usage des antibiotiques à l'hôpital" publié par l'ANDEM.
Voir le document

Descripteur MESH :