imgLes Troubles obsessionnels compulsifs (TOC) (1ère partie)

Sommaire :
Introduction
Articles généraux
Associations et fondations
TOC chez l'enfant
Listes de diffusion
Traitements
Pour en savoir plus
img

imgIntroduction

Définitions

Le Trouble Obsessionnel-Compulsif ou TOC (équivalent en anglais O.C.D. : Obsessive Compulsive Disorder) se caractérise par la présence d'obsessions et/ou de compulsions qui reviennent sans arrêt et peuvent devenir handicapantes.
L'obsession est une pensée angoissante qui s'impose et dirige toute la vie de l'individu, au point de lui faire perdre le sens des priorités. Tenaillée par l'angoisse, la personne tente de se soulager rapidement au travers de mesures de réassurance. L'accomplissement de rituels, appelés aussi compulsions, et l'évitement de certaines situations intolérables en font partie.

Les victimes d'un TOC ont toutes conscience de l'absurdité de leur comportement ou de leurs pensées, mais elles ne parviennent pas à s'en débarrasser malgré leurs efforts. C'est un besoin irrépressible, incontrôlable.

Ce trouble débute soit de façon très graduelle, soit de façon rapide suite à un traumatisme.

Prévalence

Le trouble obsessionnel-compulsif est loin d'être rare, bien que l'on en parle peu, car les sentiments de honte et de culpabilité de la plupart de ceux qui en souffrent ont longtemps contribué au maintien du secret autour de cette maladie.
Sa prévalence, c'est-à-dire la proportion de personnes qui en souffrent à un moment donné de leur vie, est estimée à 2% de la population.
60 à 70 % des personnes souffrant de TOC seraient atteintes avant 30 ans, et 50 % avant 18 ans.

Obsessions

Obsessions : pensées, impulsions ou représentations récurrentes et persistantes, intrusives et inappropriées, entraînant une anxiété ou une détresse importante.
Le sujet fait des efforts pour ignorer ou réprimer ou neutraliser par d'autres pensées ou actions.
Le sujet reconnaît que les pensées proviennent de sa propre activité mentale.

Les obsessions les plus fréquentes

- la saleté les germes (bactéries, virus, champignons, parasites)
- la peur d'avoir des pensées odieuses sur la religion ou la sexualité
- la contamination
- le besoin de symétrie (mettre les objets en ligne ou dans un certain ordre ...)
- la peur de ne pas pouvoir se débarrasser de choses inutiles
- le besoin d'ordre
- la peur d'acte ou d'impulsions violentes
- la peur de l'agression ou dagresser (écraser quelquun avec sa voiture)

Compulsions

Compulsions : comportements répétitifs ou actes mentaux que le sujet se sent poussé à accomplir en réponse à une obsession ou selon certaines règles appliquées de façon inflexible.
Ces comportements sont destinés à neutraliser ou diminuer le sentiment de détresse ou à empêcher un événement ou une situation redoutés.
Le soulagement ainsi apporté contribue à renforcer et maintenir la maladie.
Le sujet ne peut s'empêcher de réaliser ces actes répétitifs, il sait que ce comportement est absurde mais il ne peut sempêcher de faire les gestes inutiles ou davoir une attitude quil regrette.

Les différentes formes de compulsions

- vérifications trop fréquentes : les vérificateurs, ils consacrent tout leur temps à contrôler les lumières, les portes, le gaz...
- peur injustifiée d'être atteint des maladies graves, de cancer (hypocondrie)
- calculs mentaux
- formules conjuratoires (marcher entre les rainures du trottoir pour conjurer le mauvais sort...)
- toilette abusive (prendre une vingtaine de douches par jour...)
- nettoyages excessifs
- toucher répétitif des objets
- s'arracher des mèches de cheveux (trichotillomanie)
- se gratter inutilement
- se ronger les ongles (onychophagie)
- achats incontrôlés et excessifs
- troubles des conduites alimentaires (anorexie, boulimie)
- envie de voler (kleptomanie)
- abandonner la conduite de peur de tuer quelqu'un avec sa voiture...

Le lavage des mains, les vérifications, les commandes darticles et les opérations arithmétiques font partie des compulsions les plus courantes. En outre, on ne diagnostiquera un TOC que si les obsessions ou les compulsions sont accaparantes ou occasionnent un profond désarroi.

Clinique

Mise en évidence d'obsessions ou de comportements compulsifs pendant au moins 2 semaines entraînant une détresse ou un retentissement sur les activités habituelles.

Caractéristiques des symptômes obsessionnelles :
- sujet conscient qu'il agit de ses propres pensées ou impulsions
- vaine résistance à une pensée ou un comportement
- aucun plaisir direct dans une pensée ou dans la réalisation d'un acte compulsif

Origine des TOC

Rien n'a été démontré à ce jour.
Les chercheurs pensent à un dysfonctionnement de certains neuromédiateurs : la sérotonine, la dopamine, la vasopressine (actuellement à l'étude).
On soupçonne lexistence de facteurs familiaux et génétiques. Néanmoins, il existe des enfants atteints de TOC avec des parents indemnes.

Les TOC chez l'enfant

Ce trouble apparaît parfois dans l'enfance mais plus souvent à l'adolescence ou au début de l'âge adulte, et l'on sait que la plupart des adultes qui en souffrent ont présenté leurs premières idées fixes ou leur premier rituel déjà dans leur jeunesse.

Approches thérapeutiques

Lorsque les personnes atteintes de TOC vont consulter un professionnel, c'est généralement tard, souvent pour d'autres motifs associés à un TOC sévère, comme la dépression, ou pour des problèmes de peau liés à un lavage excessif des mains.

Les différents traitements :

- La médication :
Certains médicaments de la famille des antidépresseurs et des anxiolitiques.
Ces médicaments affaiblissent la prégnance des obsessions ou des compulsions, permettant de lutter plus efficacement contre elles.

- La thérapie cognitive et comportementale ou TCC :
Celle-ci prévoit une vingtaine de séances de "désensibilisation" au cours desquelles le patient est confronté aux pensées obsédantes et aux situations qu'il craint le plus. Le travail consiste à relativiser les scénarios de danger et à démontrer qu'ils ne sont pas fondés.
L'immersion doit durer un certain temps pour permettre au patient de laisser monter son angoisse et surtout de la sentir retomber sans recourir à ses rituels. Il fait ainsi l'expérience que la catastrophe tant redoutée ne s'est pas produite et qu'il a pu surmonter son anxiété.

- Rencontres entre patients
Il faut y ajouter une autre forme de thérapie relativement peu courante en France qui consiste en des rencontres entre personnes concernées. Ces rencontres leur permettent de s'entraider, de sortir de leur isolement lié à la honte, d'en parler et de se sentir compris.

La dimension psychologique de ces troubles est importante bien qu'il existe sans doute une base biologique chez un grand nombre de personnes, comme le démontrent les nouvelles techniques d'imagerie cérébrale qui permettent de visualiser les zones du cerveau impliquées, avant tout les lobes frontaux et les ganglions de la base. On est cependant encore très loin d'en comprendre toute la complexité.

Rédacteur : Florence Campagne
Janvier 2001

 
img
img
 
PUB