nuance

Les tendinopathies du genou

illustration

Définition

Le tendon est le moyen d'union et de transmission de la force musculaire à l'articulation osseuse.
Les tendinopathies englobent toutes les affections ou pathologies du tendon.

Il peut s'agir de :

- tendinite : c'est l'inflammation d'un tendon.
> Elle peut intéresser le corps du tendon ou siéger à son insertion (tendinite d'insertion).
> Quand une bourse séreuse est annexée à cette insertion, on parle volontiers de tendinobursite.
> Quand il existe une réaction ostéophytique sous-périostique au siège de cette insertion, on est en droit de parler de tendinopériostite.
- ténosynovite : c'est l'atteinte de l'enveloppe du tendon.

- Les tendinopathies sont les pathologies les plus fréquentes, juste derrière les entorses.
- Les lésions ligamentaires représentent 25 % des traumatismes, et les souffrances tendineuses 22 %.
- Les tendinopathies peuvent atteindre tous les groupes musculaires Elles sont plus ou moins spécifiques d'activités sportives, domestiques ou professionnelles.
- Le tennis est par exemple un grand pourvoyeur de tendinopathies du coude.
- La course à pied se montre également très pourvoyeuse de tendinopathies : 38 % des examens médicaux y sont consacrés.
- D'autres sports comme le vélo sont également à l'origine de tendinopathies du genou.

Rappels d'anatomie

Le genou

Le genou est une articulation complexe unissant l'extrémité inférieure du fémur à la rotule et au tibia.

 

img Il est composé de deux articulations :

- l'articulation trochléenne (fémoro-patellaire) entre la trochlée fémorale et la face postérieure de la rotule
- l'articulation condylienne (fémoro-tibiale) entre les condyles fémoraux et les glènes tibiales garnies de deux ménisques articulaires

Il est composé de deux articulations :

- l'articulation trochléenne (fémoro-patellaire) entre la trochlée fémorale et la face postérieure de la rotule
- l'articulation condylienne (fémoro-tibiale) entre les condyles fémoraux et les glènes tibiales garnies de deux ménisques articulaires


Les tendons

Le tendon est une formation anatomique interposée entre le muscle est l'os. C'est en fait l'extrémité fibreuse, blanche et résistante, plus ou moins allongée, cylindrique ou aplatie, d'un muscle ou d'un ventre musculaire.

On définit différents segments :

- le corps du tendon
- la jonction muscle / tendon
- la jonction os / tendon

Le tendon a des proprités visco-élastiques importantes qui lui permettent de résister et de moduler l'action musculaire à une traction et d'emmagasiner une certaine énergie pour la restituer lors du mouvement.
Les propriétés élastiques du tendon diminuent le risque de rupture lors de tractions trop importantes;

Classification des tendinopathies du genou

En fonction de leur localisation

Dans la majorité des cas, les tendinopathies du genou siègent sur :

- le tendon rotulien : tendinite rotulienne
- le tendon quadricipital : tendinite quadricipitale
- la "patte d'oie" (figure formée à l'extrémité supérieure du tibia par les tendons des muscles ischio-jambiers : couturier en avant, droit interne et demi-tendineux en arrière)
- le syndrome du balayage du fascia lata (épaisse lame fibreuse étendue depuis la crête iliaque jusqu'au tibia) fait également partie des tendinites du genou.

En fonction de leur douleur

- douleur survenant après le sport et qui cède rapidement au repos
- douleur constante pendant l'activité sportive et qui cède au repos
- douleur même au repos qui peut devenir permanente et chronique durant la vie quotidienne.

Causes des tendinopathies du genou

- Les sollicitations excessives et répétées du tendon déclenchent la tendinite. Des tension excessives du tendon peuvent aboutir de manière brutale à une rupture

- Choc direct sur le tendon

- Frottement du tendon sur une structure analogue (saillie osseuse)

- Les activités sportives sont de grands pourvoyeurs des tendinites.
C'est le cas par exemple du cyclisme. Au cours du pédalage, le genou du cycliste effectue un mouvement récurrent de flexion-extension d'une amplitude qui va de 10 à 15 degrés de flexion (pédale en bas) à 110 - 115 degrés de flexion (pédale en haut). Lors de ce mouvement, le tibia est en rotation permanente sous le fémur. Mais si il y'a des entraves à ce mouvement de rotation, le tendon frotte anormalement sur sa gaine et induit des phénomènes d'irritation et de morts cellulaires. Ces microtraumatismes qui se répètent causent alors la tendinite.
Les entraves à la rotation peuvent être d'ordre matérielles (mauvais axe de pédale, selle trop basse...), d'ordre positionnelles (position trop en avant), d'ordre anatomiques (raideur de la cheville consécutive à une entorse, genu varum...).
Elles peuvent être aussi liées à l'intensité de l'effort (en période de rodage, les démarrages surchargent les insertions rotuliennes), à la forme du terrain sur lequel les cyclistes roulent...
L'ischémie tendineuse inhérente à l'effort anaérobie contribue probablement à réduire l'aptitude du tendon à assumer ces contraintes mécaniques.

- A noter que chez l'enfant, la zone d'insertion osseuse se révèle particulièrement sensible en période de croissance. Un excès de sollicitation mécanique peut provoquer des ostéochondroses.

Manifestations cliniques et Diagnostic

Ils reposent sur :

- les signes de la douleur
> localisation de la douleur : en avant, sur le côté, derrière
> douleur à la palpation, douleur à l'étirement, douleur à la contraction
> mode d'apparition de la douleur : lentement progressif, exceptionnellement brutal
> circonstances de survenue de la douleur : au repos, à l'effort, douleur permanente

- les données de la palpation qui peut provoquer une douleur notamment quand il y'a atteinte du tendon rotulien au niveau de la pointe de la rotule.

- les examens complémentaires :
> radioagraphie
> échographie
> IRM qui est l'examen le plus fiable pour étudier le tendon.

Traitement

- Dans le cas des tendinites, le repos complet a plus d'inconvénients que d'avantages. Il est rarement indiqué car il peut favoriser une amyotrophie. De plus, il ne semble pas diminuer le temps de récupération. On lui préfèrera un repos relatif adpaté à la douleur. Un strapping, une genouillère et des cannes anglaises pourront éventuellement être conseillés.

- Les traitements médicamenteux : les anti-inflammatoires administrés par voie orale ou sous forme de gel ou de patch s'avèrent peu efficaces en phase chronique. On peut utiliser le procédé thérapeutique consisant en injections de doses minimes de médicaments ( mélange anti-inflammatoire vasodilatateur anesthésique) faites au moyen d'aiguilles très fines le plus près possible du siège de la douleur (mésothérapie). On peut aussi être améné à faire des infiltrations locales de corticoïdes.

- La rééducation est importante. Elle fait appel :
> à la physiothérapie (ultrasons, courant antalgique, laser...)
> au massage transversal profond
> aux appareils d'électrostimulation
> à un traitement d'étirement des plans postérieurs et antérieurs (technique de Stanish...)

- L'échec de toutes ces thérapeutiques oblige à immobiliser l'articulation touchée par un plâtre pendant 3 semaines à 1 mois voir proposer un traitement chirurgical :
> allongement du muscle
> désinsertion et mise au repos du muscle et du tendon
> dénervation
> nettoyage
> ablation des parties dégénérées
> peignage du tendon

#COVID-19 : le point de situation épidémiologique sur le coronavirus SARS-CoV-2

Descripteur MESH : Genou , Anatomie , Classification , Diagnostic

PUBLICITE