La légionellose

Introduction

La légionellose, plus connue sous le nom de maladie des légionnaires, est une infection à déclaration obligatoire provoquée par un bacille du genre Legionella pneumophila qui sévit toute l'année avec un maximum en été.


Historique

Le nom de maladie des légionnaires a été donné pour la première fois en 1976 lorsque 180 cas de légionelloses ont été diagnostiqués parmis 4 500 participants à un congrès de l'American Legion, à Philadelphie.
Cette bactérie a depuis souvent été associée à des systèmes de conditionnement d'air mal entretenus.

Formes de légionellose

En réalité, il existe deux formes de légionelloses :
- la maladie du légionnaire, infection rare mais qui représente la forme la plus sévère de la maladie
- la fièvre pontiaque, maladie bénigne.
Dans ce dernier cas, le diagnostic de légionellose est rarement porté et passe généralement inaperçu car analogue à un syndrôme grippal guérissant en 2 à 5 jours. Nous traiterons dans ce dossier uniquement de la maladie du légionnaire.

Epidémiologie

L'Institut de veille sanitaire a recensé 440 cas de légionellose en 1999 en France, dont 59 mortels.
En 1998, avec 374 cas, lincidence était de 0,63 cas pour 100 000 habitants. 60 % des cas ont été déclarés entre juin et octobre, avec un pic au mois de juin correspondant à 20 cas dune épidémie à Paris .
Le nombre de cas déclarés a été multiplié par 1,8 par rapport à 1997 (197 cas).
En 1995, le nombre de cas diagnostiqués en France a été évalué à 530 cas mais le nombre réel de cas de légionelloses est estimé entre 2000 et 3000 cas.

La surveillance de la légionellose dans notre pays a véritablement débuté en 1987 avec l'obligation de déclarer la maladie.
Cette surveillance repose sur plusieurs systèmes complémentaires :
- les médecins qui déclarent la maladie aux médecins inspecteurs de la santé publique de la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociale). Depuis 1996, ce système est coordonné au niveau national par le Réseau National de Santé Publique
- le Centre National de Référence (CNR) des Legionella qui dépend du ministère chargé de la santé
- les Comités de lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN), responsables de la surveillance et de la prévention de infections nosocomiales en milieu hospitalier.

Agent infectieux

Les agents infectieux responsables de la légionellose sont des bactéries appartenant au genre Legionella qui comprend 39 espèces et plus de 50 sérogroupes. Legionella est un bacille Gram négatif.
La bactérie Legionella pneumophila est la bactérie la plus représentée en pathologie humaine. Elle fut identifiée en 1977 et a permis de donner une réponse à la pneumonie grave survenue lors du congrès de l'American Legion à Philadelphie.
Elle fait partie du sérogroupe 1 (Lp1). Mais d'autres espèces de bactéries ont été isolées. Il s'agit de L. micdadei, L. bozemanii, L. longbeachae, etc...

Réservoir

Le réservoir du germe responsable de la légionellose est principalement hydrique. On trouve la bactérie Legionella dans tous les milieux aquatiques naturels ou artificiels.
Les principales sources de contamination sont les circuits de distribution d'eau chaude (installations sanitaires) qui représentent la cause la plus fréquente d'infection, les systèmes de climatisation, les tours aéroréfrigérantes, les circuits de refroidissement industriel, les eaux thermales, les bassins et fontaines.

La température optimale de prolifération du bacille est de 37°C ce qui explique que les systèmes mis le plus souvent en cause dans la légionellose soient les installations sanitaires comme les eaux chaudes qui alimentent les douches.

Transmission

L'homme s'infecte en inhalant un aérosol d'eau contaminée (système de climatisation, douche, nébuliseurs et humidificateurs d'appareils respiratoires).
Le nombre de cas de légionelloses acquises en milieu hospitalier représente prés de 20 % de lensemble des légionelloses.
Une enquête en région parisienne a montré que 70 % des équipements collectifs de distribution deau chaude contenait des Légionelles.


Symptomatologie

La durée d'incubation de la Legionella pneumophila est de 2 à 10 jours, plus généralement d'une semaine.

La maladie des légionnaires se traduit par un état grippal avec de la fièvre, des céphalées, des myalgies, une toux séche, des troubles digestifs.
L'évolution de la maladie peut aller jusqu'à une insuffisance respiratoire, une infection pulmonaire grave qui entraîne le décès dans un peu plus de 15 % des cas.
La létalité est plus importante chez les personnes immunodéprimées et les personnes hospitalisées.

Les facteurs de risque de développer une légionellose sont :
- l'âge (les personnes âgées sont plus sensibles à la maladie)
- des dépendances au tabagisme, à l'alcoolisme
- l'immuno-dépression
- le cancer, diabète, affections respiratoires chroniques...

Diagnostic

La radiographie pulmonaire permet une analyse des infiltrats qui sont en général, dans le cas de la maladie des légionnaires, mal limités, hétérogènes. Cependant, ce n'est pas toujours le cas.

Le meilleur moyen de confirmer une légionellose est de pratiquer des examens de laboratoire :
- Ils consistent en une mise en culture des sécrétions bronchiques afin d'isoler la souche de Legionella responsable de l'infection. Les résultats de cet examen de référence sont disponibles en 3 jours.
- D'autres techniques peuvent être utilisées. C'est le cas notamment de l'immunofluorescence directe et de la recherche d'antigènes de Legionella pneumophila dans les urines des patients.
- Des méthodes de diagnostic sérologiques peuvent être appliquées mais elles sont en général très longues. En effet, l'augmentation significative des titres d'anticorps mesurés par immunofluorescence indirecte peut durer 3 à 6 semaines.
- On pourrait prochainement utiliser la méthode par amplification génomique (PCR).

Traitement et prévention

Le traitement repose sur l'antibiothérapie avec l'erythromycine et les fluoroquinolones.
Mais le meilleur traitement reste encore la prévention : il est possible de réduire les risques liés aux légionelles en assurant un bon entretien des circuits et installations d'eau, en particulier d'eau chaude.

Actualité

Le système d´eau chaude de l´hôpital Georges-Pompidou à l´origine des quatre cas de légionellose
Louis Omnès, directeur de l´hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP) à Paris, a confirmé, samedi 30 décembre, que “ le système d´eau chaude ” était bien à l´origine des quatre cas de légionellose détectés entre le 12 et le 26 décembre dans l´établissement.
Le Monde Interactif - Lundi 1er janvier 2001.
Voir le document

Dix-huit cas de légionellose, dont cinq mortels, ont été recensés à Rennes et en Ille-et-Vilaine
L'enquête épidémiologique tente de retrouver l'origine de la contamination.
Le Monde Interactif - Mercredi 6 décembre 2000.
Voir le document

Articles généraux

Quelques explications - Ministère de la santé
Qu'est ce qu'une légionellose, est-ce une maladie grave, est-ce une maladie fréquente, comment reconnaitre une légionellose, comment réduire le risque lié aux légionelles.
Source : DGS, ministère de la santé.
Voir le document

La légionellose
Historique, caractères bactériologiques, classification, épidémiologie, physiopathologie, diagnostic, traitement, prophylaxie. Par le Docteur Patrick Delpuech
Sur le site de l'AEASE (Analyse de l'Eau, de l'Air, des Aliments et des Surfaces) - Mai 2000.
Voir le document

Légionellose
Sémiologie, examen clinique, radio, diagnostic et traitement.
Sur le site Esculape.
Voir le document

Légionellose, Entreprise, Conduite à tenir
Les cas d'infection, la source de contamination.
Document réalisé par Olivier Meunier, médecin biologiste à l'Institut d'Hygiène, faculté de Paris - Mai 1998.
Voir le document

Legionellosis : Legionnaires' disease and Pontiac Fever
Définition de la maladie, symptômes, diagnostic, transmission, réservoir de la bactérie, traitement, prévention.
Site en anglais avec dossier sous forme de réponses à questions.
Voir le document

Légionellose
La maladie, réservoir, transmission, contamination des réseaux, analyse d'eau.
http://labo.lanfranchi.free.fr

Organisme

Centre National de référence des Légionelles
Ses missions : diagnostic des légionelloses, identification des souches de Legionella par typage moléculaire, aide au diagnostic : production et mise à disposition de réactifs spécifiques, expertise biologique, entretien d'une collection bactérienne et d'une sérothèque, contribution à la surveillance épidémiologique des légionelloses, protocoles d'études pour de nouveaux réactifs, recherche et contact avec l'étranger, information et formation.
Voir le document

Epidémiologie

Les Légionelloses déclarées en France en 1998
Analyse globale des 381 déclarations de lannée 1998. Les nombres différent mais ne modifient pas les pourcentages déjà présentés dans lanalyse de 1998.
Par C. Campese, B.Decludt - Institut de Veille Sanitaire - Septembre 2000
Voir le document

Eurosurveillance - Numéro spécial Légionellose
Rapports d'investigation, rapport de surveillance, Eurosynthèse.
EuroSurveillance est un bulletin européen sur les maladies transmissibles. Novembre 1999.
Voir le document

Foyer épidémique de Légionelloses à Paris en juin 1998
Du 29 juin au 1er juillet 1998, 4 cas de légionellose survenus chez des ressortissants britanniques ont été signalés. Une enquête a été conduite afin de confirmer l'existence d'un épisode épidémique, d'identifier une source commune de contamination et de mettre en Suvre des mesures de contrôle adaptées à la situation épidémiologique.
Bulletin épidémiologique hebdomadaire - juin 1999
Voir le document

La sous-déclaration de la légionellose en France
Introduction, matériels et méthodes, résultats, disussion.
Par A.Infuso, B.Hubert, J.Etienne. Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 22 septembre 1998, N° 38/1998.
Voir le document

Guide d'investigation d'un ou plusieurs cas de légionellose
Rappels sur la maladie, surveillance de la légionellose en France, définitions de cas, investigation d'un cas isolé de légionellose, investigation épidémiologique de cas groupés, enquête environnementale, mesures de lutte et de prévention. Circulaire DGS n°97/311.
Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 20 mai 1997, N°20-22/1997.
Voir le document

Eurosynthèse : Surveillance européenne de la légionellose associée au voyage en 1996
Le Programme Européen de Surveillance de la Légionellose Associée au Voyage a été créé en 1987 pour identifier les cas groupés et les épidémies de cette maladie.
Voir le document

Agent causal

Caractéristiques microbiologique et écologiques des légionelles
Historique, agent causal : Microbiologie et écologie.
Voir le document

Réglementation

Avis du 16 avril 1999 du conseil supérieur d'hygiène publique de France sur la place de l'antibioprophylaxie dans la prévention des légionelloses nosocomiales
Sur le site Nosobase : Infections nosocomiales et hygiène hospitalière
Voir le document

Circulaire DGS 98/771 du 31 décembre 1998 relative à la mise en oeuvre de bonnes pratiques d'entretien des réseaux d'eau dans les établissements de santé et aux moyens de prévention du risque lié aux légionelles dans les installations à risque et dans celles des bâtiments recevant du public
La présente circulaire précise l'application des préconisations concernant la gestion du risque vis-à-vis de la prolifération des légionelles dans les réseaux et systèmes de traitement d'eau.
Sur le site Nosobase : Infections nosocomiales et hygiène hospitalière
Voir le document

Dossier Légionelle
La prévention et la surveillance des légionelloses sont encadrées par des textes réalisés par le Ministère de la Santé. Ce dossier donne accès à ces textes et quelques renseignements pratiques. Il est avant tout destiné aux professionnels responsables de la prévention, la surveillance et la déclaration des cas de légionellose.
Voir le document

Rédacteur : Elisabeth Faure
Janvier 2000
Mise à jour janvier 2001 : Florence Campagne

Descripteur MESH : Légionellose , Legionella , Maladie , Diagnostic , Legionella pneumophila , Bactéries , Maladie des légionnaires , Épidémiologie