img L'Hyperactivité chez l'enfant (1ère partie)

Sommaire :
Généralités sur l'hyperactivité
Définition
Cause de l'hyperactivité
Symptômes de l'hyperactivité
Diagnostic de l'hyperactivité
Traitement de l'hyperactivité
Pour en savoir plus
Sources d'informations générales
Associations
Forums
Etablissement spécialisé

PUB
imgGénéralités sur l'hyperactivité

Définition

Un enfant hyperactif est un enfant dont l'activité motrice est augmentée et désordonnée, accompagnée d'impulsivité, de réactions agressives et de troubles de l'attention qui perturbent son efficience scolaire. Ces troubles doivent être en décalage net par rapport à l'âge et au niveau de développement de l'enfant pour qu'on puisse parler d'hyperactivité.

Plusieurs termes sont employés pour désigner l'hyperactivité :

- syndrome hyperkinétique
- dysfonction cérébrale minime
- troubles déficitaires de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)

L'hyperactivité se rencontre partout dans le monde et dans toutes les classes sociales. C'est une maladie de plus en plus médiatisée mais encore mal reconnue en France. Pour preuve, il existe encore très peu de centres spécialisés dans le traitement et l'accueil des enfants hyperkinétiques.

On estime aujourd'hui que l'hyperactivité affecte entre 3 et 6 % des enfants d'âge scolaire avec une prépondérance chez les garçons mais les filles souffrant de TDAH sont plus difficiles à diagnostiquer. La majorité des enfants hyperactifs (70 %) garderont ce syndrome à l'âge adulte.

Cause de l'hyperactivité

Les problèmes de comportements des enfants hyperactifs sont d'ordre neurologiques. Le dysfonctionnement cérébral résulte en fait d'un trouble biochimique quantitatif qui concerne les neurotransmetteurs : manque de sérotonine et excés de dopamine.

Le mois dernier, des chercheurs américains ont publié leurs travaux sur les enfants souffrant de troubles déficitaires de l'attention / hyperactivité (Nature Medicine, vol. 6, n° 4, avril 2000, pp. 470-473). L'examen d'enfants hyperactifs par un nouveau procédé d'imagerie fonctionnelle par résonnance magnétique, la relaxométrie T2, évoque des anomalies au niveau du putamen, structure cérébrale impliquée dans la régulation du comportement moteur.

Actuellement, les études se penchent sur le rôle des gènes dans le syndrome hyperkinétique. Les chercheurs étudient notamment la relation qu'il peut exister entre les déficits génétiques, les troubles de l'attention et l'hyperactivité. Il existerait en effet une prédisposition génétique à ce syndrome d'hyperactivité.

Symptômes de l'hyperactivité

Le tiers des enfants hyperactifs commenceront à avoir des problèmes de comportement dès leur première année de vie : il pleure plus souvent et plus longtemps, a de la difficulté à s'alimenter, est plus actif et dort moins.

Dès l'âge de 6 ans, les enfants hyperactifs présentent les symptômes suivants :

- manque d'attention soutenue
- incapacité à se concentrer
- instabilité émotionnelle
- impulsivité
- difficulté à obéir
- signes neurologiques mineurs comme incoordination motrice fine...

Les symptômes de l'hyperactivité sont également décrits dans la 4ème édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l'Association américaine de psychiatrie, le DSM-IV (1994). C'est un tableau de 14 symptômes.

Ces symptômes engendrent dans la majorité des cas de gros problèmes scolaires. Un enfant hyperactif non diagnostiqué vit un véritable cauchemar : perturbation de la classe et rapports difficiles avec l'enseignant, rejet par ses camarades. Sans compter les conflits familiaux. Par rapport à des enfants non hyperactifs d'intelligence comparable, les enfants hyperactifs ont trois fois plus de risque d'être confrontés à l'échec scolaire. Mais un enfant qui bénéficie d'un traitement et d'une prise en charge adéquate pourra s'épanouir et suivre un cursus scolaire normal.
     Notons malgrè tout que ces enfants développent certaines capacités : potentiel intellectuel souvent élevé (leur QI est statistiquement supérieur à la moyenne) et surtout une imagination et une créativité remarquables.

Diagnostic de l'hyperactivité

Le diagnostic de l'hyperactivité est clinique et repose sur une procédure rigoureuse :

- examen physique global
- anamnèse familiale
- anamnèse de l'enfant
- examen des capacités auditives et visuelles
- examen des capacités intellectuelles et psychomotrices
- un électroencéphalogramme (EEG)
- des tomographies axiales (scan cérébral)

Quelques médecins suivent les différents critères de diagnostic définis par l'association américaine de psychiatrie dans leur manuel DSM-IV pour affirmer le diagnostic d'hyperactivité. Il existe aussi des questionnaires à remplir pour les parents, les enseignants...afin de se rendre compte le plus exactement possible de la situation.

Traitement de l'hyperactivité

Actuellement en France, le traitement médicamenteux de référence pour l'hyperactivité est la Ritaline ou méthylphénidate. Le méthylphénidate est un stimulant du système nerveux central. Il augmenterait la concentration des monoamines dans la fente synaptique. Il agit alors sur l'humeur : la ritaline améliore l'attention et les performances intellectuelles des enfants hyperactifs.
La Ritaline est un médicament administré chez les enfants de plus de 6 ans. Sa prescription est réservée aux spécialistes et/ou services spécialisée en neurologie, psychiatrie et pédiatrie. Il est inscrit sur la liste des stupéfiants et répond donc à la règle des 28 jours à savoir que la prescription dure au maximum 28 jours.
Il existe d'autres traitements. Aux Etats-Unis, en plus de la Ritaline, on trouve par exemple la dextroamphétamine et la pémoline (Cylert).

 
img img