La vitamine K

Définition

Le terme de vitamine K ou vitamine anti-hémorragique caractérise un groupe de substances de la famille des quinones :

- La phylloquinone, qui possède une chaîne latérale à 20 atomes de carbone avec une seule double liaison, est aussi appelée "vitamine K1". On la trouve seulement dans les plantes. Elle est soluble dans les graisses (et insoluble dans l'eau) et se présente sous la forme d'une huile de couleur jaune.

- Les ménaquinones possèdent une chaîne latérale de 20 à 60 atomes de carbone, dont plusieurs des liaisons sont insaturées. On les appelle "vitamines K2". Elles sont synthétisées par des micro-organismes, y compris des bactéries de l'intestin de l'homme et d'autres espèces animales. Elles sont, comme la vitamine K1, solubles dans les graisses.

- La ménadione, ou "vitamine K3", est une forme synthétique de la vitamine K qui ne posséde pas de chaîne latérale. Elle est donc soluble dans l'eau, à l'inverse des précédentes. Elle est convertie en vitamine K2 dans le corps et possède une activité biologique 2 à 3 fois supérieure aux vitamines K1 et K2.

Il ressort sur les trois formes de vitamine K que la vitamine K1 est apportée par l'alimentation, la vitamine K2 synthétisée par les bactéries intestinales et la vitamine K3 prise sous la forme de médicaments.

Historique

Dans les années 20, au Danemark, un biochimiste, Carl Peter Hendrik Dam, s'intéresse aux conséquences de divers régimes alimentaires sur le taux de cholestérol des poulets.
En 1929, il constate qu'une alimentation carencée en lipides entraine parfois des hémorragies chez ces volatiles. Les saignements peuvent être prévenus en donnant certains aliments, en particulier de la luzerne et du plancton. Ainsi il apparaît qu'un principe de l'alimentation possède une influence sur les phénomènes de coagulation.
En 1935, Dam la baptise du nom de koagulation vitamin, ou plus simplement "vitamine K".
En 1939, Dam parvient à isoler la vitamine dans sa forme pure, grâce à l'aide de chimistes suisses et à déterminer sa structure. Peu après Dam réalise une synthèse de la vitamine K en même temps que Doisy un biochimiste amèricain.
Dam et Disy partagent le prix nobel 1943 de physiologie et médecine pour leurs découvertes sur la vitamine K, facteur de coagulation.
Dès 1936, Dam avait montré qu'en absence de vitamine K, l'activité de la thrombine, une substance du sang, diminuait. Sous l'influence de plusieurs facteurs, la prothrombine peut donner naissance à une autre substance, la thrombine, qui fait coaguler le sang. Ce n'est qu'au milieu des années 50 qu'on découvre que certains de ces facteurs sont liés à la vitamine K.

Besoins

Les besoins sont peu connus, et les valeurs recommandées varient grandement selon les pays.

Vitamine K : Doses quotidiennes recommandées
(en µg par jour)

Nourrissons
Enfant de 1 à 3 ans
Enfant de 4 à 9 ans
Enfant de 10 à 12 ans
Adolescents de 13 à 19 ans
Adolescentes de 13 à 19 ans
Homme adulte
Femme adulte
Femmes enceinte
Femmes allaitantes

10
15
20 - 25
30
35
35
45
35
45
55

(Source : Le nouveau guide des vitamines - Thierry Souccar & Dr Jean-Paul Curtay)

Sources

La vitamine K est apportée par quelques aliments essentiellement végétaux et par les farines de poissons, mais cet apport n'est pas indispensable chez l'homme car elle est normalement produite par les bactéries intestinales (sauf chez le nouveau-né, dont l'intestin est stérile à la naissance).

La vitamine K1 se trouve principalement dans les légumes verts à feuilles, comme le brocoli, l'épinard, le persil, le chou. D'une manière générale, plus les feuilles sont vertes, plus le contenu en vitamine K est élevé. Ainsi, les feuilles externes du chou contiennent environ 200 µg / 100 g, alors que les feuilles les plus pâles du coeur ont une teneur 4 fois plus faibles.
Les margarines, les huiles végétales, en particulier celles qui sont riches en huiles de soja, sont de bonnes sources en vitamine K1

Le lait de vache fournit des quantités faibles mais significatives de vitamine K. Certains laitages fermentés (yaourts, fromage) contiennent de la vitamine K2 d'origine batérienne, qui contribue à l'apport quotidien.
Enfin le foie est une réserve majeur de la vitamine K, et donc une bonne source alimentaire de K1 et K2.


Aliments riches en vitamine K
(en milligrammes pour 100 g)

Farines de poissons
Foie de porc
Choux frisé
Epinard
Chou de Bruxelles
Chou Brocoli
Laitue
Foie de boeuf
Foie de veau
Viandes
Cresson

15
0,4 - 0,8
0,7
0,41
0,17
0,14
0,12
0,1 - 0,2
0,1 - 0,2
0,1 - 0,2
0,08

(Source : Vitamines, sels minéraux, oligo-éléments - Dr Ph Dorosz)

Fonctions

La vitamine K est nécessaire à la synthèse par le foie des facteurs II, VII, IX et X du complexe prothrombique. Ces facteurs sont indispensables à la coagulation du sang. Elle n'entre pas dans leurs molécules mais agit probablement comme cofacteur.
Elle est stable à la chaleur mais sensible à la lumière.

La vitamine K est le cofacteur d'une classe d'enzymes qi transforment des résidu de proteines à base d'acide glutamique en acide gammacarboxyglutamate (Gla). Cet acide aminé est incorporé à des proteines, dites "proteines-Gla", ou encore "vitamine K-dépendantes". Les proteines-Gla ont la capacité de fixer le calcium. C'est cette caractéristique qui leur confère leur activité biologique.

Carence

La plupart des auteurs considèrent que les déficiences en vitamine K sont rares dans la population générale (le cas des nouveaux nés mis à part). Mais ces affirmations sont encore une fois basées sur l'observation que la vitamine K ets largement présente dans l'alimentation et que des quantités faibles sont suffisantes pour garantir ses fonctions de coagulation.

Les carences spontanées sont exceptionnelles.
Elles s'observent :
- parfois après traitement antibiotique par perte de la flore colique,
- au cours des ictères retentionnels, par déperdition fécale en l'absence de résorption lipidique,
- au cours des traitements anticoagulants qui réalisent un effet compétitif.

Sources :
Le nouveau guide des vitamines - Thierry Souccar & Dr Jean-Paul Curtay
Guide pratique de diététique - Jean-Claude Basdekis
Vitamines, sels minéraux, oligo-éléments - Dr Ph Dorosz
Nutrition et alimentation - B. Jacotot & J.C. Le Parco

Rédacteur : Florence Campagne
Juillet 2000

Descripteur MESH : Vitamine K , Vitamines , Foie , Sang , Vitamine K2 , Enfant , Bactéries , Aliments , Éléments , Carbone , Sels , Thrombine , Femmes , Huiles , Minéraux , Eau , Légumes , Médecine , Observation , Plancton , Calcium , Population , Coeur , Prothrombine , Danemark , Temps , Famille , Fromage , Hypercholestérolémie , Lipides , Ménadione , Organismes , Anticoagulants , Plantes , Poulets , Colique , Qi , Diététique , Lait , Lumière , Acide glutamique , Physiologie , Poissons , Cholestérol , Prix Nobel , Couleur , Quinones , Soja , Enzymes , Huiles végétales