nuance

L'ostéoporose

Définition

L'ostéoporose est une maladie du squelette caractérisée par une faible densité osseuse et une détérioration générale du tissu osseux. Une perte osseuse accélérée est induite par un déséquilibre entre la résorption et la formation osseuse. La fragilité de l'os entraîne des fractures qui sont la manifestation clinique principale de la maladie. Les trois fractures principales concernent le col du fémur, les vertèbres et la partie distale du radius.
La définition de l'Organisation Mondiale de la Santé de l'ostéoporose est une masse osseuse au-dessous de - 2.5 déviations standards (DS) en T score, qui situe un patient par rapport à la moyenne de la population à l'âge du pic de masse osseuse. Entre - 1 et - 2.5 DS en T score, il s'agit d'une ostéopénie. Au-dessus de - 1 DS, le patient est dans la limite de la normale.

On distingue quatre formes clinique de l'ostéoporose :

  • L'ostéoporose post ménopausique (OPM),
  • L'ostéoporose de l'homme,
  • Les ostéoporoses secondaires : l'hyperparathyroïdie et la corticothérapie sont les deux causes principales d'ostéoporoses secondaires.
  • L'ostéoporose de l'enfant ou ostéogénèse imparfaite qui intéresse les pathologies endocriniennes ou métaboliques de l'enfant.

Epidémiologie

Il s'agit d'un problème majeur de santé publique. Pour s'en convaincre, quelques chiffres en France :

  • 4 femmes sur 10 (soit 2 à 3 millions) et 1 homme sur 8 (environ 800 000 hommes) sont atteints par l'ostéoporose à partir de 50 ans. Au-delà de 80 ans, 70 % des femmes sont ostéoporotiques.
  • 50 000 à 150 000 nouveaux cas de fractures vertébrales apparaissent chaque années.
  • Un rapport de l'Union Européenne dénombre plus d'un million de patients traités. Ce même rapport estime que le nombre de fractures de la hanche devrait passer de 414 000 à 972 000 au cours des cinquante prochaines années.
    Au niveau mondial, les estimations de l'O.M.S. sont de 6,3 millions de fractures du col du fémur en 2050.
  • On constate une prédominance des fractures du poignet chez la femme.
  • Le taux de mortalité est plus important chez l'homme (de 10 à 14 % contre 5 % chez la femme).
  • Le taux de morbidité est également important : 50 % des patients ayant présenté une fracture de hanche perdent leur indépendance de manière définitive.

Etiologie et facteurs de risques

Le plus souvent, cette maladie est multifactorielle. Plusieurs enquêtes épidémiologiques ont permis de distinguer les différents facteurs de risques :

  • Carence estrogénique conséquente à la ménopause.
  • Facteurs génétiques : antécédents familiaux de fractures vertébrales ou de l'extrémité supérieure du fémur.
    Actuellement on pense que des gènes du collagène de type I et du récepteur de la vitamine D ainsi d'autres polymorphismes comme ceux du récepteur de l'Interleukine I et de l'estradiol pourraient être impliqués dans l'ostéoporose.
  • Facteurs nutritionnels et environnementaux : faible apport calcique, carence en vitamine D, alcoolisme, tabagisme, sédentarité, maigreur.
  • Survenue d'un premier évènement fracturaires : tassement vertébral ou fracture non vertébrale.
  • Prise de médicaments en traitement de certaines pathologies telles que la polyarthrite rhumatoïde, lhyperthyroïdie, lhyperparathyroïdie, les maladies inflammatoires de lintestin (MIKI), lhypercorticisme : corticostéroïdes, hormones thyroïdiennes, héparine, analogues de la gonadotrophine releasing hormone

Diagnostic

1/ L'interrogatoire

Recherche des facteurs de risques : antécédents familiaux d'ostéoporose, antécédents personnels de fractures ou de douleurs rachidiennes aiguës, immobilisation prolongée, hyperthyroïdie, âge de la ménopause, consommation d'alcool et de tabac, évaluation de la ration calcique alimentaire, prise de corticoïdes ou de traitement à base d'hormones thyroïdiennes.

2/ L'examen biologique

Recherche d'éléments témoignant de tassements vertébraux répétés (perte de taille, déformations du rachis...)

3/ les techniques de diagnostics

Elle ont fait d'énormes progrès ces dix dernières années.

Les techniques de densitométrie

Ces techniques permettent de mesurer la densité minérale osseuse.

L'ostéodensitométrie biphotonique à rayons X (DXA) est la technique la plus performante pour mesurer la quantité d'os minéralisés que ce soit au niveau du rachis, de l'extrémité fémorale supérieure, de l'avant-bras ou du corps entier. Cette technique mesure une densité surfacique.

La tomodensitométrie ou scanner qui permet de mesurer une densité volumique vraie, présente l'avantage de pouvoir distinguer les compartiments trabéculaires et corticaux du corps vertébral. Ses Inconvénients sont : une difficile interprétation des évaluations scannographiques d û au fait que les courbes de référence sont toujours en cours de validation, une moins bonne reproductibilité et une dégradation de l'exactitude avec l'âge.

Les densitométres ultrasoniques (US) qui mesurent l'atténuation de la bande passante des ultrasons et/ou la vitesse du son à différents sites osseux périphériques sont moins chers et moins encombrants que les appareils utilisant labsorptiométrie biphotonique mais ils ne peuvent encore se substituer à eux du fait notamment d'une mauvaise reproductibilité des examens.

La radiographie conventionnelle du rachis dorsal et lombaire permet de diagnostiquer le tassement vertébral et dorienter sur sa nature. Elle est surtout utile pour juger de lefficacité du traitement dont le but est dempêcher lapparition de nouveaux tassements vertébraux.

Le dosage des marqueurs osseux du remodelage

On en distingue deux types :

Les marqueurs de formation osseuse qui sont des protéines plasmatiques mesurant soit une protéine non collagénique de la matrice osseuse (l'ostéocalcine, ou les peptides dextension du procollagène), soit des enzymes présentes dans les ostéoblastes (phosphatases alcalines totales ou les phosphatases alcalines spécifiques osseuses).

Les marqueurs de résorption qui mesurent préférentiellement les fragments de dégradation du collagène, tel que lhydroxyproline et les D-pyridinolines libres ou liées à des peptides.

Ces dosages permettent de mettre en évidence l'augmentation du remodelage osseux caractéristique de l'ostéoporose, de mieux comprendre les différents types dostéoporose, de prédire la perte osseuse à venir et d'évaluer le risque fracturaire chez le sujet âgé. Ils permettent également d'évaluer lefficacité des traitements à visée osseuse.

Traitements et prévention de l'OPM

L'objectif de la prise en charge du traitement de l'ostéoporose est d'éviter les fractures. Il s'agit donc d'identifier les sujets à traiter, en évaluant le risque encouru.

- Le traitement hormonal substitutif (THS) est à la base de la prévention des fractures. Les oestrogènes permettent de réduire l'activité du remodelage osseux et en particulier la résorption ostéoclastique. Le traitement utilisé en France est le suivant : 17b estradiol, soit per os (1 mg/j), soit sous forme de timbre transdermique (0,05 mg/j), le mode dadministration étant cyclique (21 jours/mois) ou continu (source : J. Meunier, 1997).

.

- Les traitements non oestrogéniques de l'ostéoporose postménopausique sont répertoriés dans le tableau ci-dessous :

Famille Molécules Posologie Indications
Bisphosphonates Etidronate 400 mg/j 14j tous les 3 mois Ostéoporose avec tassement
Alendronate 10 mg/j Ostéoporose avec ou sans fracture
5 mg/j Femmes à risque d'ostéoporose
Risédronate 5 mg/j Ostéoporose avec ou sans fracture et traitement des femmes à risque
SERM Raloxifène 60 mg/j Ostéoporose avec traitement des femmes à risque
Calcium et Vitamine D Calcium 1 g/j Insuffisances en calcium et vitamine D et traitement dappoint des ostéoporoses
Vitamine D 800 UI/j

Source : L'ostéoporose : épidémiologie, clinique et approches thérapeutiques, 2001.

D'après, J.C Ruiz et C. Cormier du service de rhumatologie de l'hôpital Cochin à Paris, "un progrès thérapeutique important pourrait voir prochainement le jour suite au clonage du gène de situations familiales inverses de l'ostéoporose (High Bone Mass Syndrome)." (2001)

L'Organisation Mondiale de la Santé a chargé un comité d'étude de développer une stratégie mondiale de prévention.
Plusieurs études démontrent qu'afin de prévenir l'ostéoporose, il est nécessaire de développer très tôt des habitudes de vie saines, d'adopter des attitudes positives et de se renseigner adéquatement sur cette maladie afin d'identifier sur une base personnelle les actions à prendre.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus:

Documents de fonds et actualités

Ostéoporose post-ménopausique : mise au point et perspectives
Introduction, amélioration des connaissances épidémiologiques, approche génétique, diagnostic, identification de formes cliniques, progrès dans la prise en charge.
De J.C Ruiz et C. Cormier, service de rhumatologie de l'hôpital Cochin à Paris. Site de la Société française d'ostéodensitométrie, 2001, 6 p.
Voir le document

Lostéoporose : épidémiologie, clinique et approches thérapeutiques
A. Fontana, P. D. Delmas, médecine/sciences, 2001, 9 p.
Les complications de l'ostéoporose, étiologie et facteurs de risques, prise en charge thérapeutique.

Ostéoporose
Définition, impacts sociaux économiques, facteurs de risques, stratégies préventives, voies de recherche.
Dossier de synthèse réalisé par La Fondation pour la recherche médicale.

Ostéoporose : stratégies de prévention et de traitement
Données biologiques, évaluations cliniques, données épidémiologiques et socio-économiques, facteurs de risques, stratégies de traitement et de prévention, synthèse.
Expertise collective de l'Inserm, 1996.

Cours

Physiopathologie de lostéoporose
Définition et données épidémiologiques, évolution de la masse osseuse au cours de la vie, classification des ostéoporoses, facteurs déterminant le pic de masse osseuse, physiopathologie de lostéoporose primitive.
Cours du Dr. M.H. Lafage-Proust, université de St-Etienne, sept. 2001.
Voir le document

L'ostéoporose
Epidémiologie, physiopathologie, symptomatologie clinique, signes radiologiques, ostéodensitométrie, signes biologiques, facteurs de risque, traitement,
Cours de P. J. Meunier, université de Lyon, août 1997.

L'ostéoporose
Introduction, ce qu'il faut faire devant une ostéoporose, bilan à effectuer devant une ostéoporose, absorptiométrie biphotonique, conduite pratique devant une ostéoporose, prévention et traitement de l'ostéoporose.
Cours de l'université de Grenoble, Pr R. Juvin, novembre 1998.

Recommandations

L'ostéoporose chez les femmes ménopausées et chez les sujets traités par corticoïdes : méthodes diagnostiques et indications
Analyse critique des différents guidelines identifiés, synthèse et discussion.
Recommandations pour la pratique clinique publié par l'ANAES en novembre 2001.
Consulter le rapport

Recommandations pour l'évaluation économique des traitements de l'ostéoporose
Centre collaborateur de l'OMS pour les aspects de santé publique des affections rhumatismales et de l'ostéoporose, 1999, 24 p.
Voir le document

Actualités

Consulter les dépêches Caducee.net sur l'ostéoporose

Résumés des interventions du congrès mondial sur l'ostéoporose
Ce congrès qui s'est tenu du 10 au 14 mai 2002 a été organisé par la Fondation Internationale pour l'ostéoporose.

Ostéoporose : vaincre l'indifférence
Résumés des interventions faites dans le cadre du Medec qui s'est tenu en mars 2002. Mise au point des connaissances sur les données épidémiologiques, le diagnostic, la prise en charge de la maladie et la place du généraliste ainsi que sur l'ostéoporose masculine.

Epidémiologie

L'ostéoporose : un enjeu majeur pour les années à venir
Epidémiologie des fractures, nouvelle définition de l'ostéoporose, les facteurs de risque, le traitement, bibliographie.
Pr M.C. De Vernejoul, Clinique de Rhumatologie et INSERM U349, Hôpital Lariboisière, Paris.
Document en ligne sur le site du Centre Evian pour l'eau - CEPE.
Voir le document

Ostéoporose : les organisations sanitaires et chacun de nous doivent agir dès maintenant pour éviter une épidémie qui menace
Le but du vaste programme d'éducation et de communication que propose l'OMS est d'accroître notre connaissance de la physiologie osseuse et de l'ostéoporose tout en faisant prendre davantage conscience des principaux facteurs de risque et des possibilités de prévention et de prise en charge de cette maladie.
Communiqué de presse de l'OMS, 11/10/1999.

Ostéoporose et fractures de la hanche - Etat des connaissances en Belgique et apport d'éléments pour l'élaboration d'une politique de santé
Définition, facteurs de risque, données épidémiologiques nationales et internationales, impact de l'ostéoporose sur la santé publique, prévention...
Rapport de l'Institut Scientifique de la Santé Publique (ISP) de Belgique, déc. 1999, 62 p.

Prévalence de l'ostéoporose aux Etats-Unis
Données épidémiologique sur l'incidence de l'ostéoporose et des populations à risques chez les hommes et les femmes âgés de plus de 50 ans aux Etats-Unis.

Diagnostic

Marqueurs du remodelage osseux : données récentes sur leur intérêt et leurs limites dans l'exploration des ostéoporoses
Variations physiologiques des marqueurs osseux, variation des marqueurs osseux en pathologie, intérêt clinique des marqueurs osseux dans l'ostéoporose, conclusion et perspectives.
C. Cormier, C. Kindermans, J.C. Souberbielle, Médecine thérapeutique. Vol. 7, N. 2, Fév. 2001 : 108-13, Revue : exploration de l'ostéoporose.

Diagnostic des ostéoporoses chez l'enfant
Comment juger de la transparence osseuse ? diagnostic étiologique, causes des ostéoporoses.
G. Kalifa, université de Rennes., janv. 1996.

L'ostéoporose - Fiche pratique pour le diagnotic
Introduction (les fractures ostéoporotiques, localisation, causes...), devant une ostéoporose (éliminer une autre causes, rechercher une étiologie à lostéoporose...), bilan à effectuer devant une ostéoporose (interrogatoire, l'examen clinique), Absorptiométrie Biphotonique (principe, interprétation des résultats...), conduite pratique devant une ostéoporose (dépistage), puis prévention et traitement de l'ostéoporose.
Par le Pr R. Juvin, document issu du Corpus Médical du site de la Faculté de Médecine de Grenoble.

Série de dossiers trés spécialisés sur l'ostéoporose
Ostéopathies endocriniennes, Hyperostose et acro-ostéolyse, diagnostic des ostéoporoses chez l'enfant, sémiologie radiologique de l'appareil ostéo-articulaire...

Traitement

Ostéoporose : combler les graves lacunes de la prise en charge
Dossier de presse de l'atelier organisé par le Syndicat national des industries pharmaceutiques le 4 octobre 2001 qui expose les besoins médicaux et l'expression des patients sur la prise en charge de cette maladie, fait le point sur les lacunes, sur les recommandations édictées et sur les traitements disponibles.

Les traitements de l'ostéporose
Après un bref rappel sur les différentes formes d'ostéoporoses, un listing complet des traitements existants et à venir de l'ostéoporose : les sels de fluor, le traitement par calcium et vitamine D, le traitement hormonal, les calcitonines substitutif, les diphosphonates, les statines, S.E.R.M., ...
Voir le document

Ostéoporose postménopausique - Evista®, premier SER
Premier représentant des SERM (modulateur sélectif des récepteurs aux estrogènes), une nouvelle classe de médicaments efficaces dans l'ostéoporose postménopausique, le raloxifène (Evista®) offre une alternative intéressante au traitement hormonal substitutif. Si le traitement hormonal substitutif permet incontestablement de réduire le risque ostéoporotique et cardio-vasculaire de la ménopause, l'observance à long terme n'en est pas très bonne. Evista® a reçu, en août 99, de l'Agence européenne du médicament son AMM dans « la prévention de la fracture vertébrale non traumatique chez les femmes ménopausées à risque accrue d'ostéoporose ». Evelyne Gogien
Mot clés : ostéoporose ser

Prévention et dépistage

L'ostéoporose en 100 questions
Ce document, destiné aux patients mais également utile aux professionnels, présente les données d'actualité concernant l'ostéoporose : facteurs de risques, prévention, diagnostic, traitement..
Ouvrage collectif réalisé par l'Institut de Rhumatologie, Groupe Hospitalier Cochin à Paris.

Aspect nutritionnel de l'ostéoporose : rôle du calcium et de la vitamine D dans la prévention des fractures
L'ostéoporose, un problème majeur de santé publique, aspects métaboliques du calcium et de la vitamine D effets du calcium... association calcium - vitamine D, prévenir et dépister l'ostéoporose en pratique, références.
P.J. Meunier, Département de rhumatologie et de pathologies osseuses, INSERM Unité 403, Hôpital édouard Herriot à Lyon. Site du centre Evian pour l'eau.
Voir le document

Ostéoporose et prévention nutritionnelle
Article de l'Agence pour l'information sur les fruits et légumes frais et la santé ( APRIFEL). Explication du syndrome ostéoporique.
De JM Ristori, JP Barlet - Colloque Alimentation et Vieillissement (APRIFEL) - Novembre 1999.

Fruits et légumes dans la prévention de l'ostéoporose : de nouvelles preuves
Moins d'ostéoporose dans les pays méditerranéens, prévention : des facteurs nutritionnels nouveaux, le rôle des végétaux alcalinisants, polyphénols et phyto-oestrogènes.
Pr Christian Rémésy, drecteur de l'Unité Maladies Métaboliques et Micronutriments de l'INRA de Clermont-Ferrand - Equation-Nutrition n°5 (APRIFEL), mai 2000.

Ostéoporose: Il faut rembourser le dépistage chez les femmes ménopausées à risque
Recommandations pour le dépistage.
Communiqué de presse de l'Académie Nationale de Médecine, 21 novembre 2001.
Voir le document

Le médecin généraliste, acteur stratégique de la prévention, de la déficience en calcium et de l'ostéoporose
Compte-rendu d'une "table ronde en nutrition" au Medec le 12/03/02 avec pour intervenants le Pr. J.P. Bonjour, le Pr. P. Fardellone, le Dr J.C. Souberbielle et Mme D. Poulain. Rédaction : Dr. F. Girard.
Voir le document

Ostéoporose « préparez vos squelettes »
Référence internationale en matière d'ostéoporose, le Pr Pierre-Jean Meunier milite avec patience et acharnement pour une politique de dépistage et de prévention de cette maladie. C'est dans cet esprit qu'il vient de publier un Guide pratique de l'ostéoporose à l'intention des médecins.
Entretien avec le Pr Pierre-Jean Meunier, propos recueillis par le Dr Sylvie Sargueil
Mot clés : ostéoporose Meunier

Ostéoporose : vers un "génotypage préventif"
Pour aboutir à la mise au point d'indices précoses et individuels de l'évolution de la maladie, les facteurs génétiques sont étudiés.
Par Martine Cohen-Solal, Mélinée Frenkian, Marie Christine de Vernejoul, INSERM U349, hôpital Lariboisière.
La Revue du Praticien - Médecine Générale - Tome 13 - N°475 du 1er Novembre 1999, p.1698

Associations et organismes

National

Groupe de recherche et d'informations sur les ostéoporoses - GRIO
Propose des informations à destination du grand public (brochure "Ostéoporose en 100 questions") et à destination des professionnels (résumés des rencontres professionnelles et agenda).
Voir le document

Société Française d'ostéodensitométrie Clinique - SOFOC
Les objectifs de cette société sont : d'Améliorer la pratique de l'ostéodensitométrie, d'organiser la mise en place et le suivi d'un contrôle de qualité de cet outils de diagnostic, de le promouvoir auprès des professionnels de santé, du public et des pouvoirs publics et ou privés et de participer au dépistage, à la prévention et au traitement des ostéopathies raréfiantes.
Voir le document

International

Fondation Internationale pour l'ostéoporose - IOF
Organisation non gouvernementale dont les missions sont de faire avancer l'état des connaissances sur l'ostéoporose et de promouvoir la prévention, le diagnostic et le traitement de cette maladie à travers le monde. Dans ce but elle organise notamment des congrès annuels.
Voir le document

Foundation For Osteoporosis Research And Education
La mission de FORE est de prévenir l'ostéoporose en diffusant les résultats de la recherche et les connaissances (risques, détection, traitements, prévention). Ce site s'adresse au grand public et aux professionels de la santé.
Il propose un FAQ, une liste de publication... En anglais.

Fondation nationale contre l'ostéoporose
Fondation américaine qui diffuse des informations pour le grand public et les professionnels
Voir le document

Ostéoporose Québec
Ostéoporose Québec est un organisme qui a pour mission d'éduquer et d'aider les femmes et les hommes de tous âges dans la prévention et le traitement de l'ostéoporose, en les encourageant à se construire une bonne masse osseuse. Il renseigne aussi les professionnels de la santé sur les problèmes de l'ostéoporose afin qu'ils puissent mieux conseiller leur clientèle et les diriger vers les ressources complémentaires à leur propre intervention.
Envoie de documentation, évaluation des facteurs de risques...

La Société de l'Ostéoporose du Canada - SOC
La Société de l'Ostéoporose du Canada est un organisme national qui dessert les personnes souffrant d'ostéoporose ou à risque. La SOC a pour but d'éduquer, d'habiliter et d'appuyer les personnes et les communautés en matière de prévention et de traitement de l'ostéoporose. Elle collabore avec les professionnels des soins de santé à travers le Canada pour s'assurer que les malades obtiennent les soins préventifs, les diagnostiques et les choix de traitement les plus à jour.
Dossiers : Qu'est-ce que l'ostéoporose? (définition, fréquence de la maladie, coûts), diagnostic (êtes-vous à risque?), prévention (le calcium et la vitamine D), traitements (l'hormonothérapie, son rôle dans la prévention et le traitement de l'ostéoporose).

#COVID-19 : le point de situation épidémiologique sur le coronavirus SARS-CoV-2

Descripteur MESH : Diagnostic , Ostéoporose , Calcium , Col du fémur , Fémur , Fondations , Ménopause , Radius , Rhumatologie , Santé , Santé publique

PUBLICITE