nuance

« Covid Longs » : les AINS et l’ibuprofène peuvent être utilisés selon les règles de prescription usuelles selon la HAS

illustrationDepuis le début de la crise sanitaire et en vertu du principe de précaution, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), dont l’ibuprofène, ont été écartés de l’offre de soins chez les patients atteints de COVID. En mars 2020, les AINS sont considérés comme potentiel facteur aggravant de la COVID, à l’époque encore méconnue. Les autorités sanitaires et gouvernementales ont alors adopté une attitude de protection de la population et le Haut Conseil de la santé publique et l’ANSM ont déconseillé leur usage en cas de COVID.

Face à cette position des instances françaises, un Board d’Experts multidisciplinaire, soutenu par le laboratoire GSK Santé Grand Public, s’est constitué en 2020, en vue de travailler sur le bon usage des anti-inflammatoires non stéroïdiens, les AINS, pendant cette pandémie. Il est composé de médecins, spécialistes et plus spécifiquement de rhumatologues, infectiologue, pédiatre, médecin généraliste, pharmacologue et pharmaciens.

Tout au long de l’année passée, ils ont travaillé à la création de différents outils à destination des patients et professionnels de santé et se sont accordés sur la nécessité de mettre à disposition de ces derniers une information synthétique de la littérature scientifique récente et des outils d’aide à la dispensation en cabinet ou au comptoir pour vulgariser les résultats au grand public. La revue de littérature permet de rassurer les professionnels de santé, l’opinion publique, les autorités sanitaires et les institutions préoccupées par les risques liés aux AINS chez les patients atteints de COVID.

À la lumière de cette revue bibliographique1 à 11, il n’existe actuellement aucune donnée scientifique suggérant que l’ibuprofène pourrait être un facteur d’aggravation du COVID. C’est pourquoi, en accord avec les recommandations de l’Agence Européenne du Médicament (EMA) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le GRAINS pense qu’il n’y a pas lieu de contre-indiquer l’ibuprofène et les autres AINS en cas de COVID.

À la suite de cette évaluation, la Haute Autorité de Santé a récemment changé sa recommandation et souligné, depuis le 10 novembre dernier, que les AINS peuvent être utilisés selon les règles de prescription usuelles chez les patients douloureux au cours du COVID long.

Le Professeur Pierre Tattevin, infectiologue, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Rennes approuve ce changement : « Cette mise à jour des recommandations de la HAS, éclairée par les données de la littérature, est bienvenue, car elle lève une restriction qui pouvait conduire les patients douloureux à remplacer les AINS par des traitements parfois moins efficaces ou plus toxiques ».

A propos du GRAINS

Le GRAINS est composé des experts suivants :
Yorick Berger, docteur en pharmacie et secrétaire général de la FSPF 75.
Professeur Daniel Buchon, médecin généraliste en Corrèze et Professeur émérite à la Faculté de Médecine de Limoges.
Alain Delgutte, docteur en pharmacie titulaire d’officine en exercice dans la Nièvre. Il est président du groupement pharmaceutique de l’Union européenne.
Docteur Laurent Grange, rhumatologue au CHU de Grenoble Alpes. Il est président de l’Association Française de Lutte Anti-Rhumatismale (AFLAR), membre de la Société Française de Rhumatologie et membre fondateur et Trésorier de la section ETP-SFR.
Professeur Hervé Haas, est pédiatre et directeur du service pédiatrique de l’hôpital de Monaco. Il était précédemment à la tête du service des urgences pédiatriques au CHU Lenval.
Béatrice Clairaz-Mahiou, docteur en pharmacie engagée depuis plus de 20 ans. Elle est élue à l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) de l’Île-de-France et copréside le Syndicat des pharmaciens du département des Hauts-de-Seine (92).
Professeur Nicholas Moore, Pharmacologiste et ancien directeur de la plateforme Bordeaux Pharmaco Épidémiologie. Le Professeur a mené plusieurs études liées à l’utilisation des AINS et notamment pour le traitement antalgique. Ainsi, il est l’un des premiers auteurs sur le sujet des AINS dans un contexte de Covid-19 en France et notamment dans son article « l’ibuprofène aggrave-t-il le Covid-19 ? ».
Professeur Serge Perrot, rhumatologue. Il est directeur du Centre d’Étude et de Traitement de la Douleur du groupe Hospitalier Cochin-Hôtel Dieu à Paris et ex-Président de la Société Française d’Étude et de Traitement de la Douleur.
Professeur Pierre Tattevin, infectiologue. Il est président de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF) et chef du service des maladies infectieuses au CHU de Rennes.

1. Kragholm K, et al. Association between ibuprofen exposure and severe COVID-19 infection : A nationwide register-based cohort study. Clin Transl Sci. 2020:13:1103-1107.
2. Gianfrancesco M, et al. Characteristics associated with hospitalisation for COVID-19 in people with rheumatic disease: data from the COVID-19 Global Rheumatology Alliance physician-reported registry. Ann Rheum Dis. 2020 ; 79:859-866.
3. Wong AY, et al. OpenSAFELY: Do adults prescribed Non-steroidal anti-inflammatory drugs have an increased risk of death from COVID-19? medRxiv. 2020.08.12.20171405. Accepted in Ann Rheum Dis. [Consulted 2020, February 01].
4. Nicholas Moore1. Pauline Bosco-Levy. Nicolas Thurin1. Patrick Blin1. Cécile Droz-Perroteau1, NSAIDs and COVID-19 : A Systematic Rewiew and Meta-analysis, Accepted : 5 June 2021.
5. Moore N, et al. Does Ibuprofen Worsen COVID-19? Drug Saf. 2020;43:611-614.
6. Lund LC, et al. Adverse outcomes and mortality in users of non-steroidal anti-inflammatory drugs who tested positive for SARS-CoV-2: A Danish nationwide cohort study. PLoS Med. 2020:8;17:e1003308.
7. Capuano A, et al. Official Statement of the section of Clinical Pharmacology of Italian Society of Pharmacology on Non-steroidal anti-inflammatory drugs (NSAIDs) and the increased risk of complications during infections with commentary. Pharmadvances. Vol.2 (No.1) 2020 April, 6-10
8. Food and Drug Administration. (2020, March 19). FDA advises patients on use of non-steroidal anti-inflammatory drugs (NSAIDs) for COVID-19. https://www.fda.gov/drugs/drug-safety-and-availability/fda-advises-patients-use-non-steroidal-anti-inflammatory-drugsnsaids-covid-19 [[Retrieved 2020, February 01].
9. Center for Disease Control and Prevention (CDC). 2020, March 30. Drugs and Investigational Therapies: Do nonsteroidal anti-inflammatory drugs (NSAIDs) worsen the course of disease for people with COVID-19? CDC. https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/hcp/faq.html [Retrieved 2020, February 01].
10. Euro European Medicines Agency (EMA), 2020, March 18, EMA gives advice on the use of non steroidal anti-inflammatories for COVID-19, EMA Sciences Medicines Health, 1-2. https://www.ema.europa.eu/en/news/ema-gives-advice-use-non-steroidal-anti-inflammatories-covid-19 (Retrieved 2020, February 01).
11. Haute Autorité de Santé — Symptômes prolongés suite à une Covid-19 de l’adulte - Diagnostic et prise en charge (has-sante.fr)

Descripteur MESH : Patients , Santé , Soins , Santé publique , Mars , Population , Attitude , Conseil , Littérature , Pharmacie , Diagnostic , Douleur , France , Pharmaciens , Rheum , Paris , Médecins , Tête , Adulte , Monaco , Lutte , Épidémiologie , Rhumatologie , Médecine , Lumière , Hospitalisation , Urgences , Infection , Langue

nuance

Pratique médicale: Les +