nuance

Une différence de tension artérielle entre les deux bras est corrélée à un risque plus important de crise cardiaque, d’AVC et de décès

illustrationDe nouvelles recherches ont produit des « preuves solides » qu’une différence dans les lectures de tension artérielle entre les 2 bras est liée à un risque plus élevé de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de décès.

Les scientifiques de l’Université d’Exeter et d’une coalition internationale de chercheurs (projet INTERPRESS-IPD) ont regroupé les données de 24 études mondiales sur la pression artérielle pour créer une énorme base de données de près de 54 000 personnes pour leurs recherches.

Les données couvrent les lectures de tension artérielle des deux bras pour des adultes de plusieurs pays européens, des États-Unis, d’Afrique et d’Asie et montrent que plus la différence entre les deux bras est grande, plus le risque cardiovasculaire de l’individu est important. Ces résultats viennent d’être publiés dans la revue de référence américaine Hypertension.

« Actuellement, les directives internationales sur la pression artérielle conseillent aux professionnels de la santé de mesurer la pression artérielle dans les deux bras lors de l’évaluation du risque cardiovasculaire — pourtant cela est largement ignoré », prévient l’équipe d’Exeter.

Leurs travaux ont conclu que l’intervalle acceptable de différence entre la pression artérielle dans les deux bras devrait être nettement inférieur à ce que les directives actuelles permettent.

« La recherche pourrait conduire à un changement des directives internationales sur l’hypertension, ce qui signifie que davantage de patients à risque pourraient être identifiés et recevoir un traitement potentiellement vital », ajoutent-ils.

La pression artérielle augmente et diminue à chaque battement de cœur, et est donc mesurée avec deux nombres — la lecture supérieure (systolique) et la lecture inférieure (diastolique). Il est mesuré en millimètres de mercure (mmHg), et un mmHg systolique élevé indique une hypertension — une condition qui affecte un tiers de la population adulte et est la principale cause à l’échelle mondiale de crises cardiaques, d’accidents

vasculaires cérébraux et de décès évitables. L’indication complémentaire apportée par ces nouveaux résultats consiste à montrer qu’en moyenne, chaque 1-mmHg de différence de pression entre les 2 bras indique une augmentation de 1 % du risque d’infarctus, d’AVC ou de décès à 10 ans.

« Une différence significative entre les mesures de la pression artérielle systolique dans les deux bras pourrait être le signe d’un rétrécissement ou d’une rigidité des artères, ce qui peut affecter la circulation sanguine », expliquent les chercheurs.

« Ces modifications artérielles sont reconnues comme un autre marqueur de risque de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral ou de décès prématuré, et devraient être étudiées pour un traitement », ajoutent-ils.

L’auteur principal de l’étude et médecin généraliste, le Dr Chris Clark, de la faculté de médecine de l’Université d’Exeter, a déclaré : « La vérification d’un bras puis de l’autre avec un tensiomètre couramment utilisé est bon marché et peut être effectuée dans n’importe quel milieu de soins de santé, sans nécessité pour des équipements supplémentaires ou coûteux.

« Alors que les directives internationales recommandent actuellement que cela soit fait, cela ne se produit que la moitié du temps au mieux, généralement en raison de contraintes de temps. Nos recherches montrent que le peu de temps supplémentaire nécessaire pour mesurer les deux bras pourrait finalement sauver des vies ».

« Nous savons depuis longtemps qu’une différence de tension artérielle entre les deux bras est liée à de moins bons résultats pour la santé. Le grand nombre impliqué dans l’étude INTERPRESS-IPD nous aide à comprendre cela plus en détail.

« Cela nous dit que plus la différence de tension artérielle entre les bras est élevée, plus le risque cardiovasculaire est élevé, il est donc vraiment essentiel de mesurer les deux bras pour déterminer quels patients peuvent présenter un risque considérablement accru», a déclaré le Dr Clark.

« Les patients qui ont besoin d’un contrôle de la pression artérielle devraient maintenant s’attendre à ce qu’il soit vérifié dans les deux bras, au moins une fois », a-t-il ajouté.

Bien que les recommandations britanniques et européennes fixent une différence systolique de 15 mmHg entre les bras comme seuil de risque cardiovasculaire supplémentaire, la nouvelle étude a révélé qu’un seuil inférieur de 10 mmHg était lui — même indicatif de ce risque.

Le co-auteur de la recherche en France, le professeur Victor Aboyans, chef de service de cardiologie du CHU Dupuytren à Limoges, a déclaré : « Nous pensons qu’une différence de 10 mmHg peut maintenant raisonnablement être considérée comme une limite supérieure de la normale pour la pression entre les deux bras lorsque celle-ci est mesurée en séquence (un bras, puis l’autre) lors des rendez-vous de consultation en routine. Cette information devrait être intégrée dans les futures lignes directrices et la pratique clinique pour évaluer le risque cardiovasculaire. Cela signifierait que beaucoup plus de personnes seraient considérées pour un traitement ou des mesures de prévention qui pourraient réduire leur risque de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de décès. »

 

CHU LIMOGES

Descripteur MESH : Risque , Bras , Pression , Pression artérielle , Directives , Temps , Santé , Patients , Recherche , Lecture , Soins , France , Base de données , Population , Prématuré , Adulte , Personnes , Auteur , Cardiologie , Médecine , Savons , Mercure , Hypertension artérielle , Artères

nuance

Pratique médicale: Les +