La maladie d'Hodgkin

Introduction

La maladie de Hodgkin (MDH) est une prolifération maligne du système immunitaire au sein des lymphomes malins : lymphomes malins non hodgkiniens (LNH) et lymphomes malins hodgkiniens (MDH).

La MDH se caractérise par un haut taux de curabilité.

D’importants progrès thérapeutiques depuis 1960 ont permis l’abandon dans le bilan d’extension de la laparotomie splénectomie voire de la lymphographie.

L’intérêt de réfléchir sur cette maladie qui se distingue par sa curabilité et sa faible fréquence est que la qualité de la surveillance des patients a permis de mettre en évidence les complications de la chimiothérapie et de la radiothérapie .Ces complications ont fait chuter le taux de survie espéré chez ces patients.

Ce qui est désormais acquis :

- la compétition entre le MOPP et l’ ABVD est terminée .Les complications du MOPP (azoospermie, ménopause précoce leucémie induite…)l’ont fait abandonner au profit de l’ABVD..
- depuis quelques années ,il y a une remise en cause des 4 classes histologiques de RYE.
- la cellule de STERNBERG qui définit la maladie est encore de nature peu connue.
- en ce qui concerne l’épidémiologie :l’adulte est plus facilement touché dans les pays au niveau socio-économique élevé mais dans les pays en voie de développement, c’est l’enfant qui est touché. Une origine infectieuse est évoquée.

L’objectif en ce début de siècle serait de trouver le traitement à la fois le plus efficace et le plus lèger. Des études multicentriques déterminant des groupes et des sous groupes de malades en fonction de certains facteurs pronostics pourraient permettre d’atteindre cet objectif. Des essais cliniques randomisés tels que ceux de l’OERTC (organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer ) ,depuis le début des années soixante ,ont hautement contribué à améliorer les résultats thérapeutiques de la maladie de Hodgkin .

Histologie

Deux éléments sont indispensables au diagnostic de la maladie de Hodgkin :

- Un examen histologique.
- L’existence de cellules de STERNBERG.

En 1960 la Conférence de RYE détermine 4 types histologiques :

- type 1 :à prédominance lymphocytaire.
- type 2 :à forme scléronodulaire.
- type 3 :à cellularité mixte.
- type 4 :à déplétion lymphocytaire.

Ces dernières années grâce en partie aux techniques immuno-histochimiques, les classifications histologiques ont evolué .La modification du concept de RYE aboutit à deux types de lésions : les MDH vraies et les autres. Les MDH vraies comprennent la forme scléronodulaire, la forme à cellularité mixte, et la forme à déplétion lymphoide (3). Les autres, à savoir l’ancien type 1 à prédominance lymphocytaire correspondrait à une LNH de phénotype B.

Le diagnostic DOIT ETRE HISTOLOGIQUE par la réalisation d’une biopsie ganglionnaire. Celle ci ne retrouve que moins de 5% de cellules tumorales dans le ganglion ;le reste de la population comprend des cellules non tumorales ainsi qu’une fibrose variable .La cellule de STERNBERG est indispensable au diagnostic .Sa réelle nature est encore peu connue mais il semblerait qu’elle soit d’origine lymphoîde B clonale.

Formes histopathologiques

- Forme scléronodulaire :cellules lacunaires fibrose organisée en général en nodules. Deux sous types de forme scléronodulaire seraient à distinguer.(un grade 1de meilleur pronostic et un grade 2 plus agressif.)

- Forme à cellularité mixte : cellules de STERNBERG cellules de type polynucléaires ,plasmocytes ,certains lymphocytes et des cellules epithelioides.

- Forme riche en cellules tumorales :ancienne forme type 4 à déplétion lymphocytaire qui pose un réel problème de diagnostic différentiel avec le lymphome anaplasique à grandes cellules.

- Forme riche en lymphocytes :rare, et là aussi confusion fréquente entre une MDH à prédominance lymphocytaire et un lymphome B d’un certain type.

NB. 1, ancien type 1 de RYE : forme à prédominance lymphocytaire encore appelé paragranulome, rare, serait considéré comme un lymphome B de bas grade qui se transformerait dans un petit nombre de cas en lymphome B à grandes cellules. Aucune cellule de STERNBERG n’y est retrouvée.

EBV :Epstein Barr Virus

L’EBV serait associé fréquemment à la maladie de Hodgkin classique soit les anciennes formes de type 2, 3 de RYE (30 à 40 % des cas ) .Si cet EBV existe d’emblée dès le début de la maladie dans la cellule de STERNBERG ; cet EBV sera retrouvé systématiquement lors des rechutes. Ceci pourrait suggérer que ces rechutes se font à partir d’un même clone tumoral résistant .Le rôle exact de l’existence de cet EBV est encore peu connu et sa sérologie n’a actuellement qu’un simple intérêt diagnostic.

Conclusion

Les progrès des techniques immunohistochimiques ont permis en particulier de ne considérer comme maladie de Hodgkin « classique » simplement les types 2 et 3 de l’ancienne classification du consensus de RYE en 1960.Le type 1 serait plutôt une LNH et le type 4,rarissime est encore actuellement très discuté.

Rédacteur : Docteur Minier. Cancérologue
Mars 2000

voir aussi notre dossier caducee.net sur la maladie de Hodgkin.
voir aussi l'article du Dr Minier sur la forme limitée de la maladie de Hodgkin.

Descripteur MESH : Maladie , Lymphomes , Système immunitaire , Essais , Lymphographie , Splénectomie , Histologie