img Les papillomavirus humains (HPV)
(2ème partie)

Biologie du virus
Condylomes
Prévention et dépistage

imgBiologie du virus

Après avoir pénétré dans la cellule, l'ADN de l'HPV s'insère dans le noyau et l'ADN cellulaire au voisinage de gènes –proto-oncogènes ou anti-oncogènes - dont l'action régulatrice sur les reproductions cellulaires se trouve perturbée.
Plusieurs années s'écoulent habituellement entre première infection à papillomavirus et éclosion du cancer, ce qui suggère que plusieurs phénomènes successifs sont à l'origine de la cancérisation.

Les papillomavirus - Biologie moléculaire du virus
Dans les tumeurs bénignes, le DNA viral n'est pas intégré au DNA cellulaire, mais persiste comme un épisome (DNA circulaire cytoplasmique), alors qu'il est intégré dans les tumeurs malignes, avec de nombreuses copies du génome viral plus ou moins altérées.
Les papillomavirus : Description, Infection des cellules épithéliales, Mécanismes cellulaires de la transformation maligne.
Cours issu du site du Centre François Baclesse, Centre de Lutte Contre le Cancer.
http://www.baclesse.fr/cours/fondamentale/7-carcino-virale/Virale-6.htm

Human papilloma virus (HPV) - Publications
SĂ©rie de publication sur les papillomavirus humain.
Département de microbiologie de l'Université de Liège (International Journals). En anglais.
Voir le document

Etude des Protéines de Capside du Virus du Papillome Humain de Type 18: Facteurs Nécessaires à l'Encapsidation d'ADN et à la Génération de Pseudovirions Infectieux
Thèse de Stauffer Yves-Olivier du 15 juin 1998, Directeur de thèse: Peter Beard, Département de Virologie, ISREC.

imgCondylomes

L'infection génitale à Papillomavirus est l'une des infections génitales les plus fréquentes. Toutefois même s'il est probable qu'une personne sur dix soit porteuse du virus, une sur cent seulement présente des condylomes.

DĂ©finition du condylome
: Tumeur bénigne affectant la peau ou les muqueuses, en particulier des régions génitales. Le condylome est souvent provoqué par une infection à papillomavirus. Il a une évolution favorable et peut être facilement guéri par un traitement local, mais certaines formes évoluent vers des lésions plus sévères et peuvent, après plusieurs années, dégénérer en cancer. Les condylomes non traités peuvent favoriser le développement du cancer de l'utérus chez la femme.

Condylomes génitaux

Marche à suivre devant un condylome : Prévention, condylomes acuminés, condylomes génitaux, périanaux plus étendus, Infection étendue/lésions importantes ou résistantes, Condylome du vagin et du méat, Type de lésion, Traitement.
Santé Canada - 1995.
Voir le document

Papillomavirus et condylomes génitaux
Cette brochure d'information sur les condylomes et les Papillomavirus est destinée aux patients.
Elle a été rédigée par un groupe multi­disciplinaire d'experts européens, sur la pathologie génitale à Papillomavirus, qui comprend des gynécologues, des dermatologues, des pathologistes et des virologues.
European Course on HPV­Associated Pathology - Novembre 1996
http://www.gyneweb.fr/sources/gdpublic/hpv.html


imgPrévention et dépistage

Bien que le cancer du col de l'utérus soit une néoplasie à une incidence relativement faible (3,6 % de tous les cancers féminins d'aprés l'Institut Scientifique de la Santé Publique), elle est la seule tumeur montrant une baisse de l'incidence à cause d'une détection précoce des premières proliférations.
Le Papillomavirus Humain (HPV) est indiqué comme facteur causal probable. Le comportement sexuel, principalement à un âge relativement jeune, et le nombre de partenaires sexuels sont des déterminants, le tabac augmente aussi le risque.

DĂ©pistage du cancer du col
Mise en évidence des liens étroits entre certains papillomavirus et le cancer du col de l'utérus. Les nouveaux tests permettant encore d'améliorer le dépistage. Article du Docteur Minier, Cancérologue, Caducée - Mars 2000.

DĂ©pistage de l'infection par le virus du papillome humain chez les femmes asymptomatiques
Le but de ce rapport était d'évaluer et de coter les preuves existantes d'un lien entre l'infection par le VPH et le risque accru de cancer du col utérin, et de présenter aux médecins de première ligne des lignes directrices concernant le dépistage de l'infection par le VPH chez les femmes asymptomatiques.
Différentes partie de l'article : Ampleur du problème, Dépistage de l'infection, Preuves, Histoire Naturelle, Interventions, Efficacité de la Détection, Effets indésirables, Recommandations, Validation...
Ken Johnson, MD, et le Groupe d'étude canadien sur l'examen médical périodique - 1995
Voir le document

Prévention du cancer du col - Quelle place pour les HPVs ?
Les études moléculaires effectuées depuis la fin des années 70 ont largement incriminé les HPV 16 et 18 comme des cofacteurs de l'oncogénèse. Le poids des arguments apportés par les chercheurs est tel que les papillomavirus représentent aujourd'hui le meilleur exemple de virus à caractère oncogène chez l'homme. Comment intégrer ces nouvelles connaissances dans la stratégie diagnostique ?
Les différentes parties de ce dossier : Les virus, Les types viraux, Le cycle des infections, Les origines du potentiel oncogène, Les techniques de dépistage des infections, Recherche et typage de l'ADN viral par PCR (Polymerase Chain Reaction), Quelle attitude préventive pourrait-on adopter face aux HPVs. Dossier lèger de A. Cheyrou.
Voir le document

Examens gynécologiques - Les progrès du dépistage
Grâce au Pap, le test que ce médecin a développé dans les années cinquante, le cancer du col de l'utérus a régressé de plus de moitié dans les pays occidentaux, et la mortalité due à ce type de cancer a diminué encore davantage, car, détecté précocement, il est la plupart du temps guérissable. Bilan succint sur les tests de dépistage.
Voir le document

RĂ©dacteur : Florence Campagne
Mars 2000

 
img img  
 
PUB