img La maladie de Chagas

Rédacteur: Ludovic Baene, février 2002

Définition - Epidémiologie
Biologie du parasite - Transmission
Cycle parasitaire
Caractéristiques cliniques
Diagnostic
Traitement
Pour en savoir plus

imgDéfinition - Epidémiologie

La maladie de Chagas (trypanosomiase américaine) est une maladie parasitaire observée dans les régions tropicales d'Amérique du Sud. Elle est d'origine animale et transmissible à l'homme par les insectes réduves ou triatomes vivant dans les terriers des animaux sauvages et dans les habitations humaines.
Identifié en 1909 au Brésil par le docteur Carlos Chagas (1879-1934), le protozoaire Trypanosoma cruzi est le responsable de la maladie de Chagas.
Cette maladie n'est présente que sur le continent américain. Elle est endémique dans 21 pays de l'hémisphère occidental sud. D'abord rurale, elle est devenue une maladie urbaine à cause de migrations de populations et de transfusions sanguines infectant à l'heure actuelle 20 millions de personnes.
Apparentée à la trypanosomiase africaine (maladie du sommeil), elle est l'une des causes principales de cardiopathies en Amérique Centrale et en Amérique du Sud.

img Biologie du Parasite - Transmission

L'agent pathogène responsable de la maladie est Trypanosoma cruzi (zooflagélé sanguicole) lequel est transmis à l'homme par une piq ûre de réduve ou triatome (insecte hématophage dont certaines variétés américaines se nourrissent de sang en piquant pendant la nuit). La piqûre est accompagnée de déjections contenant les trypanosomes; l'inoculation du vecteur se fait alors par toute plaie ouverte ou par les yeux, la bouche.

Deux autres modes de transmission sont possibles chez l'homme :
  • transfusion de sang ou transplantation d'organes infectĂ©s.

  • pendant la grossesse ou l'accouchement si la mère est infectĂ©e.

img Cycle parasitaire

L'insecte vecteur transmet le parasite circulant lors d'une morsure en laissant ses défécations sur la peau de l'animal ou de l'homme. L'agent pathogène, sous forme trypomastigote, se multiplie et se différencie en forme amastigote. Cette nouvelle forme continue à se multiplier à son tour en envahissant d'autres cellules de l'organisme et redonne une forme trypomastigote circulante dans le sang. Le cycle se ferme si un insecte prend du sang sur l'organisme infecté. Dans l'insecte, le parasite se reproduit et se loge dans son rectum sous forme épimastigote.

img Caractéristiques cliniques

La période d'incubation est de 5 à 14 jours.

L'infection se produit en 3 Ă©tapes :

  • phase aiguĂ« : les symptĂ´mes comme la fièvre, l'oedème des ganglions lymphatiques, l'hypertrophie de la rate ou du foie, sont rares et disparaissent au bout de 4 Ă  8 semaines. Il peut se prĂ©senter aussi une rĂ©ponse inflammatoire localisĂ©e au lieu d'infection (chagoma) et un signe de Romaña.
  • phase de latence : phase sans signes cliniques Ă  durĂ©e indĂ©terminĂ©e.
  • phase chronique : implique des sĂ©quelles irrĂ©versibles cardiovasculaires (arythmie, cardiopathies), gastrointestinales (mĂ©gaoesophage, mĂ©gacĂ´lon).

img Diagnostic

La trypanosomiase américaine se détecte par la présence de l'agent causal dans le sang après examen au microscope ou par des techniques immunologiques de détection d'anticorps spécifiques.
Un xénodiagnostic peut être pratiqué en injectant du sang suspecté dans un insecte hôte (le parasite apparaît chez celui-ci quatre semaines après).

img Traitements

- Traitements symptomatiques des diverses manifestations.

- Chimiothérapie antiparasitaire en phase aiguë : Nifurtimox, Benznidazole.
- En phase chronique le benznidazole peut ĂŞtre efficace.

img Pour en savoir plus

- Généralités

Information sur la maladie Trypanosomiase américaine ou maladie de Chagas

Ce qu'il faut savoir avant de partir - profil de la maladie - prévention et précautions personnelles.
Direction générale de la santé de la population et de la santé publique, juin 2001.
Voir le document

Maladie de Chagas, trypanosome américaine

Cours de parasitologie.
Thérèse Duriez , Lucien Dujardin, Daniel Afchain ; Laboratoire de Parasitologie, Faculté de Pharmacie, juillet 2000.
Voir le document

Chagas disease (American trypanosomiasis) (en anglais).
Site général decrivant la maladie : son mode de contamination, son évolution en deux phases, ses symptômes. En l'absence de vaccins et de traitements médicamenteux, les mesures de prévention préconisées.
Division of Parasitic Diseases, National Center for Infectious Diseases, Centers for Disease Control and Prevention
Voir le document

Trypanosoma cruzi and Chagas disease (en anglais).
Site général : aspects historiques et épidémiologiques de la maladie, taxinomie, morphologie, cycle de vie du parasite T Cruzi, répartition géographique de l'insecte vecteur.
Voir le document

Special issue of the International Symposium to commemorate the 90th anniversary of the discovery of Chagas disease (en anglais)
Un ensemble de compte-rendus en format PDF du symposium organisé à Rio de Janeiro, avril 1999.
Voir le document

- Recherche

Pathogénie des Trypanosomatidés
Présentation de l'unité de recherche de l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) à Montpellier.
Voir le document

Les TaxoĂŻdes : de nouvelles armes contre le paludisme et les maladies
parasitaires ?
Deux armes thérapeutiques utilisées contre le cancer, le Taxol® (paclitaxel), substance extraite de l'écorce du tronc de l'if, et son analogue hémisynthétique le Taxotère® (docetaxel), et d'une façon générale les molécules possédant un noyau taxane (taxoïdes), pourraient voir leur spectre d'application s'étendre aux maladies parasitaires et donc à la maladie de Chagas.
CNRS
Voir le document


The Trypanosoma cruzi Genome Initiative
En collaboration avec le département de Biochimie et Biologie moléculaire de l'Institut Oswaldo Cruz du Brésil, l'Institut Pasteur offre un accès à toute l'information que représente cette initiative de décryptage du génome du trypanosome.
Voir le document

- Lutte dans le monde

La maladie de Chagas en Amérique du Sud.
Communiqué OMS/4, 16 janvier 1997.
Selon des informations transmises à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) par le Programme national brésilien de lutte, la transmission de la maladie de Chagas a été virtuellement éliminée dans ce pays. Cet important succès est le fruit des activités de lutte menées dans le cadre de "'Initiative des pays du Cône Sud" et l'on s'attend à ce que la certification de l'élimination de la transmission vectorielle et transfusionnelle de cette maladie soit effectuée par une commission indépendante en 1998. Le Brésil est le plus grand pays d'endémie pour la maladie de Chagas, qui n'existe que sur le continent américain. Il concentre à lui tout seul plus de 40% de la prévalence de cette maladie.
Voir le document

Le Conseil exécutif demande l'intensification des mesures prises en vue de l'élimination de la maladie de Chagas et de la lèpre
Communiqué OMS/13, 26 janvier 1998.
Les mesures prises pour combattre et éliminer la maladie de Chagas et la lèpre ont marqué récemment des progrès spectaculaires. L'interruption de la transmission de la maladie de Chagas pourrait être obtenue d'ici 2010, tandis que la lèpre pourrait être éliminée en tant que problème de santé publique dès l'an 2000.
Voir le document

Les moyens d'Ă©radication de la maladie de Chagas (en anglais)
La stratégie pour éliminer la maladie de Chagas est double :
1-contrôler l'insecte vecteur responsable de l'infection par l'utilisation d'insecticide par exemple mais plus généralement par une amélioration drastique des conditions sanitaires.
2-contrôler les individus à risques venant des régions où sévit l'endémie.
Ce site présente également un état des lieux de cette maladie (épidémiologie, distribution géographique, programmes de lutte, symptômes cliniques, historique ....). Présence de liens vers des sites apparentés et vers des informations bibliographiques.
Voir le document

La lutte contre la maladie de Chagas
Prophylaxie.
Au Paraguay, une équipe de chercheurs financée par le CRDI a étudié deux types d'interventions possibles en zone rurale : la pulvérisation d'un insecticide appelé deltamétrine; l'amélioration des habitations afin de créer un environnement hostile pour les insectes.
Centre de recherches pour le développement international-Canada, janvier 1998.
Voir le document

 

img
PUB