nuance

Près de la moitié des enfants n'utilisent pas toujours du savon pour se laver les mains à l'école, selon une nouvelle enquête du Global Hygiene Council

illustrationLes principaux experts en matière d'hygiène soulignent l'importance de mesures efficaces d'hygiène des mains et de l'éducation en la matière dans les écoles alors que les enfants reprennent le chemin de leurs établissements scolaires après la pandémie de COVID-19

 

LONDRES, 1er juillet 2020 /PRNewswire/ -- Ces appels font suite à une nouvelle enquête mondiale menée par le Global Hygiene Council (GHC) qui souligne que près de la moitié (42 %) des enfants âgés de 5 à 10 ans n'utilisent pas toujours du savon lorsqu'ils se lavent les mains à l'école. L'enquête a évalué la sensibilisation et les habitudes des enfants en matière d'hygiène dans sept pays pendant l'épidémie de COVID-19 et, dans tous les pays, l'utilisation du savon était plus élevée à la maison qu'à l'école.

À l'école, moins de la moitié des enfants (44 %) déclarent que quelqu'un veille à ce qu'ils se lavent toujours les mains avant de manger, alors que la grande majorité (71 %) des enfants déclarent qu'ils le font chez eux.

Le docteur en médecine Sumanth Gandra, professeur adjoint de médecine à la Faculté de médecine de l'université Washington de Saint-Louis, explique : « Alors que les enfants commencent lentement à retourner à l'école dans le monde entier, l'accent mis sur l'amélioration de l'hygiène ne devrait pas être une mesure à court terme. Si la COVID-19 a permis de sensibiliser à l'importance de l'hygiène des mains pour arrêter la propagation des infections respiratoires, des mesures d'hygiène élémentaires telles que le lavage des mains sont également essentielles pour éviter la propagation de maladies courantes, notamment les infections gastro-intestinales ».

Seuls 60 % des enfants ont déclaré qu'il y avait toujours du savon dans les écoles, et un sur dix a déclaré qu'il n'y avait jamais de savon.

Nombreuses étant les possibilités de propagation des infections dans les établissements scolaires, l'adoption de mesures d'hygiène ciblées permet d'offrir la meilleure protection. Selon un article récent publié dans l'American Journal of Infection Control, l'amélioration des pratiques d'hygiène quotidiennes réduit le risque d'infections courantes jusqu'à 50 % et le besoin d'antibiotiques jusqu'à 30 %.

La Professeure Sally Bloomfield de la London School of Hygiene and Tropical Medicine commente : « Une hygiène ciblée signifie que l'on accorde une très grande importance à l'hygiène dans des endroits et à des moments - appelés 'moments à risque' - où les microbes dangereux sont le plus susceptibles de se propager. Les principaux moments à risque dans les écoles sont la manipulation des aliments, l'utilisation des toilettes et le contact avec les surfaces ».

Le Docteur Gandra ajoute : « Il est essentiel que des habitudes d'hygiène saines, comme le lavage des mains pendant 20 secondes avec de l'eau et du savon, soient inculquées à la nouvelle génération afin d'éviter la propagation de futures épidémies et de protéger les familles des infections ».

 

 

Descripteur MESH : Hygiène , Établissements scolaires , Hygiène des mains , Éducation , Risque , Médecine , Habitudes , Infection , Eau , Adoption , Manipulation des aliments , Aliments , Épidémies

nuance

Epidémiologie: Les +