nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Névrite optique

11 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Pas de lien entre vaccinations et maladies démyélinisantes

Caducee.net, le 23 avril 2003 : La vaccination contre diverses bactéries et virus n’est pas liée à une augmentation du risque de sclérose en plaques (SEP) ou de névrite optique, indique une nouvelle étude. […].

Névrite optique et risque de SEP dix ans après

Caducee.net, le 15 juillet 2003 : Parmi les patients qui ont présenté une névrite optique, environ 40 % développent une sclérose en plaques (SEP) dans les 10 ans qui suivent. Ce risque est plus élevé en cas de lésion initiale de la matière blanche. […].

MedDay publie les données complètes des études pivots de phase IIb/III MS-SPI/MS-ON avec MD1003 dans la sclérose en plaques à l’AAN

MedDay, le 21 avril 2016 : Les études MS-SPI et MS-ON ont testé l’efficacité de MD1003, une biotine brevetée de grade pharmaceutique administrée à une dose de 300 mg par jour dans le traitement de la sclérose en plaques (SEP) et, en particulier, la forme la plus difficile à traiter, la « SEP progressive non active », pour laquelle il n’y a pas de médicament approuvé. […].

La FDA accorde au satralizumab de Chugai la désignation de thérapie novatrice pour le traitement de la neuromyélite optique et des maladies du spectre de la neuromyélite optique

La FDA accorde au satralizumab de Chugai la désignation de thérapie novatrice pour le traitement de la neuromyélite optique et des maladies du spectre de la neuromyélite optique

Chugai Pharmaceutical Co., Ltd., le 20 décembre 2018 : « Le satralizumab est un anticorps de recyclage créé avec les technologies exclusives d’ingénierie des anticorps de Chugai. Nous sommes ravis de la désignation de thérapie novatrice à cet anticorps octroyée par la FDA sur la base des résultats d’une étude internationale de phase III engagée par Chugai », a déclaré le vice-président exécutif et co-directeur de l’unité de gestion de projet et du cycle de vie de Chugai, Dr Yasushi Ito. « Le satralizumab est conçu pour inhiber la signalisation de la cytokine inflammatoire IL-6, connue pour jouer un rôle dans la pathogenèse de la NMO/NMOSD. Nous poursuivons nos efforts pour proposer dès que possible nous l’espérons, le satralizumab comme nouvelle option alternative de traitement aux personnes vivant avec cette maladie dévastatrice sans médicament approuvé. » […].

L'EMA et la FDA acceptent les demandes de mise sur le marché du satralizumab de Chugai pour la maladie du spectre de la neuromyélite optique (NMOSD)

Chugai Pharmaceutical Co., Ltd., le 31 octobre 2019 : « La NMOSD est une maladie pour laquelle le besoin médical non satisfait est important, qui cause une déficience visuelle et un handicap moteur au cours de la progression de la maladie », a déclaré le Dr Yasushi Ito, vice-président exécutif de Chugai et co-directeur de l'unité Gestion des projets et du cycle de vie. « Le satralizumab est le médicament expérimental qui a démontré un effet thérapeutique cliniquement significatif à la fois en monothérapie et en traitement d'appoint au traitement de base. Nous collaborons avec Roche et avec les régulateurs pour fournir dès que possible cette nouvelle alternative de traitement aux patients. » […].

Publication dans la revue The Lancet Neurology des résultats positifs de la deuxième étude SAkuraStar de phase III relative au satralizumab de Chugai dans le cadre de la maladie du spectre de la neuromyélite optique (NMOSD)

Chugai Pharmaceutical Co., Ltd., le 25 avril 2020 : « L'efficacité à long terme du satralizumab en monothérapie renforce le rôle important de l'inhibition de l'IL-6 dans le cadre du traitement de la NMOSD, suite à la précédente étude portant sur un traitement combiné », a déclaré le Dr Osamu Okuda, président et directeur d'exploitation de Chugai. « Nous collaborons avec Roche pour obtenir une autorisation réglementaire à l’échelle mondiale cette année, afin de proposer le satralizumab en tant que nouvelle alternative de traitement aux patients dès que possible. » […].

Merck Serono : les résultats de l'étude REFLEX montrent que le traitement par Rebif(R) retarde l'installation de la sclérose en plaques chez des patients ayant présenté des premiers signes cliniques évocateurs de la maladie

PR Newswire, le 25 octobre 2010 : GENÈVE, October 25, 2010 /PRNewswire/ -- Merck Serono, division de Merck KGaA (Darmstadt, Allemagne), a annoncé aujourd'hui que le critère d'évaluation principal de l'étude REFLEX [1], étude de Phase III d'une durée de deux ans, a été satisfait. Le traitement par Rebif(R) (interféron bêta-1a) a en effet permis de retarder de manière significative la survenue de la sclérose en plaques, diagnostiquée selon les critères de McDonald [2], chez des patients ayant présenté un premier événement clinique évocateur de la maladie. […].

Merck Serono soumet une demande d'extension d'indication pour Rebif[(R)] en Europe

PR Newswire, le 29 juin 2011 : GENEVE, Suisse, June 29, 2011 /PRNewswire/ -- […].

Merck Serono reçoit l'autorisation européenne pour l'extension de l'indication de Rebif® aux patients au stade précoce de sclérose en plaques

PR Newswire, le 25 février 2012 : GENEVE, January 25, 2012 /PRNewswire/ -- Merck Serono, division de Merck KGaA (Darmstadt, Allemagne), a annoncé aujourd'hui que la Commission Européenne a approuvé l'extension d'indication de Rebif (interféron beta-1a), son médicament phare dans le traitement des formes récidivantes de sclérose en plaques. Cette approbation concerne l'utilisation de Rebif 44 microg, trois fois par semaine, chez des patients ayant présenté un épisode unique de démyélinisation, signe précoce de la sclérose en plaques, et chez lesquels le risque d'évolution de la maladie est important. Cette approbation reposait sur les résultats de l'étude REFLEX[1-2], qui a montré la tolérance et l'efficacité de Rebif dans cette population de patients. […].

MedDay annonce que son étude pivot de phase III sur le MD1003 chez des patients atteints de sclérose en plaques progressive a donné des résultats positifs

MedDay, le 24 avril 2015 : Le critère principal de l’étude a été atteint (p = 0,0051, test exact de Fisher) dans la population en intention de traiter avec 12,6 % des patients du bras MD1003 présentant une amélioration du score EDSS (échelle d’incapacité) ou du score au TW25 (test mesurant la vitesse de marche du patient sur une distance de 25 pieds [7,62 m.]) à 9 mois, confirmée à 12 mois en comparaison à aucun des patients (0 %) du bras placebo. […].

Les résultats d’une nouvelle recherche démontrent une activité anti-tumorale de KEYTRUDA® (pembrolizumab) chez les patients à un stade avancé de carcinome nasopharyngé

MSD, le 27 septembre 2015 : « Le carcinome nasopharyngé avancé est une forme chronique de cancer de la tête et du cou souvent associée à un mauvais pronostic », a déclaré le Dr Hsu. « Les données présentées à l’EEC représentent le potentiel des nouvelles approches de traitement de ce type de cancer, pour lequel il n’existe actuellement que des options de traitement limitées, ainsi que le potentiel de soutenir davantage des recherches supplémentaires sur la façon dont KEYTRUDA peut agir dans certains types de cancer de la tête et du cou. » […].

nuance

Les plus