nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Transcriptome

5 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Cancers du sein. Et si leur pouvoir invasif était latent dès le début de leur développement

Caducee.net, le 08 avril 2008 : Pourquoi certains cancers sont-ils plus agressifs que les autres ? C'est la question à laquelle ont voulu répondre, à l'Institut Curie, des chercheurs de l'Inserm et des médecins, en étudiant le profil biologique d'une forme de cancer du sein. Résultats étonnants : l'agressivité tumorale semble déterminée dès les toutes premières cellules tumorales et la diversité biologique observée dans les cancers invasifs existe déjà dans les formes localisées. Ces résultats pourraient permettre de mieux définir des sous-populations de cancers localisés et adapter le traitement en fonction des risques associés. Mais avec ces travaux publiés dans Clinical Cancer Research du 1er avril, la question de l'origine de l'agressivité des cellules tumorales reste entière : si elle n'émane pas des modifications biologiques acquises dans le temps par les cellules tumorales, comment se déclenche la capacité invasive ? […].

Le génome, techniques d'analyse et de son expression

Caducee.net, le 29 janvier 2012 : La révolution de la biologie à haut débit (BHD) (« omique »), qui permet d’analyser l’ensemble des molécules présentes dans le milieu biologique, est déjà bien visible par ses applications en biologie fondamentale et dans le domaine médical. […].

ExonHit annonce la validation de sa plateforme technologique SpliceArray(TM) dans le cancer du sein

PR Newswire, le 16 mars 2009 : PARIS, March 16 /PRNewswire/ -- ExonHit Therapeutics (Alternext : ALEHT) annonce aujourd'hui la publication, sur le site de Lancet Oncology, d'une étude menée par l'Institut Gustave Roussy, identifiant un dérèglement des fonctions cellulaires dans le cancer du sein par l'analyse de l'épissage alternatif de l'ARN (1). Les données de l'étude démontrent que les exons s'expriment différemment dans les lésions malignes et bénignes, et que les variants d'épissage alternatif identifiés sont spécifiques des tumeurs malignes du sein. […].

La différence génétique entre l’homme et le chimpanzé serait d’ordre quantitative plutôt que qualitative

Caducee.net, le 12 avril 2002 : Avec près de 99% de gènes en communs, l’homme et la chimpanzé diffèrent cependant beaucoup en ce qui concerne leur morphologie, leur comportement et bien entendu leurs capacités intellectuelles. Une équipe de recherche internationale a mis en évidence, en comparant les profils d’expression génétique entre primates et humains dans différents organes, que les différences résidaient essentiellement dans la qualité d’expression des gènes, plus particulièrement dans le cerveau où les chercheurs se sont aperçus que les variations évolutives s’étaient précipitées. […].

Découverte de l’origine cellulaire des tumeurs d’Ewing

INSERM, le 07 mai 2007 : Des chercheurs de Inserm à l'Institut Curie viennent d'identifier les cellules à l'origine des tumeurs d'Ewing : il s'agit des cellules du mésenchyme, le tissu conjonctif servant de soutien aux autres tissus. Cette tumeur de l'os de l'enfant, de l'adolescent et du jeune adulte, pour laquelle l'Institut Curie est le centre de référence en France, survient suite à l'apparition d'une erreur génétique dans les cellules du mésenchyme. Les chercheurs ont, par ailleurs, réussi à « forcer » les cellules tumorales à redevenir des cellules mésenchymateuses quasiment normales. Ces résultats, publiés dans Cancer Cell le 7 mai 2007, ouvrent de nouvelles pistes thérapeutiques pour bloquer le développement des tumeurs d'Ewing chez les jeunes patients. […].

nuance

Les plus