Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Schizophrénie

109 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Une nouvelle molécule pour le traitement de la schizophrénie ?

Caducee.net, le 03 septembre 2007 : Un essai clinique de phase 2 publié aujourd’hui dans la revue Nature Medicine montre qu’un agoniste des récepteurs mGlu2/3 du glutamate a conduit à une amélioration des symptômes productifs et déficitaires chez les patients. […].

La schizophrénie plus fréquente dans les minorités

Caducee.net, le 07 décembre 2001 : Le contexte social a un poids important dans le risque de schizophrénie et particulièrement dans les groupes ethniques minoritaires. Une étude anglaise souligne en effet que l'incidence des cas de schizophrénie est plus élevée dans les groupes qui représentent une faible proportion de la population. […].

Aucune évidence d'une susceptibilité génétique de la schizophrénie sur le chromosome 1

Caducee.net, le 26 avril 2002 : Malheureusement et heureusement, une large étude internationale sur la génétique de la schizophrénie, semble écarter définitivement la présence d’un locus de prédisposition à la maladie sur le bras long du chromosome 1. Une déception pour toutes les personnes touchées directement ou indirectement par ce trouble psychiatrique, mais aussi un recadrage utile pour les chercheurs, qui peuvent maintenant se concentrer sur les autres régions du génome suspectées être impliquées dans la prédisposition à la schizophrénie. […].

Angelini Pharma et Sunovion Pharmaceutical Europe reçoivent l'approbation de l'EMA pour Latuda, premier antipsychotique atypique pour le traitement de la schizophrénie des adolescents à partir de 13 ans

Angelini Pharma et Sunovion Pharmaceutical Europe reçoivent l'approbation de l'EMA pour Latuda, premier antipsychotique atypique pour le traitement de la schizophrénie des adolescents à partir de 13 ans

PRNEWSWIRE, le 14 novembre 2020 : « Cette approbation représente une étape importante non seulement pour Angelini Pharma, mais aussi pour tous les adolescents européens qui vivent avec la schizophrénie et qui luttent pour faire face à leurs symptômes », a déclaré Pierluigi Antonelli, PDG d'Angelini Pharma. « La disponibilité de Latuda offre aux professionnels de la santé et aux soignants une nouvelle option importante pour aider les adolescents atteints de ce trouble, qui est chronique et gravement handicapant ». […].

Génétique de la schizophrénie : de nouvelles pistes

Caducee.net, le 12 mars 2002 : Deux articles scientifiques qui paraîtront prochainement dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences of USA confirment la place centrale d'une portion du chromosome 22 dans la prédisposition à la schizophrénie. Une première publication implique une région assez courte porteuse de deux gènes connus seulement. La deuxième évoque des modifications de l'expression des gènes des apolipoprotéines L, eux aussi situés sur le chromosome 22. […].

Génétique de la schizophrénie et origine ethnique

Caducee.net, le 10 décembre 2001 : Une large étude américaine épidémio-génétique réalisée auprès de familles américaines d’origines européennes et africaines, semble montrer un lien génétique entre la schizophrénie et les chromosomes 13 et 15, avec une origine multi génique spécifique selon le groupe ethnique considéré. […].

Un lien entre le risque de schizophrénie et l'âge du père

Caducee.net, le 22 octobre 2004 : Les enfants dont les pères sont les plus âgés ont un risque plus élevé de développer une schizophrénie, selon une étude publiée dans le British Medical Journal. […].

Une nouvelle étude révèle que les psychiatres pensent que plus de la moitié de leurs patients atteints de schizophrénie n'adhèrent pas ou seulement partiellement à leur traitement

PR Newswire, le 29 novembre 2010 : BEERSE, Belgique, November 29, 2010 /PRNewswire/ -- Une nouvelle étude révélant que les psychiatres pensent que plus de la moitié (53%) de leurs patients atteints de schizophrénie n'adhèrent pas ou seulement partiellement à leur traitement a été présentée aujourd'hui, lors du Congrès de l'International Early Psychosis Association (IEPA), à Amsterdam (1). Cette étude, réalisée par Janssen, englobe environ 4,45 millions de patients schizophrènes dans la zone EMOA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) (2). […].

Identification d’un mécanisme moléculaire commun à la schizophrénie et au trouble bipolaire

Identification d’un mécanisme moléculaire commun à la schizophrénie et au trouble bipolaire

CEA, le 11 octobre 2017 : Une équipe de recherche en psychiatrie au CEA-Neurospin, avec l’Institut Mondor de Recherches Biomédicales (INSERM) et les hôpitaux universitaires Henri-Mondor (AP-HP), a montré qu’un variant génétique associé à de multiples troubles psychiatriques altère un réseau préfronto-limbique, ce qui augmenterait le risque de développer la schizophrénie ou un trouble bipolaire. Les résultats de cette étude sont publiés en ligne le 2 octobre 2017 dans Journal of Neuroscience. […].

Un gène impliqué dans la schizophrénie pourrait bientôt être découvert

Caducee.net, le 28 avril 2000 : Des chercheurs canadiens et américains viennent d'identifier une région précise du chromosome 1 qui semble être liée à la schizophrénie. Cette localisation a été rendue possible par l'étude de 22 familles dont au moins deux membres étaient schizophrènes. […].

Vers un test de dépistage sanguin de la schizophrénie ?

Caducee.net, le 16 janvier 2001 : Le diagnostic de la schizophrénie repose actuellement sur un examen psychiatrique et comportemental du patient. Les travaux d'un groupe de chercheurs israéliens indiquent que cet examen pourrait être complété par la mesure de l'expression d'un récepteur particulier de la dopamine dans les lymphocytes du sang. Leurs résultats montrent que la quantité d'ARNm du récepteur D3 de la dopamine est au moins multipliée par deux dans les lymphocytes des patients schizophrènes. […].

Traitement de la schizophrénie : les nouveaux antipsychotiques ne sont pas plus efficaces que les médicaments traditionnels

Caducee.net, le 01 décembre 2000 : Il n’y a pas de preuve évidente que les nouveaux antipsychotiques utilisés pour traiter la schizophrénie soient plus efficaces ou mieux tolérés que les médicaments traditionnels. Selon les auteurs, les antipsychotiques conventionnels devraient être utilisés comme traitement initial d’un épisode schizophrénique, sauf en cas d’effets secondaires extrapyramidaux importants déjà rapportés par le patient. Ce sont les résultats d’une méta-analyse effectuée par des chercheurs britanniques et qui sont parus dans le Bristish Medical Journal. […].

Identification d'un gène impliqué dans la schizophrénie catatonique

Caducee.net, le 20 mars 2001 : Un groupe de recherche allemand a montré que le gène WLK1 localisé sur le chromosome 22 est associé à la schizophrénie catatonique. Ce gène a été identifié par l'étude d'une famille où plusieurs cas avaient été décrits. […].

Quels antipsychotiques pour le traitement de la schizophrénie ?

Caducee.net, le 20 septembre 2005 : Une nouvelle étude qui vient d’être mise en ligne sur le site du NEJM a comparé des antipsychotiques récents (atypiques) à un antipsychotique de première génération, la perphénazine. Outre l’abandon du traitement en raison d’effets secondaires sévères par la plupart des patients et pour tous les traitements testés, cet essai apporte également des informations pertinentes pour le choix et l’optimisation du traitement de la schizophrénie. […].

Une injection à action prolongée (IAP) d'olanzapine permet de maintenir les bienfaits du traitement de la schizophrénie pendant une période pouvant atteindre six mois

PR Newswire, le 03 septembre 2008 : BARCELONE, Espagne, September 3 /PRNewswire/ -- Présentés aujourd'hui dans le cadre d'un important congrès médical à Barcelone, les résultats finaux d'une étude de 24 semaines laissent penser que les doses thérapeutiques de recherche de l'injection à action prolongée (IAP) d'olanzapine permettraient de maintenir les bienfaits du traitement pendant une période pouvant atteindre six mois. Une évaluation des données d'innocuité recueillies dans le cadre de l'ensemble des essais cliniques sur l'IAP a également été présentée dans le cadre de ce congrès. […].

La Commission Européenne approuve TREVICTA® (injection trimestrielle de palmitate de palipéridone), pour le traitement d’entretien de la schizophrénie

Janssen, le 31 mai 2016 : « Cette autorisation est un grand pas en avant pour les personnes qui vivent avec la schizophrénie », a déclaré Dr Andreas Schreiner, responsable de la Division thérapeutique européenne, de la Neuroscience et de la Douleur, chez Janssen. « Grace à la réduction du nombre d’administrations dans l’année en comparaison aux autres traitements approuvés, TREVICTA peut offrir aux personnes souffrant de la schizophrénie une plus grande liberté afin qu’elles puissent se concentrer sur des aspects importants de leur vie et moins sur leur traitement. Cette nouvelle option a le potentiel de réduire la possibilité de rechute et de progression de la maladie. Cela aide aussi les professionnels de la santé à assurer que la personne souffrant de schizophrénie peut bénéficier d’une livraison continue de médicament entre les différentes administrations. » […].

La Commission européenne approuve le XEPLION(R) pour le traitement de la schizophrénie

PR Newswire, le 09 mars 2011 : BEERSE, Belgique, March 9, 2011 /PRNewswire/ -- Janssen-Cilag International NV a annoncé aujourd'hui que le XEPLION(R) (palipéridone palmitate), un antipsychotique à injection mensuelle longue durée, a reçu l'approbation de la Commission européenne pour le traitement de la schizophrénie. […].

Un lien entre famine et schizophrénie

Caducee.net, le 03 août 2005 : Les personnes nées durant une période de famine présentent un risque de schizophrénie plus élevé, montre une étude. Ce résultat paraît en accord avec de précédents travaux qui envisageaient un lien entre déficit nutritionnel du fœtus et risque de schizophrénie. […].

Les plus