nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Sperme

68 résultats triés par date
affichage des articles n° 55 à 73

Présentation à l'ASH des données cliniques de deux études de phase II évaluant l'administration de REVLIMID® en association avec le rituximab chez des patients atteints de lymphome non hodgkinien indolent

Businesswire, le 07 décembre 2010 : Dans la première étude, le traitement au lénalidomide et à la dexaméthasone à faible dose associée au rituximab a été évalué sur des patients atteint de lymphome B indolent récurrent ou réfractaire ou de lymphome à cellules du manteau auparavant résistant au rituximab. L'étude de phase II a présenté un taux de réponse globale (ORR) moyen de 58 % (14/24) avec un suivi médian de 13,3 mois (3,1-28,8). Les réponses par sous-type spécifique de cancer se sont étendues de 67 % (2/3) d'ORR chez les patients atteints d'un petit lymphome lymphocytique à 60 % (9/15) d'ORR chez les patients atteints d'un lymphome nodulaire et 60 % (3/5) d'ORR chez les patients atteints d'un lymphome à cellules du manteau. […].

L'analyse rétrospective des données cliniques de l'étude de phase III portant sur le REVLIMID®(MDS-004) signale une amélioration considérable de la survie et de la réduction des risques de progression de la maladie chez les patients ...

Businesswire, le 07 décembre 2010 : L'analyse rétrospective des données cliniques de l'étude de phase III portant sur le REVLIMID®(MDS-004) signale une amélioration considérable de la survie et de la réduction des risques de progression de la maladie chez les patients atteints de syndromes myélodysplasiques associés à une anomalie chromosomique à délétion 5q […].

Présentation, lors du congrès annuel de l'ASCO, de données relatives à l'association du REVLIMID® et du Rituxan® pour le traitement du lymphome à cellules B non hodgkinien indolent non traité

Businesswire, le 06 juin 2010 : Les patients ayant participé à l'étude étaient atteints d'un LNH indolent de stade III ou I non traité mesurable (>1,5 cm). 87 % des 30 patients pour lesquels les scores de l'index pronostique international des lymphomes folliculaires(FLIPI) étaient disponibles, étaient classifiés à risque intermédiaire ou élevé et, pour 73 % d'entre eux, la moelle osseuse était atteinte. Les patients ont été traités avec une dose quotidienne de 20 mg de lénalidomide aux jours 1 à 21 tous les 28 jours et avec une dose de 375 mg/m2 de rituximab au jour 1 de chaque cycle, pendant 6 cycles. […].

10ème Colloque Médecine et Recherche de la Fondation Ipsen de la série Endocrinologie : « Les perturbateurs endocriniens multi-systèmes »

Businesswire, le 30 novembre 2010 : Les produits chimiques perturbateurs endocriniens vont des molécules naturelles, comme les composés « œstrogen-like » présents dans les végétaux, jusqu’aux produits synthétiques, notamment le DDT, divers produits chimiques utilisés en plasturgie comme le bisphénol A et les polychlorobiphényles. Certains des composés fabriqués par l’homme sont maintenant répandus dans l’environnement, et les imitateurs des œstrogènes utilisés comme contraceptifs sont fréquemment retrouvés à la surface des étendues d’eau. Certaines substances chimiques sont tellement ubiquitaires qu’il peut être difficile de trouver des personnes n’ayant jamais été exposées pour servir de contrôle dans les tests. Les études épidémiologiques identifient des corrélations vraisemblables entre l’exposition aux produits chimiques et des maladies humaines spécifiques (Phillipe Grandjean, University of Southern Denmark, Odense, Denmark et Harvard School of Public Health, Boston, USA ; Jégou ; Toppari et Niels Skakkebaek, Rigshospitalet, Copenhagen, Danemark). Les mécanismes physiologiques et moléculaires de leurs actions sont actuellement suivis chez la souris, le rat et le poisson zèbre. […].

Une étude intergroupe de phase III (CALGB 100104) indique que l'administration ininterrompue de Revlimid® présente un avantage en termes de survie générale pour les patients atteints de myélome multiple

Businesswire, le 06 mai 2011 : En avril 2011, au suivi médian de 28 mois, les patients recevant un traitement ininterrompu de REVLIMID (lénalidomide), à la suite d'une autotransplantation de cellules souches (ASCT), ont présenté une amélioration statistiquement significative en termes de survie générale (SG), avec un taux de 90 % (208 patients sur 231), contre 83 % (190 patients sur 229) dans le groupe randomisé pour recevoir le placébo (non ajusté, p=0,018) HR 0,51 (CI 95 % = 0,26 à 1,014), malgré près de 80 % des patients (86 sur 110) étant passés à un traitement ininterrompu à la lénalidomide au moment de la levée de l'insu. D'autres analyses des données de SG initiales, présentées par le CALGB au moment de la levée de l'insu, ont indiqué un taux de SG de 94 % (218 patients sur 231) dans le bras Revlimid continu, contre 89 % (204 patients sur 229) dans le bras placébo (p=0,05). […].

Plusieurs études de Phase III confirment le bénéfice clinique statistiquement significatif d'un traitement continu avec REVLIMID chez les patients atteints de myélome multiple lors d'un séminaire international sur le myélome

Businesswire, le 09 mai 2011 : Les résultats actualisés provenaient de quatre études de phase III du REVLIMID (lénalidomide), soit en tant que thérapie continue après une dose élevée de melphalan et une thérapie à base de cellules souches autologues, une thérapie continue après l'induction par melphalan, prednisone et lénalidomide chez des patients récemment diagnostiqués comme atteints du myélome multiple, ou en tant que thérapie à base de lénalidomide plus déxaméthasone comme induction suivie par une thérapie continue à base de lénalidomide chez des patients atteints de myélome multiple asymptomatique. Une analyse de sécurité rétrospective de 11 essais cliniques sponsorisés par Celgene, évaluant le lénalidomide plus le déxaméthasone chez les patients atteints de la forme de rechute/réfractaire du myélome multiple, a également été présentée. […].

Une étude de phase II évalue le bénéfice clinique de REVLIMID® administré en polythérapie chez des patients atteints de cancer de la prostate métastatique résistant à la castration (mCRPC)

Businesswire, le 06 juin 2011 : Dans l'étude, les patients souffrant de mCRPC progressive et n'ayant jamais subi de chimiothérapie préalable, ont été traités au docétaxel (75 mg/m2) et au bévacizumab (15 mg/kg) une fois par jour, en association avec la lénalidomide (25 mg) les 14 premiers jours et une dose quotidienne de prednisone (10 mg) et dénoxaparine pendant chaque cycle de 21 jours. […].

Présentation à la Conférence internationale sur le lymphome malin des données de phase II évaluant les bénéfices cliniques de REVLIMID® associé au rituximab chez les patients atteints de lymphomes indolents...

Businesswire, le 19 juin 2011 : Présentation à la Conférence internationale sur le lymphome malin des données de phase II évaluant les bénéfices cliniques de REVLIMID® associé au rituximab chez les patients atteints de lymphomes indolents à grandes cellules B non traités […].

Données de phase I/II évaluant les bénéfices cliniques de REVLIMID® administré en association avec une chimiothérapie standard de type R-CHOP chez des patients atteints d'un lymphome diffus à grandes cellules B non traité

Businesswire, le 16 juin 2011 : Dans une étude expérimentale de phase I/II menée à la Clinique Mayo, 12 patients ont reçu des doses de 15 mg, 20 mg ou 25 mg de REVLIMID, les dix premiers jours de chaque cycle de 21 jours, en association avec une chimiothérapie standard de type R-CHOP, afin de déterminer la dose maximale tolérée (DMT) de REVLIMID. Aucune toxicité limitant la posologie n'a été observée. […].

« Fertility Counts » fait appel à l'égalité d'accès aux traitements de l'infécondité pour tous les couples européens

Businesswire, le 06 juillet 2011 : « Fertility Counts » donne un aperçu des enjeux et des complexités liés aux problèmes d'infécondité en Europe, exposant le déclin projeté des taux de natalité dans la région. Des expériences personnelles aux politiques, le rapport prend en compte une gamme de facteurs illustrant la nécessité pressante d'aborder la fécondité comme une priorité médicale et sociale. […].

MISE À JOUR RÉGLEMENTAIRE DE CELGENE AU SUJET DE REVLIMID®

Businesswire, le 23 septembre 2011 : Dans sa finalisation de la révision en vertu de l'article 20, le CHMP a conclu que REVLIMID , en combinaison avec la dexaméthasone pour le traitement des patients atteints de myélome multiple ayant reçu au moins une thérapie antérieure, affichait un profil bénéfice/risque positif. Le CHMP a également recommandé que les informations produit pour REVLIMID soient mises à jour afin d’y inclure les informations concernant les deuxièmes malignités primaires. […].

REVLIMID® a été évalué en combinaison avec le Rituximab en tant que traitement potentiel destiné aux patients atteints de leucémie lymphocytique chronique et naïfs de traitement

Businesswire, le 14 décembre 2011 : 69 patients ont participé à cette étude multicentre de phase II qui a évalué l'efficacité et l'innocuité d'une thérapie combinée à base de lénalidomide et de rituximab chez les patients non traités atteints de leucémie lymphocytique chronique. Quarante patients âgés de moins de 65 ans ont été évalués dans la branche 1, contre 29 âgés d'au moins 65 ans dans la branche B. Les patients ont reçu une dose quotidienne de 2,5mg de lénalidomide, pouvant atteindre 5mg par jour, au huitième jour du cycle 1 et, à nouveau, au premier jour du cycle 3 - avec une dose maximale quotidienne de 10mg si celle-ci est tolérée. Les patients ont reçu du lénalidomide pendant 21 des 35 jours du cycle 1, puis pendant 21 jours d'un cycle de 28 jours (cycles 2 à 7), sur un total de sept cycles. Le Rituximab a été initié à la fin du cycle 1, avec une dose de 50 mg/m2 au 29e jour, de 325 mg/m2 au 31e jour, de 375 mg/m2au 33e jour du cycle 1, puis une dose hebdomadaire de 375 mg/m2pendant 4 semaines durant le cycle 2 et au premier jour des cycles 3 à 7. Les patients ont par ailleurs reçu une dose quotidienne de 300mg d'allopurinol dans le cadre de la prophylaxie du syndrome de lyse tumorale et, suivant un amendement du protocole, une dose quotidienne de 81mg d'aspirine. […].

Résultats définitifs de l’essai de phase II évaluant REVLIMID® et le rituximab chez les patients atteints de leucémie lymphocytaire chronique réfractaire ou en rechute

Businesswire, le 14 décembre 2011 : Dans le cadre de cette étude, 59 patients ont reçu 375 mg/m2 de rituximab par voie intraveineuse à une fréquence hebdomadaire pendant quatre semaines durant le cycle un, puis une fois toutes les quatre semaines durant les cycles trois à 12. Le lénalidomide par voie orale, à raison de 10 mg/jour, a été commencé le neuvième jour du cycle un puis selon un programme de dosage continu. Les cycles ont été de 28 jours avec l’intention de continuer le traitement pour 12 cycles ou plus si le patient bénéficie d’une réponse clinique. Des réductions de dose ont été faites pour la toxicité hématologique de grade 3 ou 4. La prophylaxie du syndrome de lyse tumorale (SLT) consistait en l’administration quotidienne de 300 mg d’allopurinol durant les deux premières semaines du cycle un. […].

nuance

Les plus