Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Testostérone

51 résultats triés par date
affichage des articles n° 19 à 37

Un anticorps monoclonal diminue la progression du cancer humain de la prostate chez la souris

Caducee.net, le 02 novembre 2001 : Une étude du Cedars-Sinai Medical Center (EU) sur un nouveau composé dirigé contre le cancer de la prostate, l’anticorps monoclonal 2C4, a été présentée lors de la conférence internationale AACR-NCI-EORTCC à Miami Beach en Floride. 2C4 s’attaque à la protéine HER-2/neu qui contrôle la division cellulaire. David Agus et ses collaborateurs vont tester prochainement la molécule 2C4 dans des essais d’efficacité et d’innocuité (phase I). […].

La DHEA sur la sellette ?

Caducee.net, le 20 octobre 2006 : La prise de DHEA n’apporterait pas de bénéfice chez les sujets âgés, montre un essai paru cette semaine dans le New England of Medicine. […].

Janssen annonce l'approbation de l'ERLEADA® (apalutamide) par la Commission européenne pour les patients atteints d'un cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique et présentant un risque élevé de métastases

Janssen annonce l'approbation de l'ERLEADA® (apalutamide) par la Commission européenne pour les patients atteints d'un cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique et présentant un risque élevé de métastases

Janssen, le 17 janvier 2019 : L'avis favorable du CHMP s'appuie sur les données de l'étude clinique pivot SPARTAN de Phase 3, qui a été publiée dans  TheNew England Journal of Medicine. L'étude a évalué l'innocuité et l'efficacité de l'apalutamide combiné au traitement antiandrogénique (ADT) par rapport à un placebo chez les patients atteints d'un CPRCnm qui présentent un niveau d'antigène prostatique spécifique (APS) en rapide augmentation malgré un traitement antiandrogénique continu. Les résultats de l'étude ont démontré que l'apalutamide, lorsqu'elle est combinée à un traitement antiandrogénique, réduit de 72 pour cent le risque de développer des métastases à distance ou de causer des décès (survie sans métastase [SSM]), par rapport à un placebo combiné à un traitement antiandrogénique (ratio de risque = 0,28 ; 95 % IC, 0,23-0,35 ; P < 0,001). La SSM a été améliorée de plus de deux ans (40,5 mois vs 16,2 mois) chez les patients atteints d'un CPRCnm dont le niveau d'APS augmente rapidement.1 […].

Un traitement par le cyclophosphamide peut entraîner des problèmes de fertilité

Caducee.net, le 01 février 2001 : Selon une étude américaine parue dans Cancer, les hommes traités par le cyclophosphamide pour un cancer durant l’enfance présente un risque élevé de dysfonctionnement gonadique, et donc de stérilité. […].

Les résultats actualisés de l'étude SPARTAN montrent une réduction de 25% du risque de décès chez les patients atteints d'un cancer non-métastatique de la prostate résistant à la castration (nmCRPC), traités par ERLEADA® (apalutamide)

Janssen Pharmaceutical, le 27 septembre 2019 : Ces conclusions actualisées ont montré que les résultats relatifs à la survie globale soutenaient ceux de la première analyse provisoire, en dépit d'une permutation de patients placebo vers le groupe de traitement par apalutamide.1,2 Les résultats ont été présentés lors d'une session orale dans le cadre du Congrès annuel 2019 de la European Society for Medical Oncology (ESMO) (Résumé n°843O) et publiés simultanément dans la revue scientifique Annals of Oncology. […].

La calvitie masculine serait un marqueur du risque coronarien

Caducee.net, le 26 janvier 2000 : Une nouvelle étude sur le lien entre calvitie et maladie coronarienne tend à montrer qu'une calvitie sévère sur le sommet du crâne (calvitie du vertex) est associée à un risque accru d'accident coronaire. La calvitie pourrait ainsi être utilisée comme un marqueur clinique pour identifier les sujets masculins exposés à un risque coronarien élevé, qui pourraient bénéficier d'un dépistage ciblé et d'actions de prévention. […].

Les risques pour la santé reproductive des hommes

FIH, le 01 janvier 2000 : Les maladies, les cancers et l'exposition aux toxines de l'environnement menacent la fertilité des hommes. Plusieurs dangers menacent la santé reproductive de l'homme. Certains, comme les maladies sexuellement transmissibles (MST), peuvent être évités. Mais, à partir du moment où les moyens de protection sont inconnus ou indisponibles, ou s'ils échouent ou ne sont pas utilisés, les MST mettent en danger non seulement la fertilité et la santé de l'homme mais aussi celles de son partenaire. […].

Le diéthylstilbestérol prévient l’ostéoporose observée dans la thérapie anti-androgénique du cancer de la prostate

Caducee.net, le 04 mars 2002 : Le diéthilstilbestérol (DES), un ancien traitement de déprivation androgénique, pourrait reprendre du service dans le traitement du cancer de la prostate, car il éviterait le phénomène d’ostéoporose observé dans les traitements conventionnels à base d’agonistes de la LHRH ou bien d’anti-androgènes non stéroïdiens, selon une étude publiée dans Journal of Urology. […].

Le Décapeptyl® 6 mois d’Ipsen vient de recevoir l’autorisation de mise sur le marché en France pour le traitement du cancer localement avancé ou métastatique de la prostate

Businesswire, le 13 novembre 2009 : Ipsen (Paris:IPN), Groupe pharmaceutique mondial spécialisé tourné vers l’innovation, annonce que les autorités réglementaires françaises (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, AFSSAPS) ont aujourd’hui accordé l’autorisation de mise sur le marché pour la formulation sur 6 mois de Décapeptyl® (triptoréline embonate1 22,5 mg) pour le traitement du cancer localement avancé ou métastatique de la prostate. Le lancement en France de Décapeptyl® 6 mois devrait avoir lieu durant le premier semestre 2010. […].

Lancement par Ipsen en France de Décapeptyl® L. P. 22,5 mg, formulation à libération prolongée sur 6 mois, pour le traitement du cancer de la prostate hormono-dépendant localement avancé ou métastatique

Businesswire, le 04 février 2010 : Ipsen (Euronext: FR0010259150; IPN), groupe pharmaceutique mondial spécialisé tourné vers l’innovation, et Debiopharm Group (Debiopharm), un groupe biopharmaceutique global basé en Suisse qui se concentre sur le développement de médicaments sur ordonnance ciblant des besoins non satisfaits, annoncent le lancement par Ipsen en France de la formulation à libération prolongée sur 6 mois de Décapeptyl® pour le traitement du cancer de la prostate hormono-dépendant localement avancé ou métastatique. D’autres lancements suivront prochainement, notamment en Allemagne et au Portugal. […].

Sexualité : la contraception masculine

Sexualité : la contraception masculine

AFU, le 20 novembre 2021 : Éternelle Arlésienne, la contraception masculine tarde à se mettre en place. La demande sociétale est pourtant forte. Où en sommes-nous ? […].

Une solide charpente peut éviter bien des soucis

EUFIC, le 01 janvier 2000 : Le mode de vie des jeunes d'aujourd'hui les prédispose à l'ostéoporose. Il n'y a pas de secret : plus on emmagasine de calcium pendant la jeunesse, plus les réserves ainsi constituées sont importantes à l'âge adulte. La qualité du régime alimentaire est à cet égard d'une importance cruciale. […].

Campagne UNISEP " En marche contre la SEP "

UNISEP, le 01 juin 2001 : Cette " marche contre la Sclérose en Plaques " se concrétise par l'organisation de randonnées pédestres dans toute la France, accompagnées d'une campagne publicitaire à laquelle participe activement la comédienne Marie Dubois. […].

Cancer de la prostate : l’hormonothérapie réduirait significativement les risques de rechute et de décès selon l’étude PEACE-1

Cancer de la prostate : l’hormonothérapie réduirait significativement les risques de rechute et de décès selon l’étude PEACE-1

Institut Gustave Roussy, le 25 mai 2022 : Les résultats de l’étude PEACE-1 montrent qu’ajouter une hormonothérapie de nouvelle génération à la prise en charge classique des patients atteints d’un cancer de la prostate métastatique et hormono-dépendant permet de gagner deux ans et demi sans rechute de la maladie et de réduire de 25 % le risque de décès. […].

ZYTIGAMD en association avec la prednisone a entraîné une prolongation statistiquement significative de la survie globale chez des hommes atteints du cancer de la prostate métastatique résistant à la castration et n'ayant jamais reçu de chimiothérapie...

Janssen-Cilag International NV, le 29 septembre 2014 : ZYTIGAMD en association avec la prednisone a entraîné une prolongation statistiquement significative de la survie globale chez des hommes atteints du cancer de la prostate métastatique résistant à la castration et n'ayant jamais reçu de chimiothérapie auparavant selon une étude de suivi réalisée après 49 mois […].

Nouvelles données sur l’efficacité, l’innocuité et la tolérance de ZYTIGA® , avant et après une chimiothérapie

Janssen, le 21 mars 2015 : Les données présentées lors du 30e Congrès de l’Association européenne d’urologie (EAU) évaluent davantage l’efficacité, l’innocuité et la tolérance de ZYTIGA® (acétate d’abiratérone), avant et après une chimiothérapie, pour traiter le cancer de la prostate métastatique résistant à la castration (CPRCm) […].

Dépénalisation du cannabis, l’académie de pharmacie maintient son opposition

Dépénalisation du cannabis, l’académie de pharmacie maintient son opposition

Académie nationale de Pharmacie, le 09 mai 2016 : Alors que certaines voix en France s’expriment publiquement pour une légalisation de l’usage du cannabis, l’Académie nationale de Pharmacie réitère son opposition à un tel projet. Une légalisation serait un très mauvais message adressé à la jeunesse de notre pays, et ses conséquences seraient catastrophiques en terme de santé publique, spécialement dans notre pays caractérisé par une consommation record en Europe. […].

Quels symptômes inhabituels doivent faire rechercher une Covid-19 ?

Quels symptômes inhabituels doivent faire rechercher une Covid-19 ?

Académie de Médecine, le 22 juin 2020 : La fièvre ou les signes respiratoires sont les principaux symptômes de la Covid-19. Cependant l’infection à SARS-CoV-2 peut toucher d’autres organes et être révélée par des troubles digestifs, des embolies pulmonaires ou artérielles périphériques, ou d’autres tableaux inauguraux moins typiques. […].

123

Les plus