nuance

Un traitement par le cyclophosphamide peut entraîner des problèmes de fertilité

Selon une étude américaine parue dans Cancer, les hommes traités par le cyclophosphamide pour un cancer durant l’enfance présente un risque élevé de dysfonctionnement gonadique, et donc de stérilité.

Une chimiothérapie par des agents alkylants, tel que le cyclophosphamide, peut être associé à une toxicité gonadique irréversible chez les survivants adultes d’un cancer. Selon les auteurs, on ne connaît pas les effets à l’âge adulte sur la reproduction testiculaire et les fonctions endocrines d’une chimiothérapie à haute dose par le cyclophosphamide durant l’enfance.

Le Dr L. Kenney et ses collaborateurs ont étudié la fonction gonadique de 17 hommes adultes traités durant l’enfance, pour un sarcome, par d’importantes doses pulsées de cyclophosphamide intégré dans un schéma thérapeutique VAC (vincristine, actinomycine et cyclophosphamide) ou Adria-VAC (doxorubicine, vincristine, actinomycine et cyclophosphamide).

Au moment du traitement, les patients étaient âgés de 4 à 19 ans. La durée médiane de suivi a été de 12 ans, après le diagnostic.

L’analyse du sperme a montré que 10 individus (58,8 %) présentaient une azoospermie, 5 (29,4 %) une oligospermie et seulement deux (11,8 %) avaient un nombre normal de spermatozoïdes.

Tous les patients traités avant la puberté présentaient un compte anormal de spermatozoïdes. Les deux patients avec un nombre normal de spermatozoïdes avaient reçu les plus faibles doses de cyclophosphamide (< 7,5 g/m2).

Le taux de testostérone était normal pour 15 des 16 patients (93,8 %). Toutefois, le taux de l’hormone LH était élevé pour 6 des 15 patients qui avaient un taux normal de testostérone.

Les auteurs concluent que ces résultats montrent un risque élevé de dysfonctionnement gonadique pour les hommes traités pour un cancer durant l’enfance par le cyclophosphamide. Un traitement avant la puberté ne prévient pas le risque de stérilité. De plus, plus les doses sont élevées, plus le risque augmente.

Les auteurs conseillent un meilleur suivi de ce type de patients afin de les aider à gérer les conséquences de leur traitement.

Source : Cancer 2001 ; 91 : 613-621

Descripteur MESH : Cyclophosphamide , Andrologie , Pédiatrie , Risque , Hommes , Patients , Spermatozoïdes , Puberté , Testostérone , Vincristine , Azoospermie , Diagnostic , Doxorubicine , Oligospermie , Adulte , Reproduction , Sperme , Survivants , Thérapeutique

nuance

Recherche scientifique: Les +