Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Gliome

16 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Pas de risque de gliome avec les téléphones mobiles

Caducee.net, le 23/01/2006 : D’après une étude publiée dans le British Medical Journal, l’utilisation de téléphones mobiles n’est pas associée à une augmentation du risque de gliome, tumeur du système nerveux central la plus fréquente chez l’adulte. […].

La fluorescence au service de la résection du gliome malin

Caducee.net, le 26/04/2006 : L’emploi d’un précurseur de l’hémoglobine permet l’accumulation de porphyrines fluorescentes dans les gliomes malins. La détection de cette fluorescence au bloc permet une meilleure résection et un allongement de la survie sans progression comparé à la microchirurgie classique. […].

Oncoethix démarre des essais de phase 1b sur l'OTX015 dans le traitement de tumeurs solides avancées (OTX015_107) et du gliome (OTX015_108)

Oncoethix, le 12/11/2014 : L'essai prévoit de recruter jusqu'à 98 patients répartis entre sept centres dans cinq pays (Belgique, Canada, Espagne, France et Suisse), y compris l'Institut Gustave-Roussy à Paris, où le professeur Jean-Charles Soria est l'investigateur principal. Trois patients ont déjà été recrutés. L'essai vise à déterminer, dans un premier temps, la pertinence de cinq indications de tumeur solide sous investigation (carcinome de la ligne médiane BRD-NUT, cancer du sein triple négatif, cancer du poumon non à petites cellules entretenant un réarrangement gène ALK/protéine hybride ou des mutations du gène KRAS, cancer métastatique résistant à la castration et carcinome canalaire pancréatique) qui pourront contribuer à la phase 2a de l'essai. […].

Une étude sur les conséquences cognitives de la radiothérapie dans les gliomes de bas grade

Caducee.net, le 05/11/2002 : Ce travail a cherché à évaluer les effets de la radiothérapie sur les fonctions cognitives des patients avec un gliome de bas grade. Parue dans le Lancet, cette étude montre que les principaux éléments du déclin des fonctions cognitives sont liés à la tumeur elle-même. Toutefois, des doses élevées peuvent contribuer à ce déclin. […].

Le CIRC classe comme les champs électromagnétique de radiofréquences comme "peut être cancerogènes pour l'homme"

Caducee.net, le 31/05/2011 :  Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’OMS a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme peut‐être cancérogènes pour l’homme (Groupe 2B),sur la base d’un risque accru de gliome, un type de cancer malin du cerveau 1, associé à l’utilisation du téléphone sans fil. […].

Glioblastome : réduire l’œdème en ciblant le transport du glutamate

Caducee.net, le 15/05/2008 : L’inhibition du transporteur du glutamate xCT permet d’atténuer la neurodégénérescence, de réduire l’œdème associé à la tumeur et d’allonger la survie dans un modèle de gliome chez le rongeur. Ceci est la conclusion de chercheurs allemands et suisses qui viennent de publier leurs résultats dans la revue Nature Medicine. […].

La GSMA se réjouit de la publication des résultats du programme INTERPHONE

PR Newswire, le 17/05/2010 : LONDRES, May 17, 2010 /PRNewswire/ -- La GSMA se réjouit de la publication des résultats de l'analyse combinée du gliome et du méningiome publiés par le groupe d'études d'INTERPHONE dans le Journal international d'Épidémiologie […].

Le traitement des gliomes par cellules de Cellonis pourrait prévenir les récidives tumorales et améliorer considérablement la qualité de vie des patients

PR Newswire, le 03/11/2010 : BEIJING, November 3, 2010 /PRNewswire/ -- « Pour les patients souffrants d'un cancer du cerveau, la méthode de traitement combiné de DC-CIK et de thérapie par cellules souches de Cellonis Biotechnologies après la chirurgie peut s'avérer une stratégie très efficace pour prévenir la récidive du cancer », explique le Dr Dinggang Li, un oncologue de renom. « C'est un nouvel espoir pour les patients cancéreux. » […].

Des cellules souches neuronales pour détruire les tumeurs cérébrales ?

Caducee.net, le 07/11/2000 : Implantées dans le cerveau, des cellules souches neuronales sont capables de migrer vers une tumeur cérébrale ainsi que vers les cellules tumorales dispersées. Ces résultats laissent envisager leur utilisation pour délivrer des molécules ou des séquences d'ADN thérapeutiques sur les tumeurs cérébrales invasives. […].

Téléphone cellulaire et développement d’une tumeur cérébrale ne sont pas liés

Caducee.net, le 21/12/2000 : Une étude américaine à paraître dans le numéro du 11janvier 2001 du New England Journal of Medicine montre qu’il n’y a pas de relation entre l’utilisation d’un téléphone cellulaire et le développement d’un cancer cérébral. Toutefois, des études visant à évaluer le risque lié à une utilisation intensive à long terme sont nécessaires. […].

Un poliovirus atténué pour le traitement des gliomes malins

Caducee.net, le 06/06/2000 : Des chercheurs ont génétiquement modifié un poliovirus pour qu'il n'infecte pas les cellules neuronales mais qu'il se multiplie dans des lignées cellulaires de gliomes malins et les élimine. Ce poliovirus a montré une forte activité oncolytique contre des gliomes humains implantés dans le cerveau de souris. Les scientifiques indiquent que ces poliovirus oncolytiques atténués pourraient être des agents thérapeutiques appropriés en oncologie. […].

Modifier le poliovirus pour lutter contre les tumeurs cérébrales

Caducee.net, le 21/05/2001 : Une option thérapeutique pour le traitement des gliomes malins pourrait un jour provenir du poliovirus. Des scientifiques ont mis au point un poliovirus génétiquement modifié capable d'éliminer ce type tumoral chez des souris. L'équipe du Dr Gromeier (Duke University Medical Center) présente ces résultats au congrès annuel de la société américaine de microbiologie. […].

Téléphones portables et cancer

Caducee.net, le 18/04/2005 : Des chercheurs danois n'ont pas mis en évidence de lien entre l'usage des téléphones portables cellulaires et le risque de tumeurs cérébrales lors d'une étude de population de type cas-contrôles. […].

La génomique au service du pronostic du médulloblastome

Caducee.net, le 24/01/2002 : Une recherche américaine effectuée au MIT (Cambridge, Massachusetts) publiée dans la revue Nature, montre qu ‘il est possible de prédire l’issue clinique du médulloblastome à partir de l’expression génétique des malades analysée par la technologie des puces à ADN (Microarray). Cette étude a montré que le médulloblastome était distinct des autres cancers du SNC, par une approche individuelle de classification génétique des tumeurs. […].

La mort de certaines cellules tumorales induite par des dérivés cannabinoïdes

INSERM, le 10/03/2006 : Les chercheurs de l'unité Inserm 624 « Stress cellulaire » de Marseille, viennent de mettre en évidence le rôle-clé d'une protéine de stress à l'intérieur d'une voie de signalisation cellulaire déclenchant la mort de cellules tumorales. Cette étude, montre que des dérivés cannabinoïdes activent spécifiquement cette voie de signalisation, entraînant la mort des cellules cancéreuses. Les résultats de cette recherche, réalisée en collaboration avec l'équipe espagnole dirigée par Guillermo Velasco (Université Complutense de Madrid) ouvrent en particulier de nouvelles perspectives pour la prise en charge du glioblastome (forme de tumeur cérébrale). Ce travail est publié dans la revue Cancer Cell d'avril 2006 accessible à l'adresse : Voir le site […].

GW Pharmaceuticals et sa filiale américaine Greenwich Biosciences, annoncent la publication d'une étude révolutionnaire sur Epidiolex® (cannabidiol), dans The New England Journal of Medicine

GW Pharmaceuticals plc, le 25/05/2017 : LONDRES, May 25, 2017 /PRNewswire/ --GW Pharmaceuticals plc (Nasdaq : GWPH, « GW », « la société » ou « le groupe »), une société biopharmaceutique spécialisée dans la recherche, le développement et la commercialisation de traitements innovants issus de sa plateforme propriétaire à base de produits cannabinoïdes, ainsi que sa filiale américaine Greenwich Biosciences, ont annoncé aujourd'hui la publication par The New England Journal of Medicine, des résultats d'une étude de phase 3 d'Epidiolex® (cannabidiol) chez les enfants atteints du syndrome de Dravet.[1] […].

Les plus