nuance

Téléphone cellulaire et développement d’une tumeur cérébrale ne sont pas liés

Une étude américaine à paraître dans le numéro du 11janvier 2001 du New England Journal of Medicine montre qu’il n’y a pas de relation entre l’utilisation d’un téléphone cellulaire et le développement d’un cancer cérébral. Toutefois, des études visant à évaluer le risque lié à une utilisation intensive à long terme sont nécessaires.

Quelques inquiétudes ont surgi concernant le risque de cancer cérébral du à l’utilisation du téléphone portable. Si un tel risque existait, ceci aurait une importance considérable en terme de santé publique, vu que l’usage de ces appareils est en augmentation rapide.

Le Dr P. Inskip et ses collaborateurs ont examiné l’usage du téléphone cellulaire et le développement d’une tumeur cérébrale dans une étude cas-témoin conduite entre 1994 et 1998.

Sont entrés dans l’étude 782 patients souffrant d’un cancer cérébral et hospitalisés dans des hôpitaux d’Arizona, de Pennsylvanie et du Massachusetts et 799 patients témoins admis dans les même hôpitaux que les patients souffrant d’un cancer cérébral.

L’étude montre que comparé à ceux qui n’ont jamais utilisé ou très rarement utilisé un téléphone cellulaire, le risque relatif associé à une utilisation cumulée supérieure à 100h est de 0,9 pour le gliome (IC 95 % = 0,5-1,6). Le risque relatif est de 0,7 pour le méningiome (IC 95 % = 0,3-1,7), 1,4 pour le neurinome acoustique (IC 95 %=0,6-3,5) et 1,0 pour tous les types de tumeurs combinées (IC 95 %= 0,6-1,5).

Les tumeurs ne se développent pas de façon disproportionnée plus souvent du coté de la tête ou le téléphone est utilisé.

Rien n’indique que le risque est plus important parmi les personnes qui utilisent le téléphone cellulaire pendant 60 minutes ou plus par jour ou régulièrement pendant 5 ans ou plus.

Les auteurs concluent que ces données ne supportent pas l’hypothèse considérant que l’utilisation récente d’un téléphone portable peut entraîner le développement de tumeurs cérébrales. Cependant, ces données ne permettent pas d’évaluer les risques à long terme chez les gros utilisateurs et pour des longues périodes d’induction.

Il faut noter que les conclusions de cette étude concordent avec celle publiée le 20 décembre 2000 dans le Journal of The American Medical Association par le Dr J. Muscat et ses collaborateurs (Voir la dépêche).

Source : N Engl J Med 2001 ; 344 : 79-86

Descripteur MESH : Santé , Santé publique , Téléphone , Risque , Téléphone cellulaire , Patients , Tumeurs , Hôpitaux , Acoustique , Gliome , Massachusetts , Méningiome , Neurinome , Pennsylvanie , Personnes , Tête

nuance

Recherche scientifique: Les +

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

Une IA pour détecter précocement les maladies pancréatiques lors des écho-endoscopies

La DNDi et BenevolentAI collaborent pour accélérer la recherche de médicaments vitaux contre la dengue

La FDA a accordé la désignation de procédure accélérée au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées

ASICS - STATE OF MIND INDEX : UNE ÉTUDE MONDIALE SOULIGNE L'IMPACT POSITIF DU SPORT SUR LA SANTÉ MENTALE

La Food and Drug Administration des États-Unis a octroyé la désignation de médicament orphelin au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique et de l'adénocarcinome de jonction gastro-œsophagienne

Jubilant Therapeutics Inc. annonce que des inhibiteurs isoformes sélectifs de la PAD4 présentent une sélectivité et une puissance in vitro, une biodisponibilité orale et une activité antitumorale in vivo élevées

Personalis publie de nouvelles données prouvant la capacité d’un algorithme hautement sensible à détecter la perte d’hétérozygotie du gène HLA

La Patient Safety Movement Foundation annonce les dates et la liste des intervenants du 8e Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Traitement de l'APDS : Pharming présente des données positives de l'essai de phase II/III sur le leniolisib