Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Proline

11 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Proline et schizophrénie

Caducee.net, le 18 septembre 2002 : Des chercheurs du CHU de Rouen ont mis en évidence chez un sous-groupe de patients schizophrènes une relation avec des mutations à l’état hétérozygote dans un gène faisant partie de la région impliquée dans le syndrome de DiGeorge (DGCR), le gène de la proline déshydrogénase (PRODH). Ce gène étant impliqué également dans l’hyperprolinémie de type 1, une recherche de l’altération du métabolisme de la proline pourrait constituer une voie de dépistage précoce chez les personnes ayant des antécédents familiaux de schizophrénie. […].

CSL Behring dépose une demande de licence de produit biologique pour l'approbation de l'immunoglobuline humaine sous-cutanée comme traitement de remplacement pour les patients immunodéficients primaires

Businesswire, le 04 mai 2009 : L'immunoglobuline sous-cutanée prête à l'emploi et hautement concentrée est stabilisée à la L-proline, un acide aminé naturel, et peut être conservée à température ambiante (jusqu'à 25 °C [77 °F]). Si elle est autorisée à la vente par l'USFDA, elle représentera une option de traitement supplémentaire pour les patients sous traitement immunoglobulinique qui souhaitent bénéficier de la liberté et du confort d'un traitement de remplacement sûr, à domicile et auto-administré. […].

CSL Behring obtient l'autorisation de commercialisation de la Commission européenne pour Hizentra(R), la première immunoglobuline humaine à 20 % administrée par voie sous-cutanée pour le traitement des immunodéficiences primaires et secondaires

PR Newswire, le 25 avril 2011 : BERNE, Suisse, April 25, 2011 /PRNewswire/ -- CSL Behring a annoncé aujourd'hui que la Commission européenne lui a accordé une autorisation de commercialisation pour Hizentra(R) (immunoglobuline humaine normale) une solution à 20 % destinée à l'injection sous cutanée dans le traitement des patients souffrant d'immunodéficience primaire (IP) ou secondaire. Cette autorisation s'applique aux 29 pays membres de l'Union européenne. […].

Une séquence protéique essentielle à la propagation du virus Ebola

Caducee.net, le 05 décembre 2000 : Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont identifié une séquence de 4 acides aminés de la protéine VP40 du virus Ebola essentielle à la propagation du virus. Ces résultats parus dans Proceedings of the National Academy of Sciences laissent entrevoir la mise au point de nouveaux médicaments. […].

VIH et Ebola utilisent la même porte de sortie…

Caducee.net, le 05 décembre 2001 : Le VIH et le virus Ebola ne sont pas apparentés et sont connus tous les deux pour leur pouvoir pathogène chez l'homme. Bien que différents par leur mode de transmission et par l'évolution de la maladie, ces deux virus partagent néanmoins un trait essentiel : ils utilisent tous les deux la même protéine cellulaire pour assurer la sortie des nouvelles particules virales. La protéine "détournée" est nommée Tsg101 et les chercheurs estiment qu'elle pourrait être une cible pour inhiber la réplication de ces virus. […].

Les données publiées dans le Journal of Clinical Immunology démontrent l’efficacité et la tolérance du Privigen™ chez les patients souffrant d’immunodéficience primaire

Businesswire, le 26 septembre 2008 : Les données publiées dans le nouveau numéro du Journal of Clinical Immunology démontrent que le Privigen™, la nouvelle immunoglobuline humaine liquide pour perfusion à 10 pourcent produite par CSL Behring, est efficace et bien tolérée chez les patients souffrant de l’immunodéficience primaire (IP). L’IP fait partie d’un groupe de maladies à prédominance génétique qui provoquent un dysfonctionnement d’une partie du système immunitaire ou du système immunitaire en entier, ce qui rend les patients potentiellement susceptibles à des infections mortelles. […].

TGF-bêta 1: un nouveau médiateur de l’HTA chez les hypertendus afro-américains

Caducee.net, le 27 mars 2000 : Les résultats d’une étude publiée dans le dernier numéro des Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) et menée par le groupe de Phyllis August de la division néphrologie et hypertension du Weill Medical College de la Cornell University (New York) confortent l’hypothèse selon laquelle l’hyperexpression de TGF-ß1 (transforming growth factor-bêta 1) est un facteur de risque d’hypertension et de complications hypertensives et pourrait expliquer que l’on observe une incidence et une prévalence de l’HTA plus élevée chez les sujets Noirs afro-américains que chez les Blancs. […].

Des variants de p53 modifient l’efficacité de l’apoptose

Caducee.net, le 03 février 2003 : Des chercheurs américains ont montré que des variations courantes de la séquence de p53 modifient l’efficacité de l’apoptose. Selon eux, ce polymorphisme pourrait avoir un impact sur le risque de cancer et ses traitements. […].

Génétique de la schizophrénie : de nouvelles pistes

Caducee.net, le 12 mars 2002 : Deux articles scientifiques qui paraîtront prochainement dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences of USA confirment la place centrale d'une portion du chromosome 22 dans la prédisposition à la schizophrénie. Une première publication implique une région assez courte porteuse de deux gènes connus seulement. La deuxième évoque des modifications de l'expression des gènes des apolipoprotéines L, eux aussi situés sur le chromosome 22. […].

Un nouveau médicament pour traiter les amyloses?

Caducee.net, le 16 mai 2002 : Maladie d’Alzheimer, diabète de type 2,… Autant de pathologies menant à des amyloses, caractérisées par des dépôts fibrillaires insolubles dans les tissus, provoquant leur lésions et l’apparition des symptômes. La protéine SAP (serum amyloid P component) participe à la formation de ces réseaux en se liant fortement aux fibrilles et en les stabilisant. Une équipe internationale menée par Mark Pepys du Royal Free and University College Medical School (Londres) a mis au point un composé prévenant l’attachement de SAP aux fibrilles et réduisant ainsi la dégradation des organes provoquée par l’accumulation anormale des réseaux amyloïdiens. […].

Plus de fruits chez l'enfant = moins d'ostéoporose chez l'adulte

APRIFEL, le 01 janvier 2000 : Parmi les facteurs nutritionnels influençant la densité osseuse, l'attention a été surtout focalisée sur le calcium. Bien d'autres micronutriments, jusqu'alors négligés, peuvent jouer un rôle. Il existe notamment une relation positive entre les apports alimentaires en zinc, magnésium, potassium, fibres ou vitamine C et la masse osseuse. Des micronutriments largement représentés dans les fruits et les légumes, qui prouvent que ces derniers ont vraisemblablement un effet bénéfique sur la qualité de l'os. […].

Les plus