nuance

Polyarthrite rhumatoïde précoce : « etanercept » vs methotrexate

Une étude parue dans le New England Journal of Medicine montre que l’ « etanercept » ralentit ou même stoppe la progression de la polyarthrite rhumatoïde dés les premiers stades de la maladie. De plus, l’etanercept présente moins d’effets secondaires que le methotrexate.

Le TNF (tumoral necrosis factor) est surexprimé dans les articulations des patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde. L’ « etanercept » est une protéine de fusion qui bloque l’activité du TNF. L’ « etanercept » réduit l’activité de la maladie chez des patients souffrant depuis longtemps de cette affection. Par contre, son efficacité sur la réduction de cette activité et sa prévention sur les lésions des articulations chez des patients souffrant d’une polyarthrite rhumatoïde active précoce n’est pas connue.

Au total, 632 patients affectés par une polyarthrite rhumatoïde précoce ont été traités avec soit de l’ « etanercept » 2x/semaine (10 ou 25 mg) par voie sous-cutanée, soit du methotrexate 1x/semaine par voie orale (en moyenne, 19 mg/semaine) et ce pendant 12 mois.

La réponse clinique a été définie comme le pourcentage d’amélioration de la maladie, selon le critère de l’American College of Rheumatology. L’érosion osseuse et le rétrécissement de l’interligne articulaire ont été mesurés par radiographie et scorés sur l’échelle de Sharp.

L’étude montre que comparé aux patients ayant reçu du methotrexate, ceux qui ont reçu 25 mg d’ « etanercept » ont eu une amélioration plus rapide.

L’augmentation moyenne de l’érosion, établie sur l’échelle de Sharp, sur les six premiers mois était de 0,30 pour le groupe ayant reçu 25 mg d’ « etanercept » et 0,68 pour le groupe traité par le methotrexate (P = 0,001). Sur les douze premiers mois, l’érosion moyenne était de 0,47 et 1,03 (P = 0,002), respectivement.

Parmi les patients ayant reçu 25 mg d’ « etanercept », 72 % d’entre eux n’ont pas eu une augmentation de l’érosion, comparé aux 60 % du groupe methotrexate (P = 0,007). De plus, dans ce groupe il y a eu moins d’effets secondaires (P = 0,02) et moins d’infections (P = 0,006) que pour le groupe methotrexate.

En conclusion, comparé à l’administration de methotrexate par voie orale, l’administration d’ « etanercept » par voie sous-cutanée agit plus rapidement dans la diminution des symptômes et des lésions de l’articulation chez les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde active précoce.

Source : N Engl J Med 2000 ; 343 : 1586-93

Descripteur MESH : Polyarthrite rhumatoïde , Maladie , Patients , Articulations , Radiographie

nuance

Recherche scientifique: Les +