nuance

Effets de la cocaïne sur les enfants exposés in utero

Une étude longitudinale américaine publiée dans la revue médicale Journal of the American Medical Association montre qu’une exposition in utero à la cocaïne est associée à un risque significativement augmenté de troubles intellectuels et de retard du développement, au moins durant les deux premières années de la vie.

La cocaïne est un véritable fléau aux Etats Unis et on estime que depuis le milieu des années 80, le nombre d’enfants ayant été exposés à cette drogue durant leur vie fœtale est d’environ 1 million.

Lynn Singer (Case Western Reserve University, Cleveland, Ohio, EU) et ses collaborateurs ont suivi pendant deux années 218 enfants nés de mères cocaïnomanes ainsi que 197 enfants contrôles non exposés à la cocaïne, pour faire la comparaison.

Les mesures d’évaluation principales effectuées à 6,5, 12 et 24 mois après la naissance, ont été basées sur les scores de l’échelle de Bayley relative aux capacités motrices et intellectuelles.

Les enfants exposés in utero à la cocaïne ont eu en moyenne 6 points de moins sur l’échelle de Bayley que les autres.

Notamment l’Odds ratio concernant le retard mental à 2 ans a été de 1,98 (IC95%=1,21-3,24, P=0,006) en défaveur des enfants exposés à la drogue, comparés aux enfants contrôle.

Aucune différence n’a été observée concernant les capacités motrices des enfants des deux groupes.

«Ces résultats indiquent que l’exposition prénatale à la cocaïne est associée à un risque accru de troubles intellectuels à 2 ans et suggèrent le besoin de mettre en place des actions de prévention et de traitement vis à vis des femmes enceintes cocaïnomanes», ont conclu les auteurs.

Source : JAMA 17 avril 2002;287:1952-60

PI

Descripteur MESH : Cocaïne , Cognition , Gynécologie , Obstétrique , Risque , Vie , Femmes , Femmes enceintes , Mères , Ohio

nuance

Recherche scientifique: Les +